Publicité

Comment la France perd ses abeilles (et leur miel)

Par
La production de miel français a été divisée par deux en 15 ans
La production de miel français a été divisée par deux en 15 ans
- Pascal Valois

CARTE. Le 21ème congrès national de l'apiculture française s'ouvre ce jeudi à Clermont-Ferrand, alors que le nombre d'abeilles et la production de miel sont en chute libre.

Les apiculteurs français se donnent rendez-vous à Clermont-Ferrand à partir de ce jeudi pour leur 21ème congrès national. Inquiets pour l'avenir de leurs abeilles en France et dans le monde, ils se mobilisent depuis des années pour alerter les citoyens et les pouvoirs publics.

Un taux de mortalité de 30%

Selon le programme de surveillance Epilobee, la mortalité des abeilles en France et en Europe est en hausse constante. Un constat partagé par Henri Clément, le porte-parole de l'UNAF, l'Union nationale de l'apiculture française :

Publicité

La situation de l’abeille et de l’apiculture est actuellement extrêmement préoccupante.

"Nous avons des taux de mortalité dans les colonies considérables : nous sommes passés de 5% par an à plus de 30%. Aucune filière agricole n’accepterait de perdre chaque année 30% de son cheptel."

"Nous avons des taux de mortalité considérables" - Henri Clément, porte-parole de l'UNAF

1 min

A écouter : Champ libre - Les apiculteurs

Moins d'abeilles mais aussi moins de ruches. Selon les chiffres du ministère de l'Agriculture, en 26 ans, la France a perdu un tiers de ses ruches en production.

"2016, la pire des années pour l'apiculture"

Les conséquences sont terribles pour la production française de miel. En 1989, elle dépassait les 20 000 tonnes. En 2014, elle est descendue sous la barre des 10 000 tonnes. La production de miel a donc été divisée par deux en 15 ans. La situation ne s'arrange pas selon Henri Clément : "2016 est la pire année pour l'apiculture française".

Toujours selon le porte-parole de l'UNAF, "le bouleversement climatique commence à se faire ressentir." Et notamment, au niveau des régions françaises productrices de miel.

Sur le pourtour méditerranéen, les productions se réduisent à cause des canicules alors que les pays du nord de l’Europe produisent plus qu’auparavant.

En 2014, la récolte hexagonale a été sévèrement touchée par des conditions météorologiques extrêmes. Dans le sud-est du pays, les productions ont chuté de 50 à 80% sur un an.

A écouter : Extractivisme - On ne prête qu'aux ruches

Un recours : les importations

Pour compenser cette baisse généralisée de la production française, les importations s'intensifient. Selon les services de douanes, elles ont dépassé les 32 000 tonnes l'an dernier. Ce miel importé vient essentiellement de Chine, d'Espagne, d'Ukraine et d'Allemagne.

Au-delà de la production française, l'enjeu reste bien celui de la survie des abeilles et des pollinisateurs sauvages. Un tiers de notre alimentation provient de leur travail. "Si demain il y a moins d’abeilles, il y aura moins de production et de diversité alimentaire," explique Henri Clément.

C’est un enjeu colossal pour toute notre société.

Les parlementaires français ont décidé de s'emparer du sujet ces derniers mois. Au cœur des débats : les insecticides néonicotinoïdes, considérés comme les principaux responsables de la mort des abeilles. Après plusieurs relectures, l'Assemblée nationale et le Sénat ont interdit l'utilisation de ces produits à partir de 2018. Mais selon un amendement voté dans le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, plusieurs dérogations sont mises en place. L'interdiction totale prendra effet au 1er juillet 2020.

Et pour comprendre les difficultés des professionels du miel au quotidien, Vivane Leguen a rencontré Pascal Valois, un apiculteur dans les Yvelines :

Le reportage de Viviane Leguen auprès d'un apiculteur de Bonnelles, dans les Yvelines.

1 min

Pascal Valois gère 300 ruches tout près de la forêt de Rambouillet
Pascal Valois gère 300 ruches tout près de la forêt de Rambouillet
© Radio France - Viviane Leguen

A écouter : Collection particulière - Apis politis

A écouter : les abeilles et la philosophie