Christine Angot : écrire après Duras, une occupation tragique

Publicité

Christine Angot : écrire après Duras, une occupation tragique

Par
Écrire après Duras
Écrire après Duras
© Getty - Jacques Haillot

Parmi une oeuvre diverse et qui a incroyablement su varier la forme de son écriture, quelle Marguerite Duras les auteurs d’aujourd’hui retiennent-ils ? Écrire après Duras : une cartographie sensible de son héritage littéraire.

Comment l’écriture durassienne se continue-t-elle dans la littérature contemporaine ? Quels échos trouve-t-elle dans ses textes, mélangés à d’autres sources, à d’autres enjeux ? 

Chez Duras, il y a un espoir qui n’est jamais perdu. Il y a quelque chose au fond : elle cherche, et elle trouve. Le travail de l’écriture, ce n’est pas seulement les phrases, ce n’est pas seulement les mots. Si écrire est une occupation tragique, on ne peut trouver la vérité que dans la "nuit". Cette nuit dont Marguerite Duras parle. Écrire, c’est donc aussi supporter cette "nuit", cela fait partie du travail, et c’est violent. La violence de ne pas savoir faire autrement pour dire quelque chose que d’écrire. Christine Angot

Publicité

Une rencontre enregistrée en 2014

Christine Angot, écrivaine

Florence de Chalonge, professeure à l'université Lille 3

Joëlle Pagès-Pindon, professeure à l'université Thalim-Paris 3

Emanuelle Pireyre, écrivaine

Olivier Rohe, écrivain.