Publicité

Coronavirus : "La recherche scientifique a fait autant en quatre semaines qu'en quatre ans contre le sida"

Par
Les chercheurs de l'Institut Pasteur travaillent activement sur le coronavirus.
Les chercheurs de l'Institut Pasteur travaillent activement sur le coronavirus.
© Maxppp - Guillaume Georges

Entretien. La recherche sur le coronavirus mobilise des chercheurs du monte entier. Cette compétition entre laboratoires permet un échange d'informations entre experts, selon le Dr. Jean-François Chambon, de l'Institut Pasteur. De nouvelles pratiques qui accélèrent la science.

Alors que le bilan provisoire, rien qu'en Chine, dépasse désormais les 1 300 morts, la recherche d'un vaccin contre le coronavirus mobilise des scientifiques du monde entier, notamment en France, à l'Institut Pasteur par exemple. Selon Frédéric Tangy, professeur et directeur du laboratoire d'innovation vaccinale de l'institution, il faudra attendre "la fin de l'été prochain" pour obtenir un vaccin qui serait "disponible pour des études cliniques".

Cette grande compétition entre laboratoires crée une surenchère médiatique mais permet aussi à la science d'avancer très vite. C'est entre autres, grâce à l’essor de "l'open science", explique le docteur Jean-François Chambon, directeur de la communication à l'Institut Pasteur.

Publicité

Coronavirus : guerre des labos et des chercheurs ? Reportage de Damien Mestre

1 min

La course au vaccin est lancée, et certains laboratoires promettent déjà d'être les premiers à trouver un remède. Quel est l'intérêt de telles déclarations ?

Il y a beaucoup d'acteurs autour d'une épidémie de ce type, avec des logiques différentes. Il y a par exemple des startups qui cherchent à séduire des investisseurs. Elles vont avoir intérêt à faire savoir qu'elles travaillent sur ce sujet là, voire à laisser imaginer qu'elles ont des chances de réussite à brève échéance. 

Il y a aussi des laboratoires pharmaceutiques qui vont être dans des logiques industrielles, ou des logiques d'image pour dire qu'ils apportent aussi leur contribution à la lutte. Ou bien encore des scientifiques qui veulent accéder à une forme de notoriété dans la communauté scientifique. 

Est-ce que cette compétition perturbe le travail scientifique ?

Il y a un peu de cacophonie, mais c'est surtout le travail des journalistes que cela perturbe. Comment les médias font pour se retrouver au milieu des différentes annonces ? La difficulté est là. Certains traitements de l'information peuvent être anxiogènes, ou sensationnalistes. Les acteurs scientifiques doivent donc communiquer régulièrement, en bonne entente avec les médias. C'est ce que nous essayons de faire. L'objectif est d'être le plus clair et le plus pédagogique possible. Face à une épidémie, la réaction sociale est la peur. Il faut donc prendre le temps d'expliquer.

Il n'y a donc aucune volonté de remporter cette course au sein de vos équipes ?

La compétition existe mais c'est loin d'être le plus important. Le plus important est de trouver une réponse, de trouver comment prendre notre part de responsabilité face à cette menace globale. L'idée est de participer à une saine émulation : tant mieux que toutes les équipes expertes dans le monde travaillent sur des démarches comparables. Grâce à cela, nous accumulons collectivement des données. 

A l'Institut Pasteur, des prélèvements sont effectués afin de détecter la présence du coronavirus dans des échantillons.
A l'Institut Pasteur, des prélèvements sont effectués afin de détecter la présence du coronavirus dans des échantillons.
© Maxppp - Guillaume Georges

Cette émulation accélère-t-elle la recherche ?

Je m'occupe d'épidémies depuis quarante ans, et je peux vous dire que jamais on est allé aussi vite. Jamais. Entre la déclaration par les autorités chinoises le 31 décembre et l'isolement du virus, il a fallu à peine quatre semaines et demie. Les étapes "reconnaissance, diagnostic, séquençage, isolement" nous ont pris quatre ans et demi pour le virus du sida... Certes, le virus était extrêmement différent et la comparaison a des limites, mais toujours est-il que le processus s'est considérablement accéléré. 

Quelle forme prend cette mise en commun des recherches scientifiques ?

C'est ce que l'on appelle l'open science, un phénomène assez nouveau et très important dans la cas du coronavirus. Il existe par exemple une base de données internationale en libre accès. Dès qu'une équipe a séquencé une souche, elle publie cette séquence. La confrontation des différentes séquences nous apporte une source d'information considérable. Le tout gratuitement. Le virus en lui même est également partagé : il est accessible à tous les scientifiques sur une banque.

Les études scientifiques, elles, sont publiées à toute vitesse. Avant, il fallait attendre la publication dans une revue scientifique à comité de lecture et cela prenait vraiment beaucoup de temps. Là, vous avez des systèmes de publication en open science qui fonctionnent en temps réel. Cela demande beaucoup d'attention lors de la lecture, car le contrôle des pairs ne se fait plus en amont mais a posteriori. Mais les choses se font beaucoup plus rapidement.

On peut également ajouter à cela les fils Twitter. Chaque jour, des experts renommés s'échangent des commentaires et des informations, justement à propos de ces articles. Le coronavirus devrait nous amener à avoir une réflexion sur les nouveaux outils de la communication scientifique adaptés aux situations épidémiques.