Publicité

Confinement : les musées vivent en ligne

Par
À défaut de pouvoir accueillir du public, les musées restent ouverts sur les réseaux sociaux - Captures écran de tweets du Réseau des musées de Normandie et de Paris Musées
À défaut de pouvoir accueillir du public, les musées restent ouverts sur les réseaux sociaux - Captures écran de tweets du Réseau des musées de Normandie et de Paris Musées
© Radio France

Depuis le début du confinement (et même un peu avant), les musées, comme l’ensemble des lieux culturels, sont fermés. Mais nombreux sont ceux qui poursuivent leur activité, d’une autre manière. C’est désormais en ligne qu’il faut attirer le public.

Continuer de se cultiver tout en restant à la maison. C’est le défi auquel font face les musées actuellement. Comme l’ensemble des lieux culturels, leurs portes sont fermées, pour une durée toujours indéterminée. Pourtant, ils sont nombreux à bénéficier depuis longtemps d’importantes ressources en ligne, souvent méconnues du grand public. Aujourd’hui, elles sont mises en avant, notamment sur les réseaux sociaux. Avec un hashtag du ministère de la Culture qui sert parmi d'autres de tremplin : #CultureChezNous. Et certains musées, privés d’expositions, ont décidé de les faire vivre, en ligne. 

Les réseaux sociaux, comme premier contact 

C’était l’une des expositions très attendues de cette année au Grand Palais. "Pompéi" devait être présentée ce mercredi et permettre aux visiteurs et visiteuses de "plonger au coeur de Pompéi, du temps de sa splendeur et pendant la tragédie de sa destruction". Une visite "immersive" grâce à des projections en très haute définition et des reconstitutions en 3D.

Publicité

À la place, le musée propose aux internautes de découvrir une partie des contenus de l'exposition de chez eux : grâce à quatre vidéos, le public peut découvrir de nouvelles fouilles et découvertes, la restauration d'une mosaïque, une reconstitution 3D d'une maison... Le directeur digital de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, Roei Amit a ainsi expliqué sur France Inter que "le public pourra visiter comme s’il visitait au temps de l’âge d’or de Pompéi (…). Pour la première fois, nous allons découvrir l’intérieur des villas pompéiennes". La Rmn-Grand Palais propose également de découvrir, grâce à son smartphone, la Livie, en réalité augmentée. Une immersion, derrière son écran d’ordinateur ou de téléphone donc. 

La Livie en réalité augmentée
La Livie en réalité augmentée
- © Livie - Exposition Pompéi Chez Vous

À lire : Voir Pompéi, et revivre

À Lyon, le musée d’art contemporain se prépare depuis longtemps à la fermeture et donc à faire venir le public autrement. Le musée est en effet fermé depuis mi-janvier pour travaux et ne doit rouvrir qu’en septembre prochain. "Nous avions déjà réfléchi à la manière de rester le plus actif possible pour le public", confie la directrice de la communication du MAC Lyon, Muriel Jaby. L’idée était de raconter le musée autrement, d’indiquer les oeuvres à voir… Mais le contexte a changé et il a fallu revoir l’approche. Et réinventer d’autres manières de travailler. Une exposition "hors les murs" était prévue fin avril, il n’est évidemment plus possible de l’évoquer. Alors le MAC a lancé le hashtag #oeuvrequifaitdubien. "Chaque jour, explique Muriel Jaby, nous présentons [sur Twitter] une oeuvre de notre collection ou d’une exposition passée, dont on pense qu’elle est réconfortante". Pour démarrer cette série, le musée a proposé aux internautes de découvrir le "Jardin synthétique à l’isolement", tout un symbole.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dans l’émission Éducation et culture diffusée en direct sur France Culture dimanche dernier, la directrice du Louvre-Lens Marie Lavandier a expliqué avoir lancé avec ses équipes l’opération "Louvre-Lens chez vous".

L’équipe s’est retrouvée subitement chez elle avec un sentiment de sidération car ce musée a été conçu pour mettre en relation cette collection extraordinaire du musée du Louvre et un public qui n’est pas habitué à venir dans les musées. C’est un musée qui investit largement sur la relation avec le public et d’un seul coup, il n’y avait plus de public, le musée était fermé. Les équipes se sont mobilisées, en particulier les médiateurs, et ont choisi de développer un blog. L’idée est de pouvoir partager, notamment aux familles et parents confinés avec leurs enfants un certain nombre d’apprentissages, d’ateliers artistiques, de lectures, de calculs à la mode mésopotamienne, de fabrication d’ombres chinoises dans la perspective de l’exposition « Soleil noir » qui devait ouvrir ces jours-ci… Et j’ai une pensée très forte pour tous ceux qui n’ont pas accès à internet (…) donc nous essayons de travailler aussi avec la presse écrite, la presse télévisuelle et la radio.                                        
Marie Lavandier, la directrice du Louvre-Lens

En savoir plus : Éducation et Culture, l'Émission spéciale

Un nouveau hashtag pour des pratiques anciennes

Autre hashtag lancé sur Twitter et qui s’installe de plus en plus dans le paysage, celui d’Omer Pesquer, un consultant qui accompagne des projets numériques pour les établissements culturels et enseigne le numérique au musée à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. #ConfinementMuséeURL est né le 15 mars, à l’avant-veille de la mise en place du confinement. "Mon idée était de profiter de ce moment pour que l’offre des musée soit visible car elle est très riche et très diverse", explique Omer Pesquer. D’après ce passionné, beaucoup de personnes connaissent le site Google Arts & Culture qui permet d’accéder à des millions d’oeuvres d’art ou monuments à travers le monde. Mais beaucoup moins savent que les musées français ont "développés des contenus de médiation destinés à tout public, des scolaires aux plus pointus".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

J’ai trouvé que c’était un bon moment pour réfléchir à notre monde. La culture que présente le musée peut aider à cette réflexion. Et pour les musées, c’est un bon moment pour réfléchir à la manière dont ils présentent leurs contenus en ligne.                                        
Omer Pesquer, consultant en projet numérique auprès des établissements culturels

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Et de nombreux musées se sont prêtés au jeu de ce nouveau hashtag. C’est le cas notamment du Réseau des musées de Normandie. Depuis 2007, 47 musées de ce réseau ont accès à une base de données en ligne conçu dans un premier temps pour réaliser un inventaire numérique. Elle permettait à l’époque de faciliter les prêts entre musée. En 2012, un site accessible au grand public a été créé et l’an dernier, 60 musées sur les 110 que compte le réseau ont numérisé leurs oeuvres. Les internautes peuvent accéder à 70 000 objets en ligne : peintures, sculptures, outils, costumes et même des bateaux et tracteurs. "L’obligation d’un musée est la conservation mais elle n’empêche pas la diffusion", défend Anne Kazmierczak, responsable de la médiation et de la communication au sein du Réseau des musées de Normandie. "Il y a une nécessité de partager, de médiation, afin que le plus de personnes possibles aient connaissance de ce patrimoine qui renseigne sur les différentes époques", ajoute-t-elle. Diffuser toute ou partie de sa collection en ligne permet aux publics de préparer leur venue, notamment pour les scolaires et d’y accéder facilement pour les chercheurs et étudiants. "Cela créé aussi de la proximité, on peut se rapprocher des objets, y revenir, les regarder à nouveau, cela complète et prolonge la rencontre physique et permet de la partager", explique Anne Kazmierczak. La possibilité est aussi donner aux internautes de commenter les collections, notamment afin d’aider à identifier les oeuvres. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Cela permet d’établir un contact avec les internautes. C’est une relation rare dans les musées. Avant la relation était très descendante : c’est le musée qui vous apprenez. Aujourd’hui, il y a un autre rapport avec la population : les musées peuvent apprendre du public, de ses goûts, de ses souhaits, afin de mieux en parler.                                        
Anne Kazmierczak, responsable de la médiation et de la communication au sein du Réseau des musées de Normandie

Le musée d’art contemporain de Lyon propose lui la quasi-intégralité de sa collection en ligne, soit plus de 1 300 oeuvres sur environ 1 400. Le musée n’exposant pas sa collection de manière permanente, cela permet de la rendre accessible.

Lors d’une exposition, nous cherchons toujours à être le plus accessible possible, à garder des ressources disponibles dans le temps, à documenter et nous souhaitons garder cette matière disponible pour le public : avec la mise en ligne des fiches d’exposition, des dossiers de presse, des vidéos… Mais cette richesse doit être rendue visible.                                        
Muriel Jaby, directrice de la communication du MAC Lyon

Une application a aussi été lancée en 2018, pour raconter d’abord des anecdotes autour de chaque oeuvre. Elle enregistre toujours aujourd’hui entre 10 et 15 téléchargements par semaine, alors que le musée n’a pas d’actualité particulière. Ce confinement devrait permettre de rendre tout ce travail du musée plus visible car généralement, sur les réseaux sociaux, seule l’actualité des musées est mise en avant, les expositions, conférences, ateliers… "Cela permet de réfléchir à d’autres formats pour l’accès à distance et d’inventer d’autres formes de médiation", constate Muriel Jaby. 

Une réflexion qu’espère aussi Anne Kazmierczak, du Réseau des musées de Normandie. "Notre cheval de bataille, c’est que le public vienne visiter nos musées mais actuellement, c’est l’inverse. Les musées doivent se rendre présents, à domicile. Cela permet de dialoguer, de réfléchir à notre présence sur internet, ce qu’on veut faire de cette présence… J’espère que cela permettra aussi de repenser le fonctionnement des musées." Car sur le numérique, les musées ne sont pas tous égaux. "La plupart n’a pas de community manager", précise la responsable médiation du Réseau des musées de Normandie. "En terme de structure, de territoire, les musées ne sont pas égaux. Il existe encore des zones blanches et une appréhension du métrique donc cela ne va pas de soi", ajoute-t-elle. 

Et puis il y a aussi les contenus des musées "parfois pas suffisamment valorisés" pour Omer Pesquer.

Il y a énormément de contenu disponible, des vidéos, des dossiers pédagogiques, des livrets de jeux. Il y a très longtemps, des musées mettaient ligne leur audioguide. Mais il n’y a aucun endroit où l’on peut retrouver par exemple, un accès facile aux offres pédagogiques. Tout cela reste très éclaté. Toute la force de Google avec Google Art & Culture, c’est d’avoir une plateforme qui n’est pas du tout éclatée et qui est donc très visible, très présente,,qui ajoute du contenu sans cesse, avec des formats bien maîtrisés. C’est un côté plus industriel et de l’autre, il y a un côté plus sauvage, plus alternatif, qui serait toute l’offre produite par les musées français depuis une vingtaine d’années.                                        
Omer Pesquer, consultant en projet numérique auprès des établissements culturels

En savoir plus : La renaissance des musées au service de leurs visiteurs

L’impact du temps

Si à présent, cela fait plusieurs années que les musées mettent en ligne leur collection et sont présents sur les réseaux sociaux, de nombreuses initiatives les y ont poussé. 

Un musée, cela a un temps plutôt long. Une exposition met un certain nombre d’années à se faire. Ce n’est pas le même temps que le numérique. Il faut que les deux temps se rejoignent.                                        
Omer Pesquer, consultant en projet numérique auprès des établissements culturels 

Au début des années 2010, la communauté Museogeeks a oeuvré à travers différentes initiatives à la présence des musées sur le numérique. 

En 2015, la MuseumWeek a été lancée sur Twitter, une semaine des musées à travers le monde où chaque jour, à travers un nouveau thème sous forme de hashtag, des oeuvres sont présentées. Cette année, la MuseumWeek devrait se dérouler du 11 au 17 mai, sponsorisée notamment par l’Unesco.  

À lire : Twitter investit dans les musées avec sa #MuseumWeek

À lire : Les nouveaux musées sociaux