La violoniste virtuose britannique Vanessa Mae joue à Hong Kong en 2002
La violoniste virtuose britannique Vanessa Mae joue à Hong Kong en 2002

Le talent : comment le développer, par Pierre-Michel Menger

Publicité

Comment développer votre talent, par Pierre-Michel Menger

Par

Sociologie | Comment réellement développer votre talent ? Comment contourner les obstacles sociaux, culturels, sexistes, qui l'empêchent de se déployer ? Le sociologue Pierre-Michel Menger, professeur au Collège de France, vous explique. Il vient de publier "Le talent en débat", aux Puf.

Pierre-Michel Menger, sociologue, titulaire au Collège de France de la chaire de sociologie du travail créateur, vous explique comment développer réellement votre talent. 

34 min

Pierre-Michel Menger : Le talent c’est une manière de dire : il y a ce que j’ai appris éventuellement à l’école mais il y a plus que cela. 

Publicité

Les individus ne savent pas ce dont ils sont capables, il faut qu’ils se transforment eux-mêmes au contact d’une activité : on y va et on apprend progressivement. On le voit par exemple dans ce qu’est le phénomène mondial de circulation de ce qu’on appelle les talents, c’est-à-dire des migrants.

Aux États-Unis les grandes sociétés de High Tech sont souvent dirigées par des migrants : Google et d’autres, ce sont des Indiens, des asiatiques etc.. Qu’est-ce qu’ils ont ? Ils ont à la fois la capacité d’apprendre mais aussi cette persévérance, cette niaque, ce côté "il faut que je me fasse une place dans cette société dont je ne suis pas membre depuis le départ et je ne dois pas simplement compter sur le diplôme pour y aller, il faut que je mette un peu plus que cela".

Le conseil que je donnerais c’est d’extraire de chaque situation quelque chose que l’on peut apprendre et même aussi provoquer des situations où l’on apprend. Une manière d’apprendre c’est de se mettre à la place d’autrui par exemple. Regarder à travers l’œil d’autrui comment on vous voit et comment vous voyez qu’on vous voit, etc. Ce sont de très bons mécanismes assez subtils mais très faciles à mettre en œuvre parce que ça s’apprend aussi et cela vous donne beaucoup de force.    

En savoir plus : High Tech et talent

L’idée de talent peut-elle présenter un risque ? 

Pierre-Michel Menger : C’est comme cela par exemple que l’on essaie de créer des futurs professionnels dans le sport, c’est de les entourer, c’est d’avoir un système pour dire "on va essayer de voir si vous avez des possibilités", c’est-à-dire on va essayer d’extraire de vous des choses dont vous n’aviez même pas idée. Cela n’annulera pas les problèmes réels, à un moment ou à un autre une sélection opérera. Dans le sport on sait que les carrières sont très brèves, mais les qualités que vous aurez acquises (le fameux "mental", la réactivité, la capacité d’agir avec les autres, d’avoir le team spirit, l’esprit d’équipe....), cela va vous servir.

C’est comme ça d’ailleurs que souvent on dit dans le monde de l’entreprise "ah si on pouvait infuser quelque chose qui vient du sport ou des arts" : la créativité, l’imagination, la tolérance à l’autre, la diversité dans l’équipe, évidemment ce sont des valeurs fondamentales. Mais dans les mains de quelqu’un qui aurait une sorte de technologie de classement pour vous enfermer dans une classe de qualité ou dans un niveau de jugement et de dire "voilà avec les outils que j’ai, je peux vous dire si vous avez du talent ou si vous n’en avez pas", ça c’est une manière de définir les individus de manière rigide et fixe qui est extraordinairement destructrice, parce qu’elle sépare l’humanité en deux : en quelque sorte une petite élite et puis le reste.

C’est un outil qui devient ultra négatif.

Comment reconnaître le vrai talent ? 

Pierre-Michel Menger : Ce n’est pas un algorithme, en fait c’est une combinaison, et cette combinaison on peut la développer dans de bonnes conditions si on est placé dans une situation où les gens vous font confiance, les gens vous incitent. Prendre confiance en soi et avoir de l’estime de soi c’est quelque chose de fragile parce dans une épreuve de sélection et de compétition, si on s’arrête à des marqueurs initiaux qui vous placent tout de suite en dehors du jeu évidemment c’est terriblement injuste et scandaleux. 

Aux États-Unis, dans la musique classique, on a vu que les orchestres n’étaient pas féminisés et donc on a décidé d’auditionner les candidats derrière un paravent pour que le jury ne sache pas si c’était un homme ou une femme et on a vu tout d’un coup que les orchestres étaient capables de recruter beaucoup plus de femmes.

Voilà un bon exemple de ce que c’est que d’introduire le vocabulaire du talent et des capacités à exercer quelque chose et à développer une performance, mais sous condition que la compétition soit juste. 

1h 00

À lire : "Le Talent en débat", dir. Pierre-Michel Menger (Puf, 2018).