Publicité

Clitoris : pourquoi avoir attendu 2017 pour le représenter dans les manuels scolaires ?

Par
L'Origine du monde de Courbet, 1866. En 2011, un internaute parisien avait vu son compte supprimé par Facebook après avoir publié le tableau. Il avait porté plainte.
L'Origine du monde de Courbet, 1866. En 2011, un internaute parisien avait vu son compte supprimé par Facebook après avoir publié le tableau. Il avait porté plainte.
- Gustave Courbet

[PREVIOUSLY] Le clitoris est enfin correctement représenté dans un manuel de SVT (éditions Magnard) pour la rentrée. La fin d'une longue omerta datant de 1880. Retour sur une histoire dont les principaux protagonistes sont le protestantisme, et Freud.

Pour la première fois, le clitoris a été correctement dessiné dans le nouveau livre de SVT des éditions Magnard, destiné à entrer dans le cartable des collégiens à la rentrée prochaine. Avec sa double arche interne de 10 cm de long. Cette représentation vient briser un tabou anatomique de longue date. Pourtant, les premières représentations anatomiques correctes du clitoris remontent à 1600... Retour sur l'histoire et les raisons de cette longue omerta.

La représentation du clitoris et de sa double arche, dans le manuel de SVT des éditions Magnard
La représentation du clitoris et de sa double arche, dans le manuel de SVT des éditions Magnard
- Magard
3 min

En 2010, la gynécologue et obstétricienne Odile Buisson avait consacré une conférence de 15 minutes à l'organe clitoridien et à sa mise au ban par la médecine sexuelle. France Culture Conférences l'avait rediffusée en août 2016. “Le clitoris est probablement la terreur des Homo sapiens, car il faut savoir que 130 à 150 millions de femmes ont été excisées dans des conditions épouvantables", lançait-elle en guise d'introduction. Et ce depuis la nuit des temps, puisque des momies excisées ont été retrouvées, précisait-elle. Et en Occident ? "On a fait moins sanglant mais on n’a pas fait moins sournois, car le clitoris a été un organe complètement oublié des traités d’anatomie."

Publicité

Le clitoris en Occident : une "excision mentale"

Durant ses études de médecine, Odile Buisson a très vite noté que lorsque le clitoris était représenté, ou traité, il l'était de façon erronée : "Je me rappelle que quand j’ai fait ma gynécologie, c’était deux petites pages, vite expédiées, et du reste on ne l’apprenait pas parce qu’on n’était jamais interrogés dessus et qu’en fait, tout le monde s’en foutait."

Je travaille avec le docteur Pierre Foldès, qui est spécialiste de la réparation des mutilations sexuelles (...), [qui] me dit toujours, “En Occident, nous avons nié, oublié, nous avons excisé mentalement le clitoris”. Odile Buisson

Jean-Claude Piquard, sexologue clinicien, ("pas médecin", tient-il à préciser) auteur de La fabuleuse histoire du clitoris (H&O, 2013), a vécu la même expérience lors de ses études : "Lorsque j’ai fait ma formation de sexologue clinicien à la fac de médecine de Montpellier, ma grande surprise… : point de clitoris. On avait posé la question aux profs qui étaient des médecins sexologues : il refusaient de répondre, ils bottaient en touche, c’était très surprenant."

D'autant plus surprenant que, suite à ses recherches basées sur les encyclopédies médicales et autres traités d'anatomie, le sexologue s'aperçoit que jusqu'au XXe siècle, le clitoris avait toujours été connu et reconnu comme l’organe du plaisir féminin.

Au début du XXe siècle, il occupait quatre pages dans les traités d’anatomie, et dans les années 1960 qui sont les points culminants de l’omerta clitoridienne, il n’occupait que quatre lignes. On démontre ainsi que ce n’est pas une absence de connaissances, c’est un recul de connaissances. Jean-Claude Piquard

"Semi-écorché d'une jeune fille", par l'anatomiste Giulio Cesare Casseri, 1600
"Semi-écorché d'une jeune fille", par l'anatomiste Giulio Cesare Casseri, 1600

1750, aux prémices de l'omerta : le clitoris induit la masturbation, qui induit la contraception

La première omerta sur le clitoris, c'est à des médecins protestants qu'on la doit, vers 1750, date avant laquelle la masturbation n'avait jamais été mentionnée, explique Jean-Claude Piquard : "Brutalement, elle devient une pratique funeste, potentiellement mortelle, ou en tout cas très dangereuse." Pourquoi ? Parce que la semence est chose précieuse destinée à la procréation pour les religions, il s'agit donc de ne pas la perdre : “La réponse que j’ai trouvée, c’est que la masturbation réciproque en couple était un moyen de contraception.

“Quelque part en France, on a été protégés par les catholiques, il n’y a quasiment pas eu d’excision thérapeutique en France. Les catholiques ont fait du suivisme mais étaient beaucoup moins intégristes. [...] Dans tous les pays protestants, la répression de la masturbation a été violente, sauf en Angleterre peut-être.” Jean-Claude Piquard

A l'époque, la théorie des humeurs voulait que la femme aussi ait une semence qui émanait, croyait-on, lors de l’orgasme, qui était reconnu comme clitoridien selon tous les textes médicaux : "Ils pensaient que les deux semences coagulaient pour former l’embryon. Cette théorie, soutenue par le courant médical mainstream, va durer jusqu’à la fin du XIXe siècle.

On a des textes de l’Eglise jusqu’à la fin du XIXe siècle qui recommandaient l’usage du clitoris dans le lit conjugal pour augmenter la fertilité. Jean-Claude Piquard

1880 : On comprend que le clitoris n'a aucune fonction procréative

Malgré les médecins protestants, le clitoris continue à intéresser la science. Ainsi, en 1844, le docteur allemand Georg Ludwig Kobelt schématise entièrement l'organe féminin : "Il a trouvé les bulbes vestibulaires, et pendant très longtemps il a été le seul à avoir décrit la neurologie sensitive du clitoris. Il a démontré que seul le gland du clitoris avait une riche innervation à fonction érogène", explique Jean-Claude Piquard, avant d'ajouter que jusqu'à 1920, ses travaux étaient présents dans tous les traités d'anatomie.

C'est en 1880 que tout bascule réellement, lorsqu'on comprend que l’ovule n’advient pas lors de l’orgasme, mais à un moment précis du cycle menstruel, et qu'il n'a donc aucun intérêt du point de vue de la fertilité. Le regard sur le clitoris change : non seulement il n'a pas de fonction procréative, mais en plus, il peut inciter les couples à pratiquer la masturbation réciproque, explique Jean-Claude Piquard.

De 1905 à aujourd'hui : le clitoris victime de Freud, "le grand exciseur psychique"

Sigmund Freud par Max Halberstadt en 1922
Sigmund Freud par Max Halberstadt en 1922
- Domaine public

Dans ses Essais sur la théorie sexuelle, publiés en 1905 et remaniés jusqu'en 1920, le neurologue autrichien Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse, expose une théorie castratrice pour la femme. "Il disait que la petite fille usait du clitoris mais qu’elle était dans une sexualité inorganisée socialement. Et une fois pubère, pour s’inscrire dans une sexualité organisée socialement, elle ne devait plus jouir que du vagin. Et là, si vous voulez on voit tout l’enfumage. Parce que qu’est ce que ça veut dire une sexualité organisée socialement ? ça ne veut rien dire", analyse Jean-Claude Piquard. Et le sexologue de situer le "point culminant de l’omerta clitoridienne" dans les années 1960, moment où la théorie freudienne s’est répandue largement.

Pour lui, aujourd'hui, l'héritage de Freud est encore très prégnant dans les mentalités. Même les mentalités féministes, estime Jean-Claude Piquard qui, s'oppose à Odile Buisson lorsque celle-ci date à 1998 la première vraie dissection validée du clitoris (par l'équipe autralienne du Docteur Helen O’Connell) : "De l’autre côté de la terre, O'Connell, une urologue australienne, a brisé le tabou du clitoris. Mais elle n’a rien découvert. [...] Dire que c’est O'Connell qui a tout découvert, c’est vouloir dissimuler l’omerta du XXe siècle, c’est vouloir protéger Freud."

Autre sujet de divergence entre Jean-Claude Piquard et Odile Buisson, l'orgasme dit "vaginal" : pour le premier, il n'est autre qu'une invention de Freud, tandis que la deuxième estime qu'il existe, et qu'il est dû à une stimulation du clitoris interne.

Freud est l’inventeur du terme “orgasme vaginal”, avant Freud, personne n’avait mis ces deux mots côte à côte. Jean-Claude Piquard

En dépit des désaccords qui persistent, la fin du tabou reste source de satisfaction. En 2005, la première image précise de l'organe féminin était révélée par résonance magnétique. En 2009, le docteur Pierre Foldès et Odile Buisson réalisaient une échographie de l'organe durant le coït, afin d'en mieux cerner les modifications dynamiques et comprendre l'orgasme à l'aune de l'imagerie cérébrale (pour les curieux, Odile Buisson l'explique dans sa conférence vidéo). Aujourd'hui enfin, les collégiennes utilisant le manuel de SVT des éditions Magnard auront une meilleure connaissance de leur corps, alors que 84% des filles de 13 ans ignorent encore comment représenter leur sexe. Béatrice Salviat, coordinatrice du manuel en question, affirme sereinement que leur souhait était "juste d'être rigoureux scientifiquement", et trouve à ce titre étrange d'avoir brisé un tabou. L'éditeur Magnard n'a eu que des retours positifs sur cette initiative, témoigne-t-elle : "On a été qualifiés de progressistes par l'Education nationale".

On représente le pénis depuis les testicules jusqu'aux glandes annexes depuis toujours et ça paraît normal, donc je ne pense pas que ça déclenche des foudres particulières. Béatrice Salviat

Reste à espérer que les sept autres éditeurs que sont Belin, Bordas, Didier, Hachette, Hatier, Lelivrescolaire et Nathan, qui font une présentation erronée de l'organe ou n'en définissent qu'une petite partie, auront à leur tour le courage de sauter le pas.