Publicité

Climat : quand 72 prix Nobel traitaient les écologistes de charlatans

Par
 Un artisan ramasse des roseaux de quenouilles qui serviront à tisser des sièges pour des chaises, dans une communauté d'artisanat hippie en Nouvelle-Angleterre, 1973
Un artisan ramasse des roseaux de quenouilles qui serviront à tisser des sièges pour des chaises, dans une communauté d'artisanat hippie en Nouvelle-Angleterre, 1973
© Getty - Nathan Benn/Corbis

1992. 15 000 scientifiques viennent de lancer un cri d'alarme sur l'état de la planète. Il y a 25 ans, des lobbies de l'amiante et du tabac enfumaient 4000 chercheurs et intellectuels en leur faisant signer un texte aux relents climatosceptiques. C'était "l'appel d'Heidelberg" : un vrai cheval de Troie.

"L'humanité ne fait pas ce qui devrait être entrepris de manière urgente pour sauvegarder la biosphère menacée." Plus de 15 000 scientifiques issus de 184 pays exhortent la communauté internationale à agir pour la planète dans un manifeste publié lundi 13 novembre. Ce n'est pas une première : il y a vingt-cinq ans déjà, en 1992, 1700 scientifiques lançaient un appel similaire baptisé "World Scientists’ Warning to Humanity" : 

Si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre.

Publicité

Sauf que cette mobilisation avait aussitôt fait un flop, court-circuitée par les lobbies de l'amiante et du tabac. Ces industriels, avançant masqués, s'étaient montrés très habiles : lors du premier Sommet de la Terre à Rio (Brésil), ils étaient parvenus à faire signer un contre-appel par de prestigieux scientifiques et intellectuels. Ces derniers, ignorant que derrière l'initiative se cachaient des lobbies, souscrivirent à un texte qui qualifiait les préoccupations écologiques de "préconceptions irrationnelles". 

La Revue de presse
2 min

Parmi ceux qui se firent berner par ce cheval de Troie, des figures aussi prestigieuses qu'Eugène Ionesco, Pierre Bourdieu, Marc Fumaroli... et au total, pas moins de 72 prix Nobel, toutes disciplines confondues (Hans Bethe, Ilya Prigogine, Elie Wiesel...). Tous signèrent " L'appel de Heidelberg", cette motion contre l'écologie, qui faisait passer le message que cette "idéologie irrationnelle" était un danger pour le "progrès scientifique et industriel" et pour le "développement économique et social" :

Nous affirmons que l'état de nature, parfois idéalisé par des mouvements qui ont tendance à se référer au passé, n'existe pas et n'a probablement jamais existé depuis l'apparition de l'homme dans la biosphère, dans la mesure où l'humanité a toujours progressé en mettant la nature à son service, et non l'inverse.

Un an plus tard, en mars 1993, le pot aux roses est révélé quand un mémo confidentiel de Gérard Wirz, l'un des responsables de la firme du tabac Philipp Morris, dévoile l'imposture : à l'initiative du texte, les industries de l'amiante d'abord, rejointes par celle du tabac. Deux secteurs qui furent à l'origine de la création d'une structure dirigée par Michel Salomon, journaliste et lobbyiste, principal animateur de l'appel de Heidelberg.

Climat : quand les lobbys enfument les scientifiques
Climat : quand les lobbys enfument les scientifiques
- Pixabay

C'est ce qu'expliquait Marc Tertre, blogueur sur Mediapart, en juin 2012, citant cette même note interne de la firme Philipp Morris qui faisait référence à cet organisme :

"Un nouvel organisme, le Centre international pour une écologie scientifique [ICSE, pour International Center for a Scientifique Ecologie], a été fondé, à Paris, comme une continuité de l'appel d'Heidelberg, pour fournir aux gouvernements du monde entier des opinions sur ce qui constitue une science environnementale solide, à propos de certains problèmes"

De cause à effets, le magazine de l'environnement
58 min

Le 23 juin 1992, avant que l'affaire soit éventée, l'émission de Pascale Casanova, "Panorama", sur France Culture, s'interrogeait sur cet appel de Heidelberg. Il est amusant de réécouter les propos d'Hubert Curien, alors ministre de la Recherche et de l'Espace, qui jugeait cet appel absolument fondé :

Il y a là une petite révolte de nos amis scientifiques qui sont souvent ulcérés de voir que leurs discours passent moins bien que des discours de charlatans. Des discours de charlatans on en entend beaucoup, et quelquefois, c’est vrai, ils sont assez séduisants. Mais quand il s’agit de charlatans qui influent sur des décisions scientifiques, ça devient embêtant.

A propos de l'appel de Heidelberg_"Panorama", 23 juin 1992

5 min

Et à l'une des invitées qui lui faisait remarquer que c'est à l'écologie que s'attaquaient les 4000 signataires de l'appel de Heidelberg en parlant d'"idéologie irrationnelle"... :

Je ne parle pas des écologistes, mais des gens qui vous vendent de la fausse science. Les écologistes qui sont respectables nous disent : “Attention, nous n’avons qu’une planète sur laquelle nous habitons, gérons là comme il faut”. Là, je dis bravo. Mais les gens qui me disent : “Faisons de la planète un sanctuaire”, je dis : “Vous débloquez !”