Publicité

Cerisy - Voix de Péguy : quels échos aujourd'hui ? (du 30 juin au 7 juillet 2014)

Par
jrogerfc.jpg
jrogerfc.jpg

Je ne tiens pas précisément Péguy pour un saint, mais c’est un homme qui, mort, reste à portée de la voix, et même plus près, à notre portée, à la portée de chacun de nous, qui répond chaque fois qu’on l’appelle (Bernanos, 1939)

"Parlez-moi de comment vous le dites". Signé Péguy : Résonance d'une "voix"

Cette conférence a été donnée dans le cadre du colloque intitulé Voix de Péguy : quels échos aujourd'hui ? qui s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 30 juin au 7 juillet 2014, sous la direction de Claire DAUDIN et Jérôme ROGER .

"Je ne tiens pas précisément Péguy pour un saint, mais c’est un homme qui, mort, reste à portée de la voix, et même plus près, à notre portée, à la portée de chacun de nous, qui répond chaque fois qu’on l’appelle" écrivait Bernanos en 1939. Cent ans après la mort de Charles Péguy, sa voix parvient-elle encore jusqu’à nous? Le dénonciateur de l’argent roi, le prophète de la déliquescence du politique fait-il retentir ses imprécations dans le désert? "Une voix qui manque, nulle ne peut la remplacer", écrivait-il.

Publicité

Jérôme Roger enseigne la littérature française à l’Université Bordeaux-Montaigne. Il est l’auteur de plusieurs travaux consacrés à Henri Michaux et à quelques autres poètes majeurs du XXe siècle, parmi lesquels Aimé Césaire, Charles Péguy, Raymond Queneau, ainsi qu’à la critique littéraire. Il coordonne le numéro Péguy* que la revue * Europe a publié en septembre 2014, et participe à l’édition nouvelle des * Œuvres poétiques complètes dans la bibliothèque de la Pléiade.*

Résonance d'une "voix", par Jérôme Roger

40 min

Réfléchir à la voix de Péguy aujourd’hui, c’est d’abord répondre à son invitation expresse: on ne peut plus en parler naïvement, a fortiori savamment, sans s’interroger sur le mot et sur les phénomènes très différents qu’il recouvre. Même si la notion de "voix" occupe depuis quelque temps une place stratégique en littérature comme en philosophie, elle doit être repensée à l’aune de chaque écrivain. Si l’acteur, le chanteur, l’orateur, savent à peu près ce qu’ils entendent lorsqu’ils parlent de "voix", qu’en est-il au juste, lorsque nous appliquons cette notion à un texte, à un style, à un auteur? À l’invitation, à l’injonction de Péguy, ne devons-nous pas nous considérer d’abord, que nous le voulions ou pas, comme l’un de ses interlocuteurs possibles, situation paradoxale qui engage une écoute, et une écoute de l’écoute? Il se pourrait bien que Péguy, nom d’une œuvre qui résonne jusqu’à nous, soit aussi le nom d’une question de voix. Partant d’une critique de la voix, traditionnellement conçue comme propriété inaliénable du sujet, Péguy essaie de nous montrer au contraire que parler engage les formes multiples du vocatif.

Centre Culturel International de Cerisy Retrouvez les colloques de Cerisy sur la forge numérique