Publicité

Claude Monet impressionne les galeries nationales du Grand Palais

Par
Claude Monet devant des panneaux représentant ses "Nymphéas" au Musée de l'Orangerie. (1914)
Claude Monet devant des panneaux représentant ses "Nymphéas" au Musée de l'Orangerie. (1914)
© Getty - Underwood Underwood/Library of Congress/Corbis/VCG

A l'occasion de l'exposition hors-normes sur Claude Monet au Grand Palais, « Quatre jours, trois nuits non-stop ».

A quelques jours de la fermeture de l'exposition de tous les records, le Grand Palais lance son opération « Quatre jours, trois nuits non-stop » (de vendredi matin à lundi soir 21h) et n’espère pas moins de 65 000 personnes. Seule la moitié des places sont sur réservation, ce qui laisse sa chance à tous ceux qui n’ont encore rien prévu. La Rmn, organisatrice de l’événement, informe que si le temps d’attente peut être de deux à trois heures vers minuit, il tombe à un quart d’heure entre 3h et 4h30 du matin et encore plus particulièrement dans la nuit de dimanche à lundi de 2h à 5h du matin . Avis aux amateurs ! Plus de 845 000 personnes ont déjà parcouru cette rétrospective de 170 toiles du maitre impressionniste et la Rmn envisage d’atteindre la fréquentation record de 910 000 visiteurs à la fin de l’exposition.

Retour sur une exposition hors-norme.

Publicité
Sylvie Patin
Sylvie Patin

Rencontre avec Sylvie Patin, conservateur général au musée d’Orsay et commissaire de l’exposition auprès du commissaire général Guy Cogeval.

Cette exposition au long court (170 tableaux présents) permet de saisir l’œuvre de Monet dans toute sa globalité. [2’09’’]

Le Bord de la mer à Honfleur, 1864-1866 Los Angeles, Los Angeles Country Museum of Art
Le Bord de la mer à Honfleur, 1864-1866 Los Angeles, Los Angeles Country Museum of Art

Ses maîtres, Eugène Boudin puis le peintre hollandais Johan Jongkind, l’aident progressivement à aiguiser son œil et l’initient à une nouvelle pratique, la peinture en plein air rendue possible par les évolutions techniques (en particulier l’invention des tubes de peinture, facilement transportables). Claude Monet choisit alors des sujets plutôt traditionnels tels que la campagne, les forêts et les plages mais aussi des marines et des « effets de neige ». Arrivé à Paris dans les années 1870, il peindra des paysages de la banlieue (en particulier du côté d’Argenteuil) et des bords de Seine particulièrement lumineux et colorés qui permettent la pleine expression de sa méthode par touches de peinture multiples. Cette technique des impressionnistes transforme le tableau en palette du peintre et donne à l'oeil le travail d'ajustement entre deux taches de couleur.

Sylvie Patin retrace les grandes étapes dans l’évolution de Claude Monet. [3’14’’]

Claude Monet occupe une place à part au sein du groupe des impressionnistes. [0'55'']

Fragment du Déjeuner sur l’herbe, 1865 Paris, musée d’Orsay
Fragment du Déjeuner sur l’herbe, 1865 Paris, musée d’Orsay

**

Focus sur l'un des tableaux remarquables de cette exposition, le Déjeuner sur l’herbe. [1’45’’]

Le Bassin aux nymphéas, 1899 Londres, The National Gallery
Le Bassin aux nymphéas, 1899 Londres, The National Gallery

A partir des années 1890, la lumière et la couleur l'emportent sur les formes et contours. Figures et portraits sont plus souvent suggérés que détaillés, la même impression de flouté entoure les natures mortes. Claude Monet est âgé de cinquante ans, il crée son fameux jardin dans la propriété de Giverny et recentre ses espaces de travail à la campagne avoisinante. Il s'attache à quelques modèles qu'il reproduit un grand nombre de fois en explorant toutes les variations de couleurs et de lumières suivant les heures de la journée et les journées en fonction des saisons.

« J’ai mis du temps à comprendre mes nymphéas… Je les cultivais sans songer à les peindre… Un paysage ne vous imprègne pas en un jour… Et puis, tout d’un coup, j’ai eu la révélation des féeries de mon étang. J’ai pris ma palette. Depuis ce temps, je n’ai guère eu d’autre modèle. »
Claude Monet recherche inlassablement à saisir l'instant. [0'30'']

Vue d’ensemble de la section retour à Londres
Vue d’ensemble de la section retour à Londres
© Radio France

« Le motif est quelque chose de secondaire, ce que je veux reproduire, c’est ce qu’il y a entre le motif et moi. »
L'exposition propose à la fois les œuvres très célèbres de Claude Monet et d'autres, beaucoup moins connues pour constituer un ensemble de près de deux cents tableaux. L’aspect inédit et exceptionnel des œuvres présentées devrait mobiliser les foules et allonger les files d’attente à l’entrée du musée. Plus de 80 000 billets ont déjà été vendus via le site internet avant même l’ouverture de l’exposition et les organisateurs n'attendent pas moins de 500 000 visiteurs.

*Les grandes dates  de Claude Monet.> Le site dédié à l’événement  qui permet d’acheter et de réserver son billet, propose trois modules très complets : une galerie, un voyage interactif à travers l’œuvre de Monet et une rubrique d’actualités.> A écouter, le mercredi 22 septembre de 12h50 à 13h30, La Grande Table  en direct et en public des galeries nationales du Grand Palais, avec Pierre Wat, historien de l’art, auteur du livre *Les Nymphéas, la Nuit * (Nouvelles éditions Scala), l’un des commissaires de l’exposition Richard Thomson et le peintre Gérard Traquandi.> En direct et en public des galeries nationales du Grand Palais, le mercredi 22 septembre de 19h à 20h, Le RenDez-Vous  avec Guy Cogeval, président du Musée d’Orsay et conservateur général du patrimoine, le paysagiste Gilles Clément et le designer sonore de l'exposition Louis Dandrel.> A réécouter également, Monet des villes et Monet des champs  dans Les Mardis de l'expo  du 21 septembre.> Le 27 décembre, La Grande Table  revient elle aussi en première partie sur cette exposition Claude Monet au succès "impressionnant".> A écouter enfin, l'émission Pas la peine de crier , enregistrée pendant la nocturne de vendredi à samedi.*