Publicité

Covid-19 : le jour du dépassement recule de 3 semaines

Par
La date qui marque le jour où l’humanité a consommé toutes les ressources que les écosystèmes peuvent produire en une année devrait tomber le 22 août.
La date qui marque le jour où l’humanité a consommé toutes les ressources que les écosystèmes peuvent produire en une année devrait tomber le 22 août.
© Getty - Charlie Rogers

A partir du 22 août, l'humanité vivra à crédit jusqu'à fin 2020 : toutes les ressources renouvelables en un an auront été consommées. Le "jour du dépassement" intervient plus tard cette année, mais uniquement du fait de la pandémie.

À partir du 22 août 2020, l'humanité devrait vivre à crédit jusqu'à la fin de l'année, d'après l'ONG Global Footprint Network. Toutes les ressources que la planète peut renouveler en un an auront été utilisées. La "date du dépassement" n'était pas tombée aussi tard (en août) depuis 2012 ! Mais cette année, sous l'effet de la pandémie due au coronavirus, elle a reculé de trois semaines. Les mesures de confinement ont en effet permis une réduction de l'empreinte écologique partout dans le monde. Des changements malheureusements ponctuels, comme le juge Mathis Wackernagel, président du Global Footprint Network, cité dans Le Monde :

Cela montre que des changements importants et rapides sont possibles. Mais cette réduction de notre empreinte écologique est  imposée et non voulue et comme elle ne s’accompagne pas d’un changement systémique dans nos modes de production et de consommation, elle ne va pas durer.

Publicité

En 1974, il y a 43 ans, le jour du dépassement tombait le 1er décembre. Pourtant, certains intellectuels commençaient déjà à s'alarmer de cette "fuite en avant" de l'humanité, induite par la croissance, en roue libre depuis l'ère industrielle. Preuve en est de cette émission du 13 avril 1974, intitulée "Demain la terre", qui interrogeait déjà la croissance à l'aune de l'écologie. Une réflexion ayant pris son essor lors du premier choc pétrolier de 1973, venu sonner le glas des Trente Glorieuses. Les discours tenus semblent étonnamment contemporains…

Demain la terre : la croissance_Sciences humaines aujourd'hui, 13/04/1974

26 min

Après le choc pétrolier, la croissance au banc des accusés

Avril 1974 : station essence reconvertie en centre prosélyte du "réveil religieux", à Potlatch (État de Washington).
Avril 1974 : station essence reconvertie en centre prosélyte du "réveil religieux", à Potlatch (État de Washington).
- Wikipédia / Domaine public

À partir de la crise de 1973, la croissance commence à avoir mauvaise presse, au grand dam des technocrates… En 1974, certains pointent déjà d'un doigt accusateur la production industrielle, la croissance frénétique des biens matériels. Comme l'économiste Louis Puiseux, auteur de L’Energie et le désarroi post-industriel (1974), dans cette émission :

Le reste de la croissance qui est par exemple la croissance du tertiaire, la croissance des services, la croissance des choses immatérielles… le nombre d’émissions de radio, de télévision, la consommation artistique, etc. peut se poursuivre indéfiniment, ne pollue pas, ne pèse pas, ne consomme pas, et est assez inoffensive. Ce qui est en question, c’est la croissance de l’artillerie lourde que représentent les biens matériels, et par exemple, les automobiles, les avions, tous les gros machins quoi. […]

Il est évident que quand on part d’un niveau de vie très bas, d’un très grand dénuement, les premiers biens matériels qu’on acquiert ont une utilité considérable : la première paire de chaussures, pour quelqu’un qui est toujours allé pieds nus, la première pompe électrique, pour quelqu’un qui a toujours été obligé d’aller chercher de l’eau avec un seau, sont des choses d’une utilité énorme. En revanche, à partir d’un certain niveau d’équipement, quand on se met à avoir cinquante paires de chaussures, la cinquante-et-unième ne sert vraiment pas à grand chose ! Quand on a déjà une voiture dans une famille, la deuxième voiture a une utilité beaucoup plus faible. […] De ce point de vue-là, la critique d’Ivan Illich est très forte, consistant à montrer qu’à partir d’un certain niveau, la croissance se dévore elle-même, devient comme Prométhée qui deviendrait son propre vautour et se dévorerait lui-même le foie. Louis Puiseux

Ré-adopter une forme de civilisation primitive ? Trop tard.

Robinson Crusoé, illustration de 1920
Robinson Crusoé, illustration de 1920

Balayer d'un mouvement de manche les Trente Glorieuses ? Voire, revenir en arrière et adopter une forme de civilisation primitive ? Trop tard déjà pour le biologiste et naturaliste Jean Dorst, désireux de changer le rapport de l'homme avec la nature. Ce qui est à la portée d’un individu qui peut s'il le souhaite se retirer dans une île déserte sur le Pacifique, n’est plus à la portée de nos sociétés.

Une société aussi complexe, aussi nombreuse que notre société industrielle ne peut plus revenir en arrière. Il faudra bien que nous trouvions une autre solution. La croissance est devenue une fin en soi. Et c’est là où déjà est l'erreur. Très souvent nos civilisations ont l’air d’être dans une sorte de fuite en avant. On ne se rend pas compte qu’on complique les problèmes en les projetant dans l’avenir et en leur donnant simplement une échelle totalement différente. Jean Dorst

Et le biologiste de dénoncer les courbes de production, exponentielles. Les "plans d’accroissement de 5 à 8% par an" dans certains pays… : "Je peux vous dire en tant que biologiste que toutes les courbes exponentielles que nous observons dans le monde végétal et dans le monde animal parmi les êtres vivants, finissent toujours extrêmement mal."

Casser la courbe exponentielle de croissance : pas plus de solution il y a 40 ans qu'aujourd'hui

Taux de croissance annuel du PIB (1950-2010) et taux de croissance annuel moyen pour trois périodes, dont les Trente Glorieuse. D'après des données de l'INSEE.
Taux de croissance annuel du PIB (1950-2010) et taux de croissance annuel moyen pour trois périodes, dont les Trente Glorieuse. D'après des données de l'INSEE.
- Wikipédia/ CC BY-SA 3.0

Dans cette archive de 1974, Jean Dorst se voulait quand même optimiste, soulignant le fait que l'homme, à l'inverse de l'animal, était suffisamment intelligent pour faire des courbes et anticiper. Il disait son espoir d'une solution politique et d'une prise de conscience individuelle. Mais concernant la question de la suffisance des ressources naturelles de la Terre, si la courbe de croissance était maintenue, sa réponse était sans appel :

Je peux répondre carrément non. Nous vivons dans un univers qui est fermé, qui est limité, qui a des limites extrêmement précises. Or, nous ne pouvons pas inscrire une courbe mathématique qui est une courbe exponentielle, dans une enveloppe qui est finie. Nous ne pouvons pas concevoir qu’il y a à la surface du globe suffisamment de matière première, suffisamment d'énergie, pour permettre cette fuite en avant. […] Dans un certain nombre de domaines, nous avons déjà atteint ces limites. Nous les avons dépassées sur des points précis, dans des régions précises, mais il reste encore une certaine marge. Ça doit nous inciter à un certain optimisme, en nous disant : ‘Nous avons encore le temps, avant que la catastrophe, ce qu’on a appelé une éco-catastrophe, survienne'. Mais d’un autre côté, c’est aussi inquiétant, parce qu’on se dit : ‘Nous avons encore le temps, nous allons remettre la solution du problème à demain' […] or ce danger est quand même proche. Jean Dorst

Et de prendre l’exemple de la crise du pétrole, soulignant que le monde avait été alerté par les géologues… “mais ça ne nous a pas empêchés d’avoir de plus en plus de voitures, des voitures de plus en plus puissantes, et de reconvertir aussi bien notre industrie et notre chauffage domestique à des produits pétroliers."

Un appel à lutter contre la pauvreté intellectuelle individuelle pour favoriser une prise de conscience globale

Une publicité automobile, en 1974
Une publicité automobile, en 1974

Enfin, à la fin de cette archive, François Ramade, professeur émérite d'écologie, appelait à une croissance non plus quantitative, mais qualitative, développant les techniques les moins consommatrices d’espace et de ressources : "Je pense par exemple à certains aspects de l’informatique qui représentent un progrès spirituel somme toute."

Mais il allait plus loin, criant haro sur le manque d'intelligence de ses semblables, qu'il estimait (déjà, en 1974 !) conditionnés par les médias.

Je pense aussi qu’il faut donner à l’ensemble de l’humanité un niveau culturel qui n’est pas celui d'aujourd'hui. Car quand je vois dans le pays où nous vivons la pauvreté, sinon l’indigence intellectuelle du plus grand nombre, et cela de façon volontaire peut-être parfois, car il y a une presse qui paraît de nos jours qui semble être destinée de façon délibérée au conditionnement psychologique de l’individu. Je crois que de ce côté-là il y a fort à faire, et qu’au lieu de raser toutes nos forêts pour faire du papier qui sert à imprimer des prospectus publicitaires, je pense qu’il serait préférable de limiter notre consommation de papier et de faire une croissance qualitative de la pensée et de la culture. […] Il est probable que l’homme, s’il continue sur la tendance actuelle, en aurait pour deux siècles avant d’arriver à une crise finale de ressources et une intoxication du milieu.

Les risques d'une guerre thermo-nucléaire

Les conflits liés à l'exploitation de ressources naturelles datent de Mathusalem. En 1974, les risques politiques étant exacerbés par la crise de 1973, le scénario du pire était déjà envisagé. François Ramade estimait même qu'il était bien plus probable qu'il intervienne, avant l'éco-catastrophe elle-même.

Bien avant qu’on arrive à ce stade, il est probable que les conflits qui naîtront de la différence des systèmes politiques du monde et des besoins croissants sur les ressources, pourraient conduire tout simplement à une guerre thermo-nucléaire, et c’est je crois actuellement la plus grande menace qui pèse sur l’humanité. (…) En tant que scientifique je trouve vraiment pitoyable que les pays les plus développés en viennent actuellement à consacrer des sommes fantastiques à l’obtention d’armements de plus en plus perfectionnés, et en même temps ces pays-là ne consacrent pas à la recherche les fonds qui seraient indispensables pour résoudre les dilemmes du monde moderne.

Difficile d'entrapercevoir ne serait-ce qu'un début de solution à ce problème d'ampleur mondiale, en 1974… En fin d'émission, le philosophe et sociologue Edgar Morin soulignait tout le paradoxe de l'inextricable situation, revenant à l'instant T où la machine "croissance économique" s'était emballée, à la fin de la Seconde Guerre mondiale…

Nos sociétés, singulièrement depuis la fin de la guerre, en se fondant sur la croissance économique, en réalité avaient conçu celle-ci comme un moyen de régulation de problèmes et de crises qui auraient éclaté sans la croissance. Ainsi par exemple, le problème de l’inflation, de la monnaie, du niveau de vie, étaient régulés par la croissance. […] Or on a fondé la régulation […] sur l’élément le plus déséquilibrant qui soit c’est-à-dire le dynamisme qui est le contraire de la régulation : une croissance exponentielle, la chose qui évidemment tend vers l’infini et vers l’explosion. Edgar Morin

A LIRE Un pas de plus vers le Far West spatial