Publicité

Charles Taylor condamné à 50 ans de prison

Par

Charles Taylor le 16 mai 2012
Charles Taylor le 16 mai 2012
© Reuters - Pool New

C'est le premier ancien chef d'État africain condamné par la justice internationale depuis la Seconde Guerre mondiale.

Arrêté en 2006 au Nigeria, celui qui a dirigé le Liberia de 1997 à 2003 plaidait non coupable . A 64 ans et après déjà 6 ans en détention préventive, il a assisté à cette décision lors d'une audience publique devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone. Le TSSL, à Leidschendam, dans la banlieue de La Haye, qui ne prononce pas de peine de mort ou de prison à vie.

Publicité

Charles Taylor avait été reconnu coupable le 26 avril dernier de onze chefs de crimes contre l'humanité et crimes de guerre , dont ceux de meurtre, viol et enrôlement forcé d'enfants soldats, pour avoir soutenu et encouragé les rebelles sierra-léonais du RUF, en échange de "diamants du sang". "L'accusé est responsable d'avoir aidé et encouragé, ainsi que d'avoir planifié, certains des crimes les plus haineux de l'histoire de l'humanité", a déclaré le président du tribunal, le samoan Richard Lussick. Pierre Bénazet était dans la salle :

Écouter

48 sec

Charles Taylor, contre qui l'accusation demandait 80 ans de prison, doit purger sa peine en Grande-Bretagne en vertu d'un accord avec le TSSL. Mais ses avocats ont assuré qu'il resterait écroué à La Haye jusqu'à ce que la procédure en appel soit achevée, ce qui pourrait prendre plusieurs mois.

"C'est une bonne nouvelle à la fois pour le gouvernement et pour le pays. C'est un pas en avant car justice est faite", a assuré le vice-ministre sierra-léonais de l'Information Sheku Tarawali au nom du gouvernement de Sierra Leone.
La nouvelle a été accueillie avec soulagement à Freetown, la capitale, par des victimes de la guerre, très souvent amputées, qui s'étaient rassemblées devant la télévision pour suivre l'audience.Les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) et du Conseil des forces armées révolutionnaires (AFRC) ont fait plus de 50.000 morts et d'innombrables invalides pendant la guerre civile de 1991-2002.

Avec AFP et AP
Les diamants du sang. Cultures Monde

Émission d'avril dernier avec Thierry Vircoulon, directeur du programme Afrique centrale d'International Crisis Group, Michel Yoboué, Coordinateur du GRPIE (Groupe de Recherche et de Plaidoyer sur les Industries Extractives) à Abidjan, et Olivier Vallée, économiste et consultant international sur l'évaluation du processus de Kimberley.