Publicité

Cerisy - La philosophie non-standard de François Laruelle (du 3 au10 septembre 2014)

Par

La non-philosophie ou "philosophie non-standard" élabore une nouvelle théorie et une pratique de l'acte philosophique hors de ses normes traditionnelles d'auto-modélisation.

Messianité, une conjecture

Cette conférence a été donnée dans le cadre du colloque intitulé La philosophie non-standard de François Laruelle qui s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 3 au 10 septembre 2014, sous la direction de Miguel ABREU, Maryse DENNES, Liudmila GOGOTICHVILI et John MULLARKEY.

L'œuvre de François Laruelle est maintenant connue et s'est développée depuis une trentaine d'année, notamment entre les deux continents américains, la Russie et Taïwan. La non-philosophie ou "philosophie non-standard" élabore une nouvelle théorie et une pratique de l'acte philosophique hors de ses normes traditionnelles d'auto-modélisation. Elle se fait par la constitution d'une matrice dite générique, qui fait travailler ensemble à titre de variables conjugables une structure philosophique traditionnelle comme la structure transcendantale et un noyau rationnel de pensée tiré de la physique quantique. Il ne s'agit pas d'une philosophie de la science mais d'une association à part égale de la philosophie et de la science actuelle la plus fondamentale.

Publicité

Le but de ce colloque était de mettre en évidence que la non-philosophie est une pensée de la création et de l'invention. Il s'agira, dans un premier temps, d'évaluer la non-philosophie parmi les trajectoires des philosophies des cinquante dernières années (Deleuze, Derrida, Lévinas, Michel Henry, Badiou) et, dans un second temps, de la placer dans les courants philosophiques et artistiques contemporains, entre le "speculative turn" anglo-saxon, le "réalisme spéculatif.

François Laruelle est professeur émérite de philosophie générale et contemporaine à Paris Ouest Nanterre. Fondateur de la non-philosophie, appelée aussi "philosophie non-standard", il a publié plus de vingt ouvrages, dont de nombreux sont traduits en anglais ou en cours de traduction. des philosophes russes, et la tradition de la philosophie française.

Messianité, une conjecture - François Laruelle

1h 18

Je propose un objet, le messianisme = X, et une méthode ou un traitement théorique général de ce type d’objet. Je lie les trois brins ou les trois sources d’une théorie du messianisme, le judaïque, le chrétien, enfin le modèle quantique capable de conjuguer ces deux états d’une manière ni historique ni religieuse, en vue de déterminer un messianisme universel, ce que l’on appellera la messianité. Le divers des messianismes sera traité sous des conditions non-judaïques et non-chrétiennes, en vertu de l’axiome: la science de l’expérience réside dans la science et non dans l’expérience, ou encore, selon Kant, la connaissance commence avec l’expérience mais ne s’y réduit pas toute. Les messianismes sont considérés comme des "vecteurs d’état" susceptibles de "superposition" et d’insertion dans un dispositif où ils donnent lieu à des trajectoires non-identifiables et à des détections comme simplement probables. C’est enregistrer le caractère aléatoire des messies en même temps que la messianité rigoureuse et universelle mais indéterminée dont ils sont l’issue. Ainsi on arrache le messianisme à son enfermement historique et religieux pour l’assigner à tout humain. De là certaines questions simplement évoquées. Y a-t-il une messianité spécifiquement féminine, en quelque sorte une "Eve future", dont le masculin pourrait devenir le contemporain? Tout humain est-il sous cet angle susceptible d’être en général contemporain "du" messie? Et, ultime question, qui conduit au bord de la science-fiction, peut-on penser des messies pour l’univers et non plus seulement pour l’histoire ou pour le monde? Bien évidemment, on se contentera d’évoquer ces questions, étant donné l’impossibilité de leur apporter des réponses certaines ou dogmatiques. Entre temps, on aura rencontré comme superposition la foi plutôt que la croyance, et le rapport kierkegaardien entre le saut quantique et le saut religieux, l’émergence d’un nouveau concept plus universel du messianisme tel qu’il est généré sous des conditions "messianitaires". C’est-à-dire la pensée comme conjecture, indémontrable comme connaissance, qui est celle des inventeurs modernes qui ont pris le relai du philosophe hégélien.

Centre Culturel International de Cerisy Retrouvez les colloques de Cerisy sur la forge numérique