Publicité

Comment se protéger de la censure sur le web ?

Par
- Fotolia / Sergey Nivens

Après l’Algérie, l’Ethiopie vient de bloquer les réseaux sociaux en raison d’examens universitaires ! Mais il existe plusieurs moyens de contourner la censure sur le net : des sites miroirs, des logiciels anonymes comme Tor, ou des VPN. Petit tour du parfait kit de défense contre cette censure.

Les sites miroirs

L'un des moyens les plus utilisés, quand on veut qu'un site échappe à la censure, c'est la création de sites miroirs. Les sites censurés sont dupliqués sur d'autres sites hébergés sur un serveur différent.

C'est de cette façon qu'a procédé Reporters sans frontières (RSF) lors de son opération Collateral Freedom le 12 mars dernier. Lancé depuis 2012, la démarche a permis cette année de débloquer 18 sites dans 13 pays différents. Une victoire dont se félicite Jean-Marc Bourguignon, expert en sécurité informatique pour l'ONG :

Publicité

Comment RSF débloque des sites

2 min

RSF a choisi spécialement de gros hébergeurs comme Amazon, difficilement censurable par un État. Car techniquement, les pays censeurs peuvent toujours bloquer les sites miroirs développés. "Mais ils ne le feront pas, explique Jean-Marc Bourguignon, car ils savent que s’ils bloquent Amazon, cela pourra avoir un impact économique sur les entreprises de leur propre pays."

Le seul problème des sites miroirs, comme le souligne Jean-Marc Bourguignon, c'est qu'il est difficile de communiquer la nouvelle adresse des sites non censurés aux internautes. RSF a alors développé une application sur Google Chrome qui permet d'alerter sur la présence de sites miroirs pour celles et ceux qui tentent d'accéder à un site censuré.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les VPN, ou Virtual private network

Le mois dernier, lorsque le gouvernement algérien a décidé de couper l'accès aux réseaux sociaux pour éviter la fuite des sujets du baccalauréat, la population s'est tournée vers les VPN.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Très simples d'utilisation et gratuits pour certains, ces réseaux privées virtuels permettent de se connecter au réseau d'un autre pays et donc d'échapper aux blocages décidés par un État. Un "tunnel" (une liaison virtuelle) se crée via Internet entre deux réseaux physiques géographiquement distants, explique RSF sur son site Wefightcensorship.org.

Ce qui s'est passé en Algérie, "c'est un cas d'école", reconnaît Jean-Marc Bourguignon. "C'est un aveu d'échec" du gouvernement qui a tenté de bloquer sans réel succès certains sites tel que Facebook, Twitter ou Google.

"Grâce aux VPN, les Algériens ne subissaient plus la censure"

1 min

Un VPN peut toutefois être censurable. Mais leur trop grand nombre a rendu cette option impossible pour le gouvernement algérien.

"Les révolutions arabes ont fait la lumière sur ce genre d'outils. Ça commence doucement à se démocratiser mais surtout auprès des manifestants, des journalistes, des activistes... Il ne faut pas oublier que l'on parle de 3%, peut être 4% d'utilisateurs sur l'ensemble de la communauté d'internautes', rappelle Jean-Marc Bourguignon.

Et l'échec des autorités algériennes n'a pas empêché les autorités éthiopiennes de les imiter depuis samedi dernier !

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Tor, un réseau d'anonymisation

"En plus de protéger la vie privée, Tor permet de contourner la censure des États", résume pour Le Point son fondateur et directeur, Roger Dingledine. C'est un logiciel libre et gratuit, accessible à tous par un simple téléchargement sur Internet. Il s'agit en réalité d'une version modifiée de Firefox qui permet d'anonymiser les connexions. Impossible ainsi de remonter jusqu'à vous, jusqu'à votre adresse IP qui identifie votre ordinateur. Les pistes sont brouillées par le logiciel qui renvoie votre connexion aux quatre coin du globe.

"Avec Tor, l'internaute est protégé"

1 min

Jean-Marc Bourguignon est catégorique : "Avec Tor, un régime autoritaire sera incapable de voir ce que l'internaute fait. L'adresse d'origine est vraiment caché".

Pour savoir comment installer le logiciel sur votre ordinateur, suivez cette démarche.

A lire > Ces États qui veulent contrôler Internet

Peut-on vraiment couper Internet ?