Publicité

Covid-19 : après avoir critiqué le port du masque, Donald Trump n'a plus rien contre

Par
Donald Trump à Phoenix, Arizona, le 5 mai 2020.
Donald Trump à Phoenix, Arizona, le 5 mai 2020.
© AFP - Brendan Smialowski

Aux Etats-Unis, le port du masque est devenu au fil de la crise sanitaire un outil d'affichage politique en raison des déclarations de Donald Trump. Aujourd'hui, avec un virus hors de contrôle dans certaines zones et voyant sa campagne vaciller, le Président américain change de tactique.

Aux Etats-Unis, la politique de Donald Trump face à la crise du coronavirus est de plus en plus critiquée. Mais le bond des créations d'emplois en juin (+ 4,8 millions d'emplois créés en juin, plus forte hausse sur un mois) va redonner le sourire au Président américain. Toujours est-il que les Etats-Unis se retrouvent dans une situation sanitaire dramatique. 

Le port du masque, outil politique

Donald Trump, qui a mis en avant avoir été testé négativement, s'est longtemps positionné contre le port du masque. On se souvient de sa visite d'une usine Ford, fin mai à Ypsilanti (Michigan), où le port du masque était obligatoire et où il n'en portait pas pendant l'essentiel de son parcours. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On se souvient également de sa réponse à la question "pourquoi ne portez-vous pas de masque ?" :

Je ne porte pas de masque parce que je suis en pleine forme. Je ne me verrais pas porter un masque dans le bureau ovale, quand je parle à des Présidents, des dictateurs, des rois et des reines... d'autant que le masque n'est pas obligatoire, donc non !

Donald Trump qui avait également recommandé début avril, depuis la Maison Blanche, de porter une écharpe : "Beaucoup de monde a une écharpe et ce sera très bien".

Les militants pro-Trump descendent régulièrement dans les rues pour manifester leur opposition au port du masque, au nom de la défense des libertés individuelles. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les démocrates, de leur côté, ont toujours milité pour le port du masque, à l'image du candidat à la présidentielle Joe Biden, qui n'est jamais sorti sans en porter un. L'ancien vice-président âgé de 77 ans qui vient d'annoncer renoncer aux meetings avant la présidentielle en raison de la situation sanitaire. 

Les "vrais hommes" portent des masques

Donald Trump a déclaré par le passé qu'il ne portait pas de masque car il craignait d'être raillé et de paraitre ridicule. Il craignait que les photographes de presse et cameramen utilisent les clichés contre lui. 

C'est le républicain Dick Cheney, l'ancien Vice-Président de Georges W.Bush qui fait partie des premiers à avoir réagi à ces propos sur Twitter via le compte de sa fille Liz Cheney : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il n'en a pas fallu plus pour que naisse sur Twitter le hashtag #RealMenWearMasks (#LesVraisHommesPortentDesMasques).

Dimanche, la cheffe démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, a dit sur la chaîne ABC vouloir rendre le port de masques obligatoire dans le pays. Et de lancer à Donald Trump : 

"Les vrais hommes portent des masques. Soyez un exemple pour le pays et faites-le. Ce n'est pas pour vous protéger. C'est pour protéger les autres et leurs familles.

De quoi désespérer le Washington Post dans sa section Style :

Malheureusement, notre défi aujourd'hui est de donner aux hommes l'impression qu'ils sont de vrais hommes parce qu'ils portent des masques.

Une situation qui se dégrade considérablement

Ce mercredi, les Etats-Unis ont enregistré un nouveau record du nombre de nouveaux cas de Covid-19, avec plus de 50 000 nouvelles contaminations en 24 heures. Et une étude publiée mercredi indique que la pandémie a causé au moins 18% de morts de plus qu'une année normale aux Etats-Unis, et jusqu'à trois fois plus à New York, très durement touchée.

Comme dans le sud de la Californie, certaines plages de Floride resteront fermées  pour la fête nationale du 4 juillet. Avec 10 000 cas de Covid enregistrés en 24 heures, l'Etat de Floride a enregistré ce mercredi son plus grand nombre de malades en une seule journée. Le gouverneur du Texas vient d'annoncer quant à lui que le masque était obligatoire dans tous les comtés de l'Etat qui comptent plus de 20 cas de Covid-19.

Le maire de New York a  annoncé que les salles de restaurants ne rouvriraient pas le 6 juillet, comme le prévoyait le plan de déconfinement de la ville qui a recensé plus de 22 000 morts de l'épidémie.  

Devant les critiques, Trump change de ton

Alors, le refus de Donald Trump de porter un masque pourrait bien se retourner contre lui. Les sondages lui sont de plus en plus défavorables, lui attribuant parfois huit points de moins que son adversaire démocrate Joe Biden. 

Ce mercredi, changement de ton de la part du Président sur la chaîne Fox Business lors d'une longue interview : 

Je ne pense pas qu'il faut le rendre obligatoire. Car souvent, les distances peuvent être respectées. Mais je ne suis pas contre le port le masque... D'ailleurs, j'en ai déjà porté un, et ce look m'a plu, je trouve que ça me donnait des airs du Lone Ranger (ndlr : un personnage de western aux yeux masqués apparu dans un feuilleton radiophonique en 1933 puis dans une série télévisée de 1949 à 1957).

Il faut dire que de plus en plus d'élus républicains se positionnent eux aussi contre l'attitude de Donald Trump ces dernières semaines, lui demandant de revoir sa politique. 

Certains ont même créé un groupe, le Lincoln Project, fait de républicains critiquant la politique de Donald Trump. Ils ont leur compte Twitter, où l'on peut lire par exemple : 

L'héritage de Donald Trump sont ses multiples échecs, et les dégâts qu'il a faits dans le pays. 

Par ailleurs, un éditorial du New York Times titrait ce mercredi 1er juin : "Refuser de porter un masque, c'est comme conduire quand on est saoul".