Publicité

Charlot, neurosciences, cyclisme : la Session de rattrapage

Par
Session du 23 juillet
Session du 23 juillet

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

une moustache et une canne : contre toutes les oppressions, c'est sous l’œil éternel et bienveillant de Charlot que France Culture a passé cette troisième semaine de grille estivale. Avec aussi la pensée réhabilitée de Raymond Aron, les polars militants de Didier Daeninckx, le cyclisme, et une cigale pour animer nos échanges. C'était un peu d'été, de réflexion et d'imaginaire, sur une antenne qui ne pouvait pourtant pas oublier une actualité terroriste encore toute brûlante. Antoine Lachand

LES SÉRIES D'ÉTÉ

Charlie Chaplin
Charlie Chaplin
- Roy Export Company Establishment

Charlot, tragique comique. Du Kid abandonné au vagabond crève-la-faim, en passant par le maladroit des Temps modernes et l’amoureux des Lumières de la ville, la Grande traversée passe en revue toutes les facettes du génie de Charlie Chaplin jusque dans ses aspects politiques. Avec la voix de Chaplin lui-même, dans une version inédite d’un entretien de 1966 pour Life. (Grande traversée : Charlie Chaplin, the artist, 5 x 2h)

Analyses façon Aron. Philosophe, historien, sociologue, politologue… Raymond Aron a renoncé à construire un système global d'interprétation. Malgré tout, il existe un état d'esprit et un appareil conceptuel aroniens, que s'attache à appréhender cette série d'émissions à travers plusieurs thématiques : la démocratie et le totalitarisme, la géostratégie et la guerre, la philosophie de l’histoire. (Avoir raison avec Raymond Aron, 5 x 1h)

Labels d'excellence. Dans un paysage musical bouleversé, certains "micro-labels" comme on les qualifiait autrefois, sont en train de tirer leur épingle du jeu face aux grandes maisons de disques. En electro, pop ou free-jazz, la ligne musicale et la philosophie de cinq labels français qui renouvellent la créativité et le modèle économique : Tricatel, Tigersushi, Pan European, Dirty, et Kill the DJ. (Culture musique, 5 x 1h)

Malinx, Daeninckx. De vrais-faux romans policiers pour raconter les perdants et les périodes oubliées de l’histoire, par exemple la guerre d'Algérie. C'est depuis plus de 30 ans le travail de Didier Daeninckx, dont la voix s'écoute doublement dans une émission où ses textes noirs suivent une série de ses entretiens "A voix nue". (Un été d'écrivains, 5 x 1h)

PENDANT QUE VOUS N'ÉCOUTIEZ PAS...

Une gardienne de musée devant "La Décalcomanie" de Réné Magritte
Une gardienne de musée devant "La Décalcomanie" de Réné Magritte
© AFP - ROBYN BECK

Dessine-moi une conscience. Question aussi ancienne que la philosophie, objet central de la psychanalyse, la conscience, son existence et sa définition sont aujourd’hui au coeur des recherches des neurosciences. Voyage au cœur du cerveau avec le neurologue Lionel Naccache. (Les Passeurs de sciences : le cerveau, 49 min)

Rois de la petite reine. Le tour de France touche à sa fin, et trois passionnés viennent partager au micro leur amour estival pour le cyclisme, remède à l'ennui nous disent-ils. Calculs ou panache, oreillettes ou vraies prises de risque, le vélo a bien changé mais fascine encore, avec une pointe de nostalgie. (La Grande table d'été, 1h10)

Les Klarsfeld du Rwanda. Dafroza Gauthier, qui a perdu des dizaines de proches au cours du génocide, se consacre avec son mari à retrouver et traduire en justice les assassins qui se sont réfugiés en France. Depuis 1996, ce couple de Rémois passe tout son temps libre à recueillir des témoignages par centaines. Elle raconte le deuxième procès auquel leurs années de travail ont abouti. (Itinéraire bis, 6 min.)

La cigale, le tube de l’été. Le chant de la Cicado orni, la cigale grise de notre paysage sonore du sud de la France, est un cri sexuel du mâle qui lui sort… par les oreilles. (Pas si bêtes, 4 min.)

LA CITATION

Sur le terrain politique, géopolitique, sociologique, l'attentat de Nice a évidemment beaucoup occupé notre antenne, avec divers angles pour tenter de cerner l'origine de ce drame et certaines de ses conséquences. Ci-dessous le regard de Gerald Bronner, professeur de sociologie (L'Invité des Matins d'été, 20 min)

"On pourrait être face à une sorte de terrorisme que l’on pourrait appeler mimétique. Pour m’en expliquer, je rappellerai un phénomène que les sociologues connaissent bien sous le nom d’effet Werther. Alors qu’est-ce que c’est que cet effet ? Dans les années 70, un sociologue américain du nom de David Philipps, avait constaté que lorsque l’on rendait public un certain nombre de suicides, ça provoquait assez mécaniquement des vagues de suicides, après leur médiatisation. Il s’est demandé pourquoi, car le suicide n’est pas une épidémie. Ce que ça crée, c’est une forme d’opportunisme mental."

Voilà, cette session juilletiste s'achève mais, pour s'aérer, direction le Mas La Devèze, dans les Cévennes, où un couple néerlandais a développé une exploitation de champignons, pleurotes et shiitakes, sur rondins... En campagne ou à la ville, bonnes écoutes naturelles, et très bel été. A samedi prochain !