Claude Brasseur : "Avoir du métier, c'est parfois bien embêtant"

Publicité

Claude Brasseur : "Avoir du métier, c'est parfois bien embêtant"

Claude Brasseur dans les années 1970.
Claude Brasseur dans les années 1970.
© AFP

1998. Invité de "Projection privée", le comédien Claude Brasseur parle de son métier aussi bien au théâtre qu'au cinéma et à la télévision. Il livre des anecdotes de tournage, raconte comment il travaille ses rôles, avec une grande méticulosité, et en quoi son jeu se distingue de celui de son père.

Au micro de Michel Ciment, Claude Brasseur revient sur sa carrière qui embrasse les trois voies possibles pour un comédien, le théâtre, le cinéma et la télévision. Il dit que c'est important pour lui de s'adonner à ces trois disciplines "qui nous sont offertes". Il évoque sa dernière expérience avec la documentariste Dominique Cabrera dans le film "L'Autre côté de la mer", combien ses méthodes non traditionnelles l'ont perturbé dans son jeu. Puis il fait part de son travail avec Jean-Luc Godard dans "Bande à part" en 1964 puis dans "Détective" en 1985, "il y a un avant et un après Godard pour les gens qui travaillent avec lui, reconnaît-il, involontairement, sans avoir une science particulière de la pédagogie, on apprend beaucoup de choses avec Godard justement sur cette liberté, l'indispensable sensation de sentir ce qu'il se passe autour". Il évoque ensuite Jean Renoir, "c'était merveilleux, c'est ce que j'appelle les metteurs en scène maman, il nous dorlotait" et aussi Claude Sautet, "c_'était le metteur en scène père, très autoritaire, très précis. Il a sans arrêt à la main de la fumée et de la sueur._".

Claude Brasseur invité de "Projection privée" le 17/01/1998.

28 min

Claude Brasseur retrace sa lignée familiale présente au théâtre depuis la Restauration dans les années 1820. Il explique sa méthode de préparation très minutieuse avant d'aborder un rôle , "je travaille beaucoup à la table", "je prends beaucoup de notes", dit-il. Il raconte comment il est devenu acteur après avoir tâté du journalisme à Paris Match, et comment il s'est tout de suite distingué de son père, Pierre Brasseur, dans sa façon de jouer, "on est extrêmement différents dans l'expression de notre métier".

Publicité

On s'imagine que quand on a beaucoup de métier, c'est un avantage, mais parfois c'est faux. Je me suis rendu compte que j'étais un peu prisonnier des méthodes traditionnelles de tournage. [...] Quand je n'avais pas mes repères traditionnels, j'étais un peu perdu, moi qui croyais avoir beaucoup de métier. Et finalement avoir du métier, c'est parfois bien embêtant.

Le Tête-à-tête
50 min
  • Projection privée
  • Première diffusion : 17/01/1998
  • Production : Michel Ciment
  • Réalisation : Pierrette Perrono