Publicité

Chine, Corée, Japon : les féministes en lutte contre le modèle familial

Par
Shadow Walk as Take Back the Night at Busan in 2016
Shadow Walk as Take Back the Night at Busan in 2016
- Garam

Pour mieux comprendre les mouvements féministes actuels en Chine, au Japon et en Corée du Sud, l'Inalco et Asialyst, le site d'information et d'analyse sur toute l'Asie vous proposent une conférence.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Aujourd'hui, ce qui semble compter le plus chez une femme, c'est sa capacité à s'occuper de son mari et de sa belle-famille. Nos expériences, notre travail et notre vie ne comptent pas", déplore, en 2019 une jeune féministe sud-coréenne auprès du South China Morning Post. "Je ne vois pas l'intérêt de sacrifier une grande part de ma vie pour élever un autre être humain", explique, quant à elle, fin septembre, une jeune militante féministe chinoise à TV5 monde. "Je ne veux dépendre que de moi-même", abonde une jeune Japonaise auprès du New York Times.

Depuis quelques années, des témoignages comme ceux-ci se multiplient dans ces trois pays d'Asie de l'Est. Dans ces sociétés patriarcales et conservatrices, c'est à la mère de s'occuper des enfants, quitte, bien souvent, à abandonner sa vie professionnelle. Mais portées par la libération de la parole post-#Metoo, de plus en plus de femmes - souvent éduquées et issues de la classe moyenne urbaine - rejettent ce modèle familial traditionnel, privilégiant le célibat perçu comme garantie de "leur liberté". 

Publicité

Cette libération de la parole des femmes n'a cependant pas tardé à faire réagir et à provoquer une grogne d'une partie de la population, notamment chez les jeunes hommes. Une opposition qui tourne parfois à l'affrontement sur les réseaux sociaux et dans les rues. 

Cette conférence tentera ainsi d'analyser et de comparer ces mouvements féministes en Chine, au Japon et en Corée du Sud. Quelle place a joué le mouvement #Metoo dans l'émergence de ces courants ? Quelle place pour les femmes dans ces sociétés est-asiatiques ? Comment réagissent les différents gouvernements ? Comment s'explique cette vague d'opposition masculiniste ? 

Avec : 

  • Camille-Victoire Laruelle, doctorante rattachée à l'université de Rennes et spécialiste de la question féministe en Chine
  • Isabelle Konuma, professeure de droit japonais à l'Inalco et spécialiste du droit de la famille et des politiques de la reproduction au Japon
  • Marion Gilbert, docteure en sociologie et spécialiste de la Corée du Sud

Modératrice :

  • Cyrielle Cabot, journaliste à France 24 et à Asialyst