Publicité

Christiane Desroches Noblecourt : "Tout est calqué sur la vie du soleil levant et du soleil couchant."

Christiane Desroches- Noblecourt, André Malraux et Saroite Okacha devant le masque funéraire de Toutankhamon à l'inauguration de l'exposition au Petit Palais le 16 février 1967.
Christiane Desroches- Noblecourt, André Malraux et Saroite Okacha devant le masque funéraire de Toutankhamon à l'inauguration de l'exposition au Petit Palais le 16 février 1967.
© Getty - Keystone-France/Gamma-Keystone

1967. "Les lundis de l'histoire" proposait en 1967 une visite de l'exposition exceptionnelle "Toutankhamon et son temps" en compagnie de l'égyptologue Christiane Desroches Noblecourt. Dans ce long extrait de l'émission, elle nous livre ses descriptions et commentaires des œuvres exposées.

Dans les "Les lundis de l'histoire", Christiane Desroches Noblecourt présentait l'extraordinaire exposition "Toutankhamon et son temps" qui se déroulait au Petit Palais au printemps 1967 et dont elle était la commissaire. Cette exposition eut un retentissement fabuleux à l'époque, plus d'un million de visiteurs vinrent découvrir les trésors de la sépulture du pharaon. On suit l'égyptologue de salle en salle, dévoilant les œuvres d'art les plus rares comme un tabouret richement orné de lys et de papyrus, des coffres dont "une véritable trouvaille", un chasse-mouches "plaqué d'or et piqué de trente plumes d'autruche" ou encore les vaches célestes, celle de l'occident, "la vache de la mort, teintée de rouge, à l'air pas très commode" et celle de l'orient, c'est une vache "apaisée, toute heureuse, c'est le soleil levant". 

Toutes ces œuvres liées au roi Toutankhamon permettent de le suivre "dans l'évolution de sa vie jusqu'au moment où il va trépasser". L'égyptologue montre combien "les Égyptiens étaient raffinés et poètes" et insiste sur l'importance de "la force" du soleil dans l'Egypte ancienne : "Tout est calqué sur la vie du soleil levant et du soleil couchant."

Publicité

"Les lundis de l'histoire" nous fait visiter l'exposition "Toutankhamon et son temps" avec Christiane Desroches Noblecourt, le 06/03/1967.

27 min

Il meurt et il passe dans un monde tout à fait différent. Le monde où il n'y a plus de chaleur solaire puisqu'en mourant le roi a suivi le chemin du soleil qui s'est engouffré en occident. [...] On voit ici, maintenant, la projection du roi. Il est mort. Il est dans un domaine où on ne le voit plus. Est-elle l'homme invisible ? Si on ne l'entoure pas de bandelettes, il faut bien lui donner des vêtements : on ne le voit qu'en le suivant à travers ses vêtements qui semblent être seuls visibles et même pour savoir où il pose le pied, on lui a mis des sandales d'or. C'est donc le négatif de lui-même, ce que les Égyptiens appellent le Ka, traduit par [Gaston] Maspero comme le double, ce n'est peut-être pas tout à fait son double mais c'est sa projection invisible. Il va maintenant partir pour le grand voyage et il va essayer de gagner son éternité en s'efforçant de suivre le soleil.

Puis Christiane Desroches Noblecourt détaille le couronnement par le dieu Amon du jeune Toutankhamon alors âgé de neuf ans, à qui les prêtres ont remis les insignes de la royauté :

Le crochet et le fouet, on ne connaissait ces objets que par des représentations. Vous en avez maintenant les éléments réels. On peut presque être assurés que les petites mains de Toutankhamon à neuf ans ont tenu ces deux sceptres et la chose est d'autant plus émouvante que ce sont des précieuses reliques très bien conservées et d'une harmonie exceptionnellement belle.

  • "Les lundis de l'histoire"
  • Première diffusion le 06/03/1967
  • Producteur : Pierre Sipriot
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France