Cartes de campagne 1/5 : l'immigration aux Etats-Unis

Publicité

Cartes de campagne 1/5 : l'immigration aux Etats-Unis

Par

Carte. Donald Trump, favori républicain, a fait de la construction d'un mur à la frontière mexicaine son cheval de bataille. Les démocrates, eux, restent sur leurs traditionnelles postures humanistes. Etat des lieux de la situation des immigrés illégaux aux Etats-Unis en 2 cartes et quelques repères.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Combien d'immigrés clandestins vivent aux Etats-Unis, et d'où viennent-ils ?

Passez sur chaque Etat pour obtenir des précisions sur le nombre d'immigrés clandestins et leurs principales provenances, selon les dernières estimations. Circulez dans la carte, zoomez et dézoomez avec le bouton +/- :

Sources : Pew Research Center, Integrated Public Use Microdata Series (IPUMS), American Community Survey.

Publicité
  • Les immigrés clandestins représentent 3.5% de la population américaine, et un quart des personnes nées à l'étranger, sur un total de 42.5 millions.
  • Les disparités entre Etats sont fortes : plus de la moitié des immigrés clandestins (60%) se concentrent dans 6 Etats : Californie, Floride, Illinois, New Jersey, New York, Texas, alors que 6 Etats en comptent moins de 5.000 : Maine, Montana, Dakota du Nord et du Sud, Vermont et Virginie occidentale.

"Depuis des années, les dirigeants mexicains ont tiré profit des Etats-Unis. Ils ont utilisé l'immigration clandestine pour y exporter le crime et la pauvreté". Donald Trump, sur son site de campagne " Make America great again"

  • Les candidats républicains focalisent leur campagne sur l'immigration clandestine, des Mexicains en particulier. Depuis les attentats de Paris, de San Bernardino, et de Bruxelles hier, ils rejettent également en bloc l'accueil de réfugiés du Moyen-Orient, y compris des Syriens, exploitant les ressorts de la menace terroriste et de l'islamophobie. "Construire un mur pour bloquer l'entrée des migrants" à la frontière mexicaine constitue le leitmotiv des discours de Donald Trump. Le sénateur du Texas, Ted Cruz, souhaite aussi installer le long de la frontière une double clôture, poursuivre en justice ceux qui tentent de la passer, augmenter les moyens technologiques et tripler les effectifs policiers pour la surveiller.
  • Le Mexique n'est pourtant plus le pays d'où les immigrés arrivent en plus grand nombre : la Chine et l'Inde le dépassent depuis 2013. Les Mexicains restent cependant, et de loin, la communauté la plus présente aux Etats-Unis : ils représentent plus de la moitié des immigrés clandestins, et plus d'un quart des personnes nées à l'étranger.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

  • Les démocrates, eux, se positionnent dans la continuité du plan Obama annoncé en novembre 2014, qui vise à régulariser la situation de 5 millions de clandestins. Hillary Clinton et Bernie Sanders appellent, dans une posture traditionnellement humaniste, à accueillir davantage de réfugiés, mais tout en maintenant, voir en renforçant, les contrôles aux frontières.

"Promulguer une réforme globale de l'immigration, pour créer une voie à la citoyenneté, garder les familles réunies et permettre à des millions des travailleurs de sortir de l'ombre." Hillary Clinton, sur son site de campagne " Hillary Clinton.com"

Les immigrés clandestins sont-ils de plus en plus nombreux, comme l'affirment les républicains ?

Passez sur chaque Etat pour obtenir des précisions sur l'évolution du nombre d'immigrés clandestins depuis 2007. Circulez dans la carte, zoomez et dézoomez avec le bouton +/- :

Sources :  Pew Research Center, Integrated Public Use Microdata Series (IPUMS), American Community Survey

  • Suite au pic de 2007, estimé à 12.2 millions d'immigrés clandestins (4% de la population américaine, et 30% des personnes nées à l'étranger), leur nombre ne cesse de décroître, d'au moins 10% selon les estimations les plus récentes. Il chute dans 23 Etats, stagne dans 9, et augmente dans 14. Le nombre d'immigrés dans les 4 Etats où la chute est la plus importante (Arizona, Illinois, Massachusetts, New York), 322.500 personnes sont concernées, alors que dans les 4 Etats où la progression est la plus importante (Alaska, Idaho, Nebraska, Maryland), il correspond à seulement 55.000 personnes.
  • Le nombre d'immigrés clandestins mexicains a baissé d'un demi million entre 2009 et 2012. Non seulement les Mexicains arrivent en moins grand nombre aux Etats-Unis, mais les immigrés rentrent davantage chez eux, au Mexique. Dans la moitié des Etats où le nombre d'immigrés clandestins a augmenté, cela est dû à l'accroissement du nombre d'immigrés non-Mexicains. C'est la réduction d'immigrés mexicains qui explique la chute du nombre global d'immigrés clandestins. Cette baisse s'explique conjointement par l'affaiblissement des opportunités d'emploi aux Etats-Unis (dans le secteur du bâtiment en particulier), le déclin du taux de natalité mexicain, les meilleures conditions de vie au Mexique, les dangers croissants au passage de la frontière (accroissement de la police des frontières).

Contrairement aux ambitions des favoris républicains, construire un mur le long de la frontière reviendrait-il donc à enfermer les immigrés mexicains à l'intérieur des Etats-Unis?...

Ecoutez aussi sur France Culture :

Reportage de Frédéric Carbonne, correspondant de Radio France à Washington, alors que Barack Obama vient de lancer son plan régulariser le cas de plusieurs milliers de clandestins, malgré l'opposition des Républicains, dans le Journal de 22h du 20 novembre 2014.

" Urgences migratoires : des Etats-Unis à la République Dominicaine, la promesse de l'intégration", débat dans l'émission CulturesMonde du 16 juin 2015, sur les réponses juridiques américaines face à la régularisation des immigrés clandestins.

" Quelles sont les grandes idées de la campagne présidentielle américaine", La Grande Table, 2e partie, 1er mars 2016