Publicité

Cerisy - L'industrie, notre avenir (du 3 au 10 juillet 2014)

Par
aatchuelok.jpg
aatchuelok.jpg
- CCUC

L’heure est à la réindustrialisation et à la recherche de nouvelles industries. Mais que voulons nous dire par "industrie"?

* Évolution des perceptions et des discours sur l’industrie. Impensés, promesses et controverses, par Armand Hatchuel* **

Ce_tte conférence a été donnée dans le cadre du colloque intitulé * L'industrie, notre avenir_ qui s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 3 au 10 juin 2014, sous la direction de Pierre VELTZ et Thierry WEIL.*

Publicité

Évolution des perceptions et des discours sur l’industrie. Impensés, promesses et controverses - Armand Hatchuel

1h 07

Armand Hatchuel est professeur à Mines ParisTech, directeur adjoint du Centre de gestion scientifique et membre de l’Académie des technologies. Il est co-auteur de L’Expert et le Système (Economica, 1992), Les Processus d’innovation (Hermès, 2006), Les Nouvelles Fondations des sciences de gestion (Vuibert, 2008) et L’activité marchande sans le marché (Presses de l’École des Mines, 2010).

Au cours du temps, l'industrie a été associée à des stéréotypes économiques ou techniques sans réalité historique, comme la production de masse, le charbon et l’acier etc... L’histoire contemporaine permet de se détacher des représentations, des mythes économiques et des imaginaires qui ont forgé une vision étroite et figée de l’industrie. La notion "d’industriation" permet de décrire les processus multiples qui régénèrent ce que l'on appelle "industrie", souvent là où ne l’attend pas. Chaque industriation exige des conceptions techniques et des apprentissages spécifiques. Elle est inséparable des modes et des idéaux du temps, de même que des mouvements sociaux (universités, entreprises, associations, pouvoirs publics.) qui la mettent en œuvre. La "révolution industrielle", qu’il faudrait nommer "révolution anglaise" a été précédée de multiples industriations originales et impensées qui ne sont pas celles qui figurent dans les manuels. Ces représentations ont lourdement pesé sur notre vision collective du travail "industrié", de l’innovation technique, de la mode. Elles ont masqué les coopérations nécessaires, entre entreprises et avec le système d’enseignement. Il nous faut abandonner une vulgate économique ou administrative qui fait disparaître le contenu même des industries qu’elle prétend décrire. Quant aux productions innovantes de demain, elles passent par une gestion des entreprises moins financiarisée et par des universités créatives.

Centre Culturel International de Cerisy Retrouvez les colloques de Cerisy sur la forge numérique