Publicité

Contraception : 50 ans de méfiance envers la pilule

Par
Plaquette de pilule contraceptive
Plaquette de pilule contraceptive
- Creative Commons

Previously. La pilule contraceptive fait aujourd'hui l'objet d'une méfiance de plus en plus grande de la part des femmes. Une plongée dans les archives radiophoniques montre que le débat est en réalité bien ancien. La méfiance coïncide même avec l'apparition de la pilule il y a 50 ans.

A l'occasion de cette journée mondiale de la contraception, ce 26 septembre, une récente enquête (issue du baromètre santé de Santé publique France) confirme la désaffection pour la pilule : plus de 40 % des femmes la prenaient en 2010, elles ne sont plus que 33,2 % en 2016.

En autorisant la contraception, la loi Neuwirth du 19 décembre 1967 installait la pilule comme moyen d'émancipation pour les femmes. Pourtant, dès sa légalisation, les inquiétudes vis-à-vis de la pilule n'avaient pas tardé à émerger. Au débat d'ordre social, au moment de la loi, en 1967, avait succédé, très vite, une considérable polémique d'ordre médical. Et ce, dès le tout début des années 1970. C'est ce qu'on découvre en documentant l'histoire de la contraception à travers les archives radiophoniques.

Publicité
59 min

Des inquiétudes, une troublante actualité

En 1970 sur les ondes de Paris Inter, le journaliste Yves Mourousi consacrait une émission à la contraception. Il débutait par ce constat :

La pilule existe. En 1970, rares sont ceux qui contestent son utilité. En revanche, ceux qui la critiquent, sur un plan purement médical, sont de plus en plus en nombreux. De récentes expériences anglaises et américaines viennent du reste les renforcer en leur conviction que la pilule est nocive pour la santé de la femme qui l'absorbe. Alors certains condamnent en bloc l'utilisation de cette méthode contraceptive, d'autres ne souhaitent que l'élimination des mauvais produits. Et l'on en arrive à la dissociation "bonne pilule", "mauvais pilule", ou si vous préférez, en résumant, à la guerre des pilules. [...] Il s'est créé une véritable légende autour de la pilule, une véritable psychose de l'accident.

Prise de poids, fibromes, troubles de l'humeur, risques cancérigènes, troubles circulatoires... presque cinquante ans plus tard, la liste des maux attribués à la pilule est d'une troublante actualité. A l'époque, il était déjà question d'alternatives à la pilule. Place à des témoignages des années 1970 issus des archives radiophoniques. Ecoutez leur résonance avec le débat aujourd'hui en France :

Inquiétudes d'auditrices (26 mars 1970)

11 min

(Durée : 11'07)

Alors que de plus en plus femmes s'interrogent sur la nécessité d'un médicament quotidien quand on n'a pas de problème de santé, en 1970 le Dr Barrat répondait aux auditrices en revenant sur les effets secondaires inéluctables propres à un médicament :

Cette pilule est effectivement un médicament. Comme tout médicament, il est normalement fait pour traiter une maladie. Par conséquent, quand on traite une maladie, par un traitement efficace, il est à peu près automatique qu'un médicament efficace entraîne des inconvénients. Seulement, si ces inconvénients sont mineurs par rapport à l'intérêt thérapeutique, on doit passer sur ces inconvénients.

Et pour les hommes ?

Déjà, dans les années 1970, une question n'avait pas échappé aux auditeurs. L'un d'entre eux s'interrogeait sur l'existence d'un contraceptif oral destiné aux hommes :

Existe-t-il un contraceptif pour l'homme ?

2 min

(Durée : 2'01)

A l'antenne, on sent les médecins troublés en direct. Et pour cause, la recherche n'est à cette époque que très peu développée pour le versant masculin. C'est seulement cinq ans plus tard que l'industrie pharmaceutique travaillera réellement sur la contraception masculine... une autre problématique qui fait écho, aujourd'hui, à la question de la responsabilité contraceptive entre hommes et femmes.

Et aujourd'hui ?

Exactement cinquante ans après l'adoption de la loi Neuwirth, il est frappant de constater que le débat contemporain est sensiblement proche de celui des années 70. En 2013, peu après la controverse sur les pilules de 3ème et 4ème génération, la philosophie Monique Canto-Sperber revenait, sur France Culture, sur les risques de la prise de pilule avec le professeur Israël Nisand :

44 min

Archives INA - Radio France