Publicité

"Childfree", "SEnVol", "ginks" : en France, le refus d'avoir un enfant reste stable depuis trente ans

Par
"Rester libre" est le premier motif avancé par les personnes volontairement sans enfant rencontrées par la sociologue Charlotte Debest.
"Rester libre" est le premier motif avancé par les personnes volontairement sans enfant rencontrées par la sociologue Charlotte Debest.
- PixEmUp / Pixabay

Entretien. Depuis une dizaine d'années, des médias évoquent régulièrement les personnes qui ne veulent pas d'enfants, notamment pour sauver la planète. La sociologue Charlotte Debest considère ce sujet, toujours tabou, surmédiatisé. Elle s'explique en ce 11 juillet, journée mondiale de la population.

Nous sommes 7,7 milliards d'habitants sur Terre et un récent rapport de l'ONU envisage deux milliards d'habitants supplémentaires en 2050. L'évolution des populations interroge au moment où l'écologie devient une préoccupation majeure. Des articles (re)parlent alors de personnes qui refusent d'avoir des enfants pour "sauver la planète".

Docteure en sociologie, Charlotte Debest est chargée de cours à l'université Rennes II, spécialiste de la famille, du genre et de l'égalité femmes-hommes. Dès 2012, elle a signé une thèse sur les personnes, en France, volontairement sans enfant. Avant de publier le livre Le choix d'une vie sans enfant ou l'article Repenser l’égalité femmes-hommes au prisme du refus de maternité.

Publicité
2 min

Quels termes définissent cette revendication de ne pas avoir d'enfants ?

Il existe le terme "childfree" (CF), qui vient des Etats-Unis et a émergé dans les années 70. Cette appellation vient de la société civile, d'une association, et elle a rapidement été reprise dans les médias américains. Mais en 2008, quand j'ai commencé à étudier cela en France, il n'existait pas de terme. Cela montre que l'on est un peu en retard ou que l'on ne s'est pas posé la question des personnes qui ne souhaitent pas d'enfant. Car, en France, la famille et le désir d'enfant, notamment du côté des femmes, relèvent de l'évidence. 

J'ai essayé de parler des "SEnVol", un acronyme pour sans enfants volontaires. Et aujourd'hui émerge ou réémerge le terme de "ginks" (Green Inclination No Kids, engagement vert, pas d'enfant) où s'affirme très clairement un souci écologique, un lien avec la protection de la planète. [NDLR : l'éditorialiste américaine Lisa Hymas en est l'instigatrice]

Comment a évolué cette volonté en France ?

En France, 5% de personnes sont concernées, d'après les grandes enquêtes de l'INED (Institut National d'Etudes Démographiques), la dernière remontant à 2011. Le premier article scientifique à ce sujet date de 1990, par le démographe Laurent Toulemon, et il évoquait déjà 4,5% de personnes concernées. Depuis trente ans, la proportion de ces personnes est donc stable. Contrairement à tout ce que l'on peut entendre, il n'y a pas d'explosion du non désir d'enfant ou de crise du désir d'enfant ou de la famille. Cela reste une minorité, le chiffre reste très stable et 95% des personnes souhaitent des enfants. 

Il est intéressant de rappeler qu'il s'agit de micro phénomènes, qui disent beaucoup de choses certainement de la société. Mais c'est notamment comment la société réagit face à ces personnes qui est riche d'enseignements. 

Internet et les réseaux sociaux ont-ils contribué à la visibilité de ces personnes et à l'impression d'une tendance croissante ?

Les réseaux sociaux, les blogs, internet y participent certainement car ils permettent de faire émerger de nombreux comportements minoritaires. Avec en France peu de revendications très marquées. En Belgique, l'écrivain Théophile de Giraud et sa compagne de l'époque la musicologue Frédérique Longrée ont lancé en 2009 la fête des non-parents. Il a écrit des ouvrages, a un discours très construit qui passe très bien auprès des journalistes et il met en avant la question de la surpopulation et le fait de ne pas faire d'enfants pour préserver la planète.

Mais la visibilité de ces personnes repose aussi énormément sur les journalistes, qui depuis une dizaine d'années choisissent assez régulièrement ce sujet et lui donnent de la visibilité. Car il peut lier le rapport à l'écologie, sujet d'actualité partagé, et la question du non désir d'enfant, qui peut provoquer des valeurs traditionnelles. Cela demeure une bonne initiative de la part des journalistes parce que cela questionne sur de nombreuses autres problématiques de la société.

Qu'a provoqué la surmédiatisation que vous soulignez ? Une meilleure compréhension de cette volonté ? 

Cela rend audible la possibilité de dire que l'on ne veut pas d'enfants. Pour sauver la planète, cela peut apparaître une occasion louable, altruiste, avec l'idée d'un sacrifice au nom du bien commun. Jusqu'à être valorisé. Ce qui n'empêche pas les crispations avec certains parents, des échanges très agressifs et presque des insultes. Chaque partie se renvoie la balle entre "altruistes" et "égoïstes".

Après, je ne vois pas pour autant de personne autour de moi crier "Je ne veux pas d'enfants pour sauver la planète." Et les anciennes interlocutrices que je continue à côtoyer n'en parlent pas. C'est dit, il y a un silence et on passe à autre chose.

En 2012, lors des entretiens pour votre thèse, quels motifs premiers avançaient vos interlocutrices ? 

Rester libre, et cela s'est retrouvé ensuite dans d'autres enquêtes. La liberté, puis la responsabilité et les motivations

Les personnes volontairement sans enfants que j'ai interrogées mettent en exergue la contradiction entre être auto-entrepreneur.se de sa vie et être des parents épanouis. Ce qui est difficile et pèse encore aujourd'hui beaucoup plus souvent sur les femmes. Finalement, "si je veux être dans la course de la société actuelle et adopter les valeurs libérales pour avancer dans ma vie et être heureuse, il vaut mieux ne pas faire d'enfant" disent les personnes volontairement sans enfant que j'ai interrogées. 

Pour la responsabilité, la contraception et l'IVG n'existent que depuis quarante ans en France et mettre un enfant est vraiment une responsabilité existentielle, ce qui ne se posait pas en ces termes auparavant. Et là encore, l'IVG et la contraception sont davantage renvoyées du côté des femmes.

Enfin, c'est la question des motivations. Des motivations qui provoquent le plus d'affrontements entre parents et non parents. Pour ces personnes, il n'y a pas de rationalité à faire des enfants. D'ailleurs, le désir en psychanalyse relève précisément de ce qui n'est pas contenu dans un projet rationnel. Donc le "désir d'enfant" ne relève pas de la raison. De leurs points de vue, il n'y a pas de raison à avoir un enfant ou toutes les raisons éventuellement avancées sont finalement égoïstes. L'enfant n'étant de fait pas là au départ pour dire ce qu'il souhaite, on le fait forcément d'abord pour soi.

18 min

Et la raison écologique ?

Elle n'était pas avancée il y a sept ans lors de mes entretiens et je ne crois pas que cela ait changé en France. Cet argument ne peut pas tenir à lui seul sur toute une vie, selon moi. Aucune étude ne dit que c'est une réalité significative en tout cas et je n'ai reçu aucun courrier en ce sens. Notre rapport à la consommation, à la production et à la répartition des richesses sont en revanche réellement interrogés, notamment depuis une étude de 2005 qui estimait qu'un enfant européen "valait" dix enfants africains. Le problème n'est pas tant de surpopulation que de surconsommation.

NDLR : Une infographie de l'AFP a aussi provoqué une importante polémique à ce sujet

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Mais les débats sur le mariage homosexuel, la PMA ou la GPA ont relancé ces questions sur la famille ?

Le lien de filiation, le lien biologique est particulièrement questionné depuis 2013, avec pour interrogation majeure "Qui a le droit d'être parent ?" Et la séparation et le divorce sont aussi questionnés depuis bien plus longtemps. Parce que la famille est encore vue comme la base de la société. Y toucher peut faire peur, amener des angoisses, des utopies ou de nouvelles façons de fonctionner. 

Ces sujets sont clivants, avec aussi en toile de fond l'égalité femme-homme et/ou la différence femme-homme. D'où de nombreuses autres questions : Qui a le droit de faire des enfants ? Comment se répartissent les tâches ? L'autorité parentale, la filiation, le nom, et beaucoup d'autres enjeux de société qui touchent à la sexualité et à la santé.