Publicité

CETA, TTIP, TTP... : les accords de libre-échange reconfigurent l'espace mondial

Par
La reconfiguration de l'espace mondial par des accords de libre-échange en cours de négociation
La reconfiguration de l'espace mondial par des accords de libre-échange en cours de négociation
© Radio France - Camille Renard

Cartes. Le Parlement européen a ratifié ce 15 février le CETA, l'accord de libre-échange entre l'UE et le Canada. Comme celui-ci, le TTIP/TAFTA est contesté. Quant au TTP, les Etats-Unis viennent de s'en retirer. Derrière ces acronymes se cachent des enjeux géopolitiques majeurs. La preuve en six cartes.

Ce mercredi 15 février, le Parlement européen a ratifié le CETA, l'accord de libre-échange entre l'Union et le Canada. Le 23 janvier, Donald Trump signait le retrait des États-Unis de l'Accord de partenariat transpacifique (TPP). Quant au TTIP, ou TAFTA, qui doit créer la plus grande zone de libre-échange au monde entre les Etats-Unis et l'Union européenne, il sera probablement renégocié sous la prochaine administration américaine. Derrière la forêt des acronymes de ces "mégazones" de libre-échange, se cachent des enjeux géopolitiques majeurs, comme le présentent ces six cartes.

1- Les accords actuels ne passent pas les océans

Les 3 principales zones de libre-échange régionales
Les 3 principales zones de libre-échange régionales
© Radio France - Camille Renard

Les trois principales zones de libre-échange actuelles sont réparties sur trois continents. Pour chacune d'elles sont représentées sur la carte la part représentée dans le PIB mondial, et la part dans la population mondiale.

Publicité
  • L'Aléna, est ratifié en 1994 par les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.
  • L'Union européenne, dont la zone de libre échange était prévue par le Traité de Rome, en 1957. L'union douanière est accomplie en 1968 et le marché commun, établi par l'Acte unique européen (1986), l'est à partir de 1990.
  • L'Asean, ou l'Anase en français pour "Association des nations de l'Asie du Sud Est", créée en 1967. Dix Etats sud-est asiatiques y sont représentés : Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Brunei, Vietnam, Laos, Birmanie, Cambodge. Au cours des années 2000, cette zone de libre-échange a elle-même contracté des accords avec six autres pays, dont la Chine, le Japon, et la Corée du Sud, ce qu'on appelle "Asean +3".

2 - L'OMC en échec

La carte des 164 Etats membres de l'OMC
La carte des 164 Etats membres de l'OMC
© Radio France - Camille Renard

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) est fondée en 1995, faisant suite au GATT. Les blocages actuels pour que ses 164 Etats membres trouvent des accords commerciaux globaux conduit des leader régionaux à organiser de vastes zones de libre-échange, d'échelle intermédiaire entre les zones continentales présentées ci-dessus, et un accord mondial.

A ECOUTER "Le protectionniste président Trump et le libre-échange", et "États-Unis-Europe. Le sort du traité de libre-échange transatlantique" Les Enjeux internationaux

Ces accords de grande ampleur sont en cours de négociation à l'heure actuelle, et font face à plusieurs obstacles : des opposants aux mesures libre-échangistes qu'ils comportent (nivelage par le bas des normes sociales, sanitaires et environnementales, mise en place de tribunaux d'arbitrage privés...), mais également la politique protectionniste du nouveau président des Etats-Unis, qui a retiré son pays de l'Accord de partenariat transpacifique (TTP), et semble vouloir laisser mourir le TTIP négocié avec l'Union européenne. Donald Trump préférerait à ces accords multilatéraux des "deals bilatéraux", basés selon Sébastien Jean, économiste au CEPII, sur des rapports de force. Quoi qu'il en soit de la suite de ces négociations, il reste intéressant de voir comment ces traités reconfigurent l'espace mondial, et comment ceux d'entre eux qui vont aboutir pourraient mettre en évidence des équilibres géopolitiques nouveaux, du côté de l'Asie et du Pacifique en particulier.

A ECOUTER "Traités, échanges mondiaux : le grand remue-ménage", L'Economie en questions

3- Le partenariat régional asiatique

La carte du "Regional comprehensive economic partnership"
La carte du "Regional comprehensive economic partnership"
© Radio France - Camille Renard

Les dix pays membres de l'Aséan ont depuis les années 2000 mis en place des accords avec six autres pays : L'Aséan + 3 - Chine, Japon, Corée du Sud, et des membres additionnels : Australie, Nouvelle-Zélande, Inde. Ces 16 pays souhaiteraient fusionner ces différentes zones en une seule, le RCEP, pour "Regional comprehensive economic partnership". Les négociations sont ouvertes depuis 2013.

4- L'Accord de partenariat transpacifique, ou la volonté de neutraliser la Chine

L'accord de partenariat transpacifique
L'accord de partenariat transpacifique
© Radio France - Camille Renard

Pour contrebalancer l'influence normative, économique, commerciale, et politique du RCEP et de la Chine en Asie, l'administration Obama a œuvré pendant huit années à la mise en place d'une zone de libre-échange transpacifique. Les 12 pays signataires en 2016 - Australie, Brunei, Canada, Chili, Etats-Unis, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour, Vietnam - représentaient 40% du PIB mondial, et un tiers des échanges commerciaux. La politique d'endiguement de l'influence chinoise en Asie, notamment par le biais du pouvoir normatif intégré dans ces accords commerciaux de nouvelle génération, est abandonnée par Donald Trump le 23 janvier 2017 : un décret met fin à la participation américaine. L'avenir de l'accord sans les Etats-Unis est à l'heure actuelle en suspens, si ce n'est compromis.

5- TTIP et CETA : l'Europe veut contrebalancer la tendance de l'Amérique vers le Pacifique

La carte du Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP)
La carte du Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP)
© Radio France - Camille Renard

Sur le versant atlantique du monde, deux traités viendraient contrebalancer l'orientation du continent américain vers le Pacifique. L'Union européenne est impliquée dans deux négociations d'accords multilatéraux : l'un avec les Etats-Unis, que Donald Trump semble vouloir laisser tomber dans l'oubli, le "Partenariat transatlantique pour le commerce et les investissements" - TTIP ou TAFTA. L'autre avec le Canada, le CETA, pour "Comprehensive Economic and Trade Agreement", négocié depuis cinq ans, et que le Parlement européen a ratifié ce 15 février.

A LIRE "Traité de libre-échange transatlantique : un coup d'arrêt ?"

La carte de l'Accord économique et commercial global (CETA)
La carte de l'Accord économique et commercial global (CETA)
© Radio France - Camille Renard