Publicité

Covid-19 : Trump masqué quitte la Maison Blanche pour être hospitalisé

Par
Donald Trump arrive à Bethesda (Maryland, dans la banlieue de Washington), le 2 octobre 2020, pour être hospitalisé à l'hôpital militaire Walter Reed. Il peut y assumer ses fonctions officielles.
Donald Trump arrive à Bethesda (Maryland, dans la banlieue de Washington), le 2 octobre 2020, pour être hospitalisé à l'hôpital militaire Walter Reed. Il peut y assumer ses fonctions officielles.
© AFP - Brendan Smialowski

Le monde dans le viseur. Le Président américain, testé positif au Covid-19, présente des symptômes de la maladie et s'est rendu par hélicoptère à l'hôpital militaire Walter Reed où il va passer quelques jours. Ces images historiques ont fait le tour du monde.

La nuit de vendredi à samedi a été rythmée par un enchainement d'annonces étonnantes et d'images inédites de l'autre côté de l'Atlantique. Les images du président américain, masqué, marchant en direction de l'hélicoptère militaire Marine One ont marqué les esprits. Mais c'est surtout cette image d'un Donald Trump descendant les marches de l'hélicoptère que l'on retiendra. Donald Trump est surveillé de près par son chef de cabinet Mark Meadows, lui aussi masqué et affichant un regard inquiet en sa direction :

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La photo est signée de Brendan Smialowski, un photojournaliste de l'AFP distingué en 2019 au World Press. Celui qui a couvert des histoires de sports, de conflits, de catastrophes ou de société a choisi de publier presque la même sur son compte Instagram en noir et blanc. L'image est marquée par le croisement de regards en diagonale qui mettent davantage encore Donald Trump au centre des préoccupations.

Publicité

Juste avant de quitter la Maison Blanche, l'homme le plus puissant du monde et le plus suivi sur Twitter y avait posté une brève vidéo annonçant son départ pour être hospitalisé. Une vidéo de 18 secondes tournée à la va vite, avec un mauvais enregistrement sonore, qui accentue l'image d'un dirigeant affaibli. Le maître de la télé est comme sonné par la réalité :

Je vais à l'hôpital Walter Reed, je pense que je vais très bien, mais nous allons nous assurer que tout se passe bien. La Première dame va très bien.

Un communiqué médical a également précisé que Donald Trump pouvait assurer ses fonctions, en travaillant de l'hôpital. Le vice-président Mike Pence, lui, a été testé négatif. Si à un moment donné, le président n'était plus en état de travailler, c'est lui qui le remplacerait. 

Les détails arrivent au compte-goutte sur les symptômes ou l'état de santé réel de celui qui s'est longtemps moqué du masque. Donald Trump a lui-même annoncé jeudi soir via Twitter qu'il avait été testé positif au test du Covid-19. Puis vendredi soir, Sean Conley, le médecin de la Maison Blanche a indiqué dans un communiqué que "Le président continue à souffrir de fatigue mais a le moral", précisant que Melania Trump, également positive, souffrait d’une "toux légère et de maux de tête". Et d'évoquer un traitement expérimental par des anticorps de synthèse pour Donald Trump, qui prend également du zinc, de la vitamine D, de la famotidine, de la mélatonine et de l’aspirine, selon son docteur. 

Les évènements se sont ensuite enchainés.

Autre élément surprenant : son entourage masqué

Alors que même lors du débat télévisé de mardi soir l'entourage de Donald Trump ne portait pas de masque (l'entourage de son opposant Joe Biden, lui, était entièrement masqué), les proches du président apparaissent masqués depuis vendredi, c'est-à-dire depuis l'annonce de sa contamination au Covid. 

Une image de force et de puissance écornée

Donald Trump a construit au fil de son mandat une image de force et de puissance, disant ce qu'il pense, s'opposant à de nombreux leaders du monde entier, allant sur le terrain pour mener campagne en vue de sa réélection. Le voilà diminué, même s'il apparait tout de même valide, marchant jusqu'à l'hélicoptère d'un pas plus calme que d'habitude, refusant de s'arrêter pour répondre aux nombreux reporters sur place. 

Son poids (110 kilos officiellement), son âge (74 ans) font de lui une personne à risques pour le coronavirus. Pourtant, il a toujours affirmé le contraire, se vantant d'avoir "un corps très énergique et en grande forme". Les évènements de ces dernières heures tendent à montrer le contraire.

6 min

Un grand-père mort de la grippe espagnole

Le grand-père paternel de Donald Trump, Frederick Trump, est mort de la grippe espagnole en 1918, à l'âge de 49 ans. La grippe espagnole a sévi en 1918 et 1919 et fait environ 50 millions de morts à travers le monde, dont plus de 600 000 Américains. Le président de l'époque, Woodrow Wilson, l'avait d'ailleurs contractée. Il en était ressorti affaibli, mais n'en n'était pas mort. Il est décédé en 1924. 

Une campagne en suspens

Dès l'annonce de l'hospitalisation de Donald Trump, l'équipe de campagne du démocrate Joe Biden a annoncé suspendre toutes les publicités télévisées négatives envers Donald Trump. Joe Biden avait auparavant souhaité un bon rétablissement au président américain, twittant un message de concorde nationale. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La campagne, elle, est suspendue. On ignore pour l'instant si Donald Trump pourra participer au prochain débat télévisé le 15 octobre. Il est difficile de savoir pour l'instant si l'élection du 3 novembre pourra se tenir dans des conditions normales, d'autant que la Constitution américaine ne prévoit pas une telle situation.