Publicité

Cartographie, géolocalisation : de Ptolémée au GPS

Retour sur une discipline - la cartographie - qui illustre les avancées technologiques et les défis conceptuels propres à chaque époque, depuis l'Antiquité.
Retour sur une discipline - la cartographie - qui illustre les avancées technologiques et les défis conceptuels propres à chaque époque, depuis l'Antiquité.
© Getty - Richard Drury

Sélection. Des cartes de l'Antiquité jusqu'à Google Maps, des premières mappemondes au GPS, la cartographie incarne le défi de la représentation du monde et les avancées technologiques propres à chaque époque. Une sélection d'émissions pour retracer l’évolution de cette discipline et en cerner les enjeux.

Pour retrouver tous les contenus de cette sélection dans l'application Radio France, un clic juste en dessous 👇
De la carte au GPS

Depuis son invention par l'astronome Ptolémée au IIe siècle de notre ère, la carte est un objet étonnant qui remplit cette curieuse action de la pensée qui consiste à projeter la géographie d’une planète sphérique sur la surface plane d’une feuille de papier. Et permet d’appréhender le monde dans sa globalité tout en tenant dans les mains ou dans la poche. Objet à la fois culturel, social et politique, elle a connu au fil du temps nombre d'évolutions pour finir au XIXe siècle par être définie comme une science quasi exacte. Pourtant, même aujourd’hui où Internet, les GPS et les smartphones offrent des millions de cartes en accès libre, la cartographie n’est pourtant jamais neutre : elle est toujours affaire de représentations, de présupposés, voire d’instrumentalisation. Elle est la projection d'une société donnée sur son environnement. Au-delà des progrès technique et scientifique qu'elle incarne, la carte est aussi le reflet d’enjeux de pouvoir, et s’est souvent transformée en véritable outil de domination politique et militaire. Cette sélection d’émissions propose de retracer les enjeux de la cartographie depuis son invention dans l’Antiquité, enjeux qui demeurent plus que jamais d’actualité à l’heure où Google Earth ou n’importe quel système de guidage par GPS permettent d’obtenir instantanément une représentation de chaque point du globe, à toutes les échelles.

Publicité

Cartes et cartographes, de Ptolémée à la projection de Mercator

Toutes les cartes portent témoignage de la façon dont les hommes se représentent leur environnement. Loin d'être l’apanage de l’Europe, d’autres civilisations en ont produit depuis l'Antiquité, à partir de leur centralité respective : La Mecque, l’Himalaya ou l'empire chinois par exemple. De même, avant l’invention de la mappemonde, la carte a pu être réalisée à partir de matériaux divers : gravées dans du bois au Groenland au XIXe siècle, sur de la porcelaine au Japon, ou confectionnées à l’aide de bâtonnets et de coquillages en Micronésie. A la fin du XIXe siècle, la science topographique occidentale a aboli cette diversité pour réduire la carte à une simple feuille de papier. Mais quelle que soit son origine ou son support, la carte n’est jamais neutre, car elle est toujours affaire de projections mentales, de présupposés religieux, politiques ou philosophiques. La projection dominante de Mercator, par exemple, qui prévaut dans les manuels scolaires, est aujourd'hui contestée car elle étend exagérément la surface de l’Europe et de l’Amérique du Nord aux dépens des territoires situés entre les tropiques. Aujourd’hui, la carte tend à se dématérialiser et devient numérique. Et l'on peut se demander si ce que le GPS propose comme outil de guidage relève encore du territoire de la carte…

Quel est le seul objet qui tient entre les mains et qui permet d’appréhender le monde dans sa globalité ? La carte géographique. Au travers de son histoire et de ses perfectionnements se lit aussi celle de l’appropriation de la planète par les hommes. ( 40 objets de la mondialisation, 4 min)

À réécouter : La carte
40 objets de la mondialisation
4 min

Si l'histoire a retenu le nom de Ptolémée et fait de lui l'inventeur de la cartographie au IIe siècle, les travaux d'autres savants grecs comme Thalès de Millet, Aristote, Eratosthène ou Hipparque ont précédé et aidé l'astronome. La cartographie de ce dernier prenant appui notamment sur la géodésie, la science qui décrit et mesure la forme et les dimensions de la Terre. Cette émission éclaire cette période historique où l'on ne connaît ni la mappemonde ni l'atlas, quand représenter la Terre n'était pas une évidence, et explique la façon dont le savoir géographique des Anciens s'est transmis jusqu'au Moyen Âge. ( Le Cours de l’histoire, 51 min)

Le Cours de l'histoire
51 min

Giovanni Domenico, Jacques, César, Jean-Dominique : ils sont quatre, le père, le fils, le petit-fils et l’arrière petit-fils, à avoir œuvré dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, entre le Grand siècle et l’Empire, à l’élaboration de cette carte de France, la première à si grande échelle, complète, rigoureuse et détaillée. Ce documentaire retrace son histoire. ( La Fabrique de l’histoire, 51 min)

Cette émission propose de retracer l'histoire de la cartographie des mers et des continents et décrypte les effets qu'a eu l’évolution de ces représentations sur notre façon d’habiter le monde. ( Eurêka, 59 min)

Eurêka !
59 min

Le 15 décembre 1821 est fondée à Paris la Société de Géographie. Ses membres fondateurs - parmi lesquels Élisée Reclus, Jules Verne, Anatole France - veulent en faire une institution universelle, tournée vers la diffusion et la vulgarisation du savoir géographique. Des pôles à l’Amazonie, de Tombouctou au Caucase, ces géographes aventuriers s’efforcent de collecter des données toujours plus précises. Le récit de leurs explorations passionnent le grand public et la géographie devient alors une science populaire. À partir de 1870, elle revêt une dimension plus politique : on l'investit d'une mission, celle de renforcer le sentiment national. Plus encore, elle devient la pierre angulaire du projet colonial français qui s'esquisse. Cette émission propose de comprendre comment au XIXe siècle, la géographie s'est imposée comme une science et parallèlement, comment les géographes sont devenus des figures de proue de la colonisation. ( Le Cours de l’histoire, 51 min)

Cartes et géolocalisation : de nouveaux enjeux au XXIe siècle

Au XXIe siècle, les cartes sont plus que jamais d'actualité. Leur essor est fulgurant : Internet en offre désormais des millions en accès libre. De même qu'informations de guidage et de positionnement en temps réel sont désormais disponibles grâce à un smartphone ou un GPS. Cette multiplication des cartes se double aussi de la complexification de leur processus de fabrication : d’une part avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme Google qui, avec leurs projets d'une portée planétaire, concurrencent les cartes des États. D’autre part, avec l’apparition de projets très locaux à l’inverse, mais qui produisent eux aussi leurs propres outils cartographiques. Avec l'apparition de la notion de souveraineté cartographique, on voit que les enjeux politiques liés aux cartes n'ont pas disparu, tandis que le perfectionnement des technologies de géolocalisation pose de nouveaux défis à nos sociétés, notamment en matière de monétisation des données privées.

Servies par une diffusion exponentielle des informations, l'essor des cartes au XXIe siècle est fulgurant. Cette émission propose d'analyser les conséquences de ces nouveaux usages de l’espace sur le métier de géographe notamment, mais aussi sur chacun d'entre nous, en donnant à entendre ce qu'ont découvert les neurologues qui sondent les représentations spatiales de notre cerveau. ( La Méthode scientifique, 58 min)

La Méthode scientifique
58 min

La géographie a toujours été liée à l’art de la stratégie militaire. La connaissance du terrain, de l’environnement physique, de la topographie, des itinéraires, la science des positions et de l’espace ont toujours passionné les princes et les Etats-majors. Depuis le début du XXIe siècle, la cartographie militaire a connu un renouveau impressionnant. Cette émission propose de comprendre pourquoi l'étude des territoires et de l'espace est un enjeu aussi crucial pour ceux qui font la guerre. ( Géographie à la carte, 58 min)

Géographie à la carte
58 min

Souveraineté cartographique : que signifie ce terme, revenu au cœur de l'actualité avec les questions liées à la souveraineté numérique ? Face notamment aux GAFAM qui produisent de vastes référentiels cartographiques à l'échelle de la planète, et qui, par leurs dimensions, tendent à avoir une position monopolistique, les États tentent de développer des stratégies de souveraineté cartographique. Cette émission interroge la façon dont la montée en puissance des géants américains de la Big Tech est venue interroger les États sur leur capacité à dessiner leur territoire. ( Nos géographies, 58 min)

Un grand nombre de géographes s'accordent aujourd'hui à penser qu'aucune projection cartographique n’est ni totalement satisfaisante - est-il suffisant de n’y faire apparaître que des frontières par exemple ? - ni suffisamment neutre. Mais comment réinventer les cartes ? Comment transformer la cartographie afin qu’elle puisse rendre compte de la complexification du monde et de sa multipolarité ? Est-il possible d'y inclure une réflexion géopolitique ? Cette émission propose de mieux comprendre le concept de "cartographie radicale" selon lequel la carte, qui a vocation à repenser l'espace, peut devenir un outil de dénonciation des injustices sociales. ( Sans oser le demander, 58 min)

Sans oser le demander
58 min

Dans certaines villes, une carte d'abonnement au réseau de transports en commun enregistre les points de déplacements de l'usager, et permet éventuellement d'en dresser la carte. Si la collecte de ces informations s'avère très utile pour réguler le trafic des bus ou des métros, ces données se révèlent également très précieuses en terme de marketing si on les croise par exemple avec des informations de consommation. Cette émission propose de réfléchir aux enjeux juridiques et sociétaux de la géolocalisation. ( Les Nouvelles vagues, 58 min)

Les Nouvelles vagues
58 min

Au-delà de ses implications économiques, la géolocalisation incarne une nouvelle forme de révolution copernicienne : elle bouleverse radicalement nos repères dans tous les domaines de l’existence. Ainsi, il est désormais presque impossible de se perdre dans le monde physique. En se référant aux théories de la dérive du philosophe Guy Debord, ce documentaire donne la parole à des artistes et à des chercheurs qui réfléchissent à cette révolution anthropologique induite par les outils de géolocalisation. ( Sur les docks, 53 min)

Sur les docks
53 min