Crue de 1910 : "Des impotents à sortir par les fenêtres, des entêtés à faire partir de force !"

Publicité

Crue de 1910 : "Des impotents à sortir par les fenêtres, des entêtés à faire partir de force !"

Par
Crue de la Seine, rue Félicien David, 1910.
Crue de la Seine, rue Félicien David, 1910.

En 1910, Madame Chapon vit avec ses parents à Auteuil, au 28 de la rue Félicien David, voie parallèle à la Seine située non loin de l’actuelle Maison de la Radio. C’est la première rue à être inondée. 40 ans après, elle témoigne de la rapidité de la montée des eaux et de l’évacuation du quartier.

En janvier 1910, Paris est sous les eaux. La hauteur de la crue est exceptionnelle : le niveau d’eau à la station de Paris-Austerlitz a atteint 8,62 mètres le 28 janvier. Qualifiée de crue centennale, elle se place en deuxième position après celle de 1658 (8,81 m à l’échelle du pont de la Tournelle) mais surpasse celle de 1740 d’un demi-mètre ! Sols saturés, gelés et forts épisodes pluvieux expliquent cette montée soudaine de la Seine et de ses affluents. Si la crue n’est pas meurtrière, les dégâts qu’elle cause sont conséquents. On estime en 2002 qu’entre dommages directs et secours, la crue de la Seine a coûté l’équivalent de 1,4 milliards d’euros !

Ecoutez madame Chapon témoigner dans l'émission Souvenez-vous, en mai 1950, sur Paris Inter.

Publicité

Crue

2 min

Replongez-vous dans l'ambiance parisienne de la grande crue de 1910 en écoutant l'intégralité de l'émission.

crue int.

1h 02

Archive INA - Radio France