Publicité

Culture : qui soutient qui pour la présidentielle

Par
Socialiste engagé pendant longtemps, Renaud vient de se rallier publiquement à Emmanuel Macron, après avoir démenti "totalement" soutenir François Fillon
Socialiste engagé pendant longtemps, Renaud vient de se rallier publiquement à Emmanuel Macron, après avoir démenti "totalement" soutenir François Fillon
© AFP - Kenzo Tribouillard

Des artistes, des intellectuels ou plus largement des professionnels de la culture se sont encore engagés aux côtés de certains candidats à l'Elysée, ou ont signé une tribune contre l'une des prétendantes. Quand bien même leur soutien peut sembler vain. Générique d'avant premier tour.

Qui soutient qui ? Et qui sera mis en avant par quel parti ? A chaque campagne présidentielle, la question reste posée. Même si la réponse semble importer toujours moins. Les électeurs en ont-ils encore quelque chose à faire ? Les candidats eux-mêmes y voient-il une aide réelle, au-delà d'une photo qui flatte l'ego ? Malgré tout, la tradition développée par Giscard demeure. Celle qui fait que depuis la présidentielle de 1974 jusqu'à celle de 2012, quasiment tous les candidats importants se sont présentés à l'élection présidentielle avec le soutien d'un comité artistique. Comme le racontait il y a quelques jours sur "Public, Sénat" le documentaire d'Yves Azeroual et Yves Deray " Présidentielle, une épreuve d'artistes". Cette tradition de "deux univers mutuellement fascinés" se perd car les artistes hésitent de plus en plus à se prononcer. Mais ces dernières semaines, les déclarations de Renaud ont entre autres encore beaucoup fait jaser.

Renaud : de Hulot à Macron, en passant par Fillon

"Puisque les médias ne vont pas tarder à me harceler pour savoir pour qui je vote, je réponds une fois pour toute Macron." Ainsi débutait la semaine dernière le post Facebook attribué à Renaud qui clôt des semaines d'interrogation, après différentes prises de position. Doigt d'honneur fièrement levé, l'auteur compositeur interprète numéro un des ventes d'albums l'an dernier souhaite "longue vie à En Marche". Et dans ce message qu'il n'a pas renié celui qui joue à guichets fermés partout en France choisit finalement "Le seul qui me paraît intègre, le seul sans parti, le seul sans casserole au cul et la seule alternative aux Le Pen et aux Fillon".

Publicité

Célèbre pour ses textes et son engagement à gauche, Renaud reste historiquement associé à François Mitterrand. Il lui a même écrit la chanson "Tonton", en 1991. Celui qui a vécu dans La Sorbonne occupée de 1968 a ensuite voté pour Ségolène Royal puis François Hollande. Mais il y a un an, à une semaine de la sortie de son album, il affirme dans Sud Ouest dimanche : "Plus jamais je ne voterai socialiste. Personne ne m’enthousiasme aujourd’hui, personne." Pourtant partisan sur Europe 1 d'une candidature de Nicolas Hulot, il ajoute, le même jour, dans Le Parisien :

La politique, entre guillemets, de gauche de ce gouvernement me débecte profondément. Je ne vais pas voter Fillon, quand même ! Si je n'ai que le choix de voter entre la droite et l'extrême droite, je voterai à droite. Sauf Sarkozy. Là, j'irai à la pêche à la ligne. Hollande, j'ai voté pour lui par défaut...

Mais quelques jours plus tard, il surprend encore dans le JDD en confiant :

Je vais peut-être voter pour un François Fillon que je pense être un parfait honnête homme, un vrai républicain. On aura Juppé ou Fillon contre Le Pen, forcément. Je ne vois pas de joker pour le moment.

Renaud qui voterait Fillon ? Le Figaro confirme pendant l'été et l'ancien Premier ministre ne manque pas de s'en féliciter sur Facebook. Mais très vite, dans un communiqué transmis à l'AFP par son avocat, Renaud déplore "l'instrumentalisation hors contexte" de ses propos, et souligne qu'il ne s'agirait d'un soutien que pour barrer la route du Front national.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Enfin, début février, le chanteur redevenu très populaire s'emporte sur scène à Chambéry et clame : "Fillon et sa Pénélope, dehors". Avant de souligner dans " Paris Match" :

Quand on lit son programme, il fait peur. C'est le retour à l'ordre catholique, tout ce que j'ai toujours détesté ! On me fait dire que je le soutiens. C'est totalement faux !

Combien de fans auront suivi "le chanteur énervant", comme il se surnomme, dans ses (re)positionnements ? Et combien l'entendent finalement au sujet d'Emmanuel Macron ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

A ECOUTER A quoi ça sert de soutenir un candidat ? (L'Humeur du matin de Guillaume Erner à propos de Renaud)

Pour qui Macron est-il le oui ?

L'ancien ministre de l'Economie est avec Jean-Luc Mélenchon celui qui a rallié le plus de personnalités. Pas plus tard que lundi dernier, Bernard Henri-Lévy postait sur le site de sa revue "La Règle du jeu" un billet intitulé " De quoi Macron est-il le oui ?". Un texte très interrogatif, notamment sur le programme du candidat, mais qui se conclut ainsi :

Je préfère Emmanuel Macron parce que je ne connais pas, compte tenu de l’offre politique disponible, de meilleur moyen d’écarter ceux qui, dans la hargne ou l’amertume, naufragent la République ou ajournent le moment du sursaut.

Capture d'écran du billet du philosophe, écrivain, éditorialiste, réalisateur et homme d'influence
Capture d'écran du billet du philosophe, écrivain, éditorialiste, réalisateur et homme d'influence

BHL avait soutenu Ségolène Royal en 2007, puis Martine Aubry à la primaire socialiste de 2011. En 2014, celui qui avait incité le président Nicolas Sarkozy à intervenir militairement en Libye avait toutefois appelé à son retour. Avant finalement de demander à François Hollande de briguer un second mandat.

Autre écrivain et homme d'influence, l'académicien Erik Orsenna soutient "son approche". Et l'ancienne plume de François Mitterrand a participé au premier meeting d'En Marche !, en juillet dernier, à La Mutualité.

Dernier écrivain et homme d'influence, Jacques Attali a officialisé son soutien début mars. L'ancien conseiller de François Mitterrand voit "une promesse" et "un homme d'Etat" dans cet "ami très proche", qui n'était autre que le rapporteur général adjoint de la commission Attali sur la libération de la croissance, en 2007.

Sans forcément promettre un vote, les comédiens et acteurs, François Berléand, Pierre Arditi et Guy Bedos. L'humoriste, historiquement engagé à gauche et que l'on avait d'abord vu aux côtés d'Arnaud Montebourg avait critiqué Emmanuel Macron, avant d'affirmer dans son dernier livre : "Il est possible que je vote pour lui pour empêcher Le Pen de passer".

Lui aussi compagnon de route du mitterrandisme, l'architecte Roland Castro a été "mis sur la piste" par son "plus jeune fils, Jules, 25 ans". Présent à La Mutualité, il affirme : "Je ne suis pas pour Macron, je suis avec Macron. Je suis avec celui qui va permettre de créer un choc institutionnel."

Line Renaud, qui a elle suivi pendant des années Jacques Chirac par conviction, a répété son soutien au couple Macron et à celui qui apporterait "de la jeunesse et de la nouveauté". Elle aussi ouvertement de droite, et soutien de Nicolas Sarkozy en 2012, Françoise Hardy s'est notamment dite séduite par la présence de l'ancien ministre et son attitude lors du débat au Sénat sur la loi Travail. Enfin, les chanteuses Catherine Lara, Dani et Keren Ann ont assisté au grand meeting de Bercy de ce lundi. Tout comme Vincent Lindon, Danièle Evenou et l'auteur de BD Marjane Satrapi.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Jean-Marc Dumontet, le très important propriétaire de théâtres et producteur de spectacles et d'humoristes comme Nicolas Canteloup, parle du "seul à incarner un renouveau fort", qui "ne veut pas être un président omnipotent, il veut rendre le pouvoir aux Français".

Enfin, l'ancienne présidente du Comité Miss France Geneviève de Fontenay a été invitée à un meeting à Lyon. Et pour celle qui a voté Arlette Laguillier, soutenu Mitter­rand, Hollande, Chirac contre Le Pen, Ségo­lène Royal, puis François Hollande : "Macron, ça change des vieux crou­tons  !"

Aux côtés de Jean-Luc Mélenchon

Riche casting également pour le candidat de "La France insoumise".

On y retrouve d'autres fidèles à François Mitterand, comme Bernard Lavilliers ( en 1988 en particulier), dépité par le quinquennat de François Hollande. Tout en se définissant désormais comme "artiste dégagé", le chanteur a confié d'une phrase au JDD, en septembre dernier, son futur vote. La chanteuse Juliette a bien davantage explicité son choix sur Arte, en décembre dernier. Sans être totalement d'accord avec les idées de Jean-Luc Mélenchon, elle estime qu'il est le seul à réellement parler de politique et pas de "petits arrangements avec la politique". Et de concorder notamment sur le besoin de faire changer nos institutions.

Le psychanalyste Gérard Miller s'est manifesté par un portrait diffusé sur France 3, dans lequel il révèle avoir déjà voté pour Mélenchon en 2012, porté par l’élan du Front de gauche.

Autre soutien de longue date, depuis 2011, l'acteur et animateur de télévision Yvan Le Bolloc'h : "ce côté bravache, âpre au combat, courageux, m'a plu".

Toujours à la télévision, le candidat lui-même a invité Jacques Weber sur le plateau d'"On n'est pas couché", en septembre dernier. L'acteur et comédien souligne "le souffle et l'épique" de celui qu'il appelle de son prénom. Et reconnaît que s'il n'a "absolument pas la compétence pour débattre sur un plan politique, il me semble bien que ce qui se passe pour moi, tout bêtement, c'est que quand j'entends Jean-Luc Mélenchon, je suis touché, je réfléchis et très souvent j'entends quelque chose de clair".

Théâtre encore, Richard Bohringer et sa fille Romane. Celui qui considérait en 2013, dans ONPC, que "depuis 30 ans rien n'a été fait, pas de vision, pas de point de vue, on a rien jeté dans l'avenir, gauche et droite compris" déclarait au Républicain Lorrain récemment que Jean-Luc Mélenchon est celui qui a le plus de "crédit humain". "Maintenant, le pouvoir, je ne sais pas".

L'acteur et réalisateur Sam Karmann est lui monté à la tribune place de la République le 18 mars à Paris pour demander à ceux qui ont choisi Benoît Hamon à la primaire de gauche de "bien réfléchir. Le PS ne veut de cette politique de gauche". Le chanteur Nilda Fernandez était aussi de ce grand rassemblement. Avec l'écrivain Laurent Binet qui y a lu des poèmes de Pablo Neruda.

L'imitateur Gérald Dahan les avait précédé en juin, sur grand écran, pour donner publiquement son soutien au candidat, avant de le relayer sur ses réseaux sociaux.

S'ajoutent à la liste la militante féministe, romancière et chroniqueuse de radio et de télévision Isabelle Alonso, l'humoriste Didier Porte et le chanteur Soan que l'on vient de voir dans un clip de campagne sous les traits de deux "ouvriers, salariés d'une entreprise de bâtiment", ou le rappeur Rim’K, du groupe 113.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Enfin, plusieurs soutiens nord américains inattendus ont lancé une pétition en anglais sur la plateforme MoveOn.org en faveur du "candidat de gauche le mieux placé dans les sondages". " France : s’il te plaît, ne réédite pas la tragédie Clinton vs Trump", lance six intellectuels et artistes : les philosophes Noam Chomsky et Nancy Fraser, les comédiens Mark Ruffalo, Danny Glover, le réalisateur Oliver Stone, et la dramaturge Eve Ensler, auteure notamment des Monologues du vagin.

L'actrice américaine canadienne Pamela Anderson s'est aussi manifestée sur le site de sa Fondation. Dans un texte un peu confus intitulé "Assange, Mélenchon et les animaux", celle qui était venue à l'Assemblée nationale en janvier 2016 pour s'attaquer au foie gras et appuyer une proposition de loi contre le gavage des oies présente le candidat comme un "fidèle ami des animaux, un champion du changement climatique et un adepte convaincu de la justice pour tous". Elle conclut, en français dans le texte : "Mr Mélenchon for president ! S'il vous plaît".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour Benoît Hamon

"Moi j'ai un petit favori quand-même, c'est Benoît Hamon, celui qui écoute vraiment les autres.", a expliqué Juliette Binoche fin mars sur le plateau de Yann Barthès. L'actrice oscarisée d'évoquer un "son nouveau" dans cette campagne, de la "sincérité" et une "présence plus bienfaisante". Le candidat PS n'a pas manqué de la remercier d'un tweet

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Autre actrice, et réalisatrice, Valérie Donzelli a d'abord fait une intervention remarquée fin janvier lors d'un meeting à Montreuil, avant le second tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire. A la tribune, en costume cravate, elle loue un "programme imaginatif, vivifiant".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Elle ira plus loin il y a peu en réalisant le clip officiel de campagne du vainqueur de la primaire.

Quant à Michèle Rey-Gavras, la productrice de cinéma et épouse du réalisateur Costa-Gavras, elle a contribué au financement de sa campagne à hauteur de 4500 euros. Révélation faite par Benoît Hamon lui-même mi mars, depuis la Martinique.

A noter enfin qu'Edward Snowden s'était fendu de deux partages de tweets remarqués pendant le débat d'entre deux tours de la primaire. A la plus grande surprise de celui qui s'était dit prêt à accorder l'asile au lanceur d'alerte américain, exilé en Russie.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Avec François Fillon : Alain Delon, sur le fil

Alain Delon, soutien à droite de très longue date lors des présidentielles avait choisi Alain Juppé lors des primaires, déclarant à Léa Salamé dans "Stupéfiant" : "Juppé, oui. Fillon, tout le monde sait qu’il n’est plus là. Nicolas Sarkozy, il a ses chances." Mais il a finalement transmis une lettre ouverte de soutien ce jeudi au Figaro, à trois jours seulement du premier tour. "François Fillon, dont j'admire le courage, l'expérience et la volonté sans faille en toutes circonstances, n'a selon moi, pas de rival." écrit-il.

Alain Delon qui ouvrait le clip de campagne de Raymond Barre en 1988 :

L'astrologue Elisabeth Tessier avait aussi en 140 signes, et en lettres capitales, encouragé à sa façon le représentant de Les Républicains.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Reste cette déclaration le 10 janvier dernier du député Les Républicains Alain Marsaud. Interrogé par Guillaume Meurice pour France Inter sur le peu d’artistes qui soutiennent François Fillon, il répliquait :

Mais tant mieux ! Les artistes sont tous gauchos. Ils votent tous à gauche, qu’est-ce que vous voulez qu’ils viennent faire là ? Et pour essayer d’attirer quoi ? Non, on n’a pas besoin d’artistes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour Marine Le Pen

Début février, le comédien et metteur en scène Franck de Lapersonne a révélé son soutien au Centre de congrès de Lyon. Avant d'être propulsé candidat FN aux législatives dans la Somme, dans la circonscription où se trouve Whirlpool.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Celui qui s'est fait connaître dans la série "Palace", avant de devenir un pilier des publicités pour la MAAF a expliqué à " 20 minutes" que "c’est l’entrée d’Emmanuel Macron dans la campagne" qui l'a décidé : "pour moi, c’est la société Uber qu’il nous propose. J’étais sidéré que ce personnage ait été inventé par les banques. C’est un petit mannequin de magazine pour séduire les foules. Cet homme me fait très peur." Après avoir voté François Mitterrand, Nicolas Sarkozy puis François Hollande (désormais à regrets), il dit ne pas avoir "le logiciel du Front".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je ne viens pas pour être une caution, mais pour être un témoin pour les Français qui en ont marre d’être pris pour des ânes et qui ont envie que l’on préserve leur culture et leur langue.

Franck de Lapersonne, dans "20 minutes"

Brigitte Bardot a elle déclaré mi janvier au Figaro être en phase avec "la plupart" des idées de Marine Le Pen. Et de préciser :

Je suis très patriote. J’ai été élevée par un père et un grand-père qui se sont battus pour la France et qui m’ont inculqué l’amour de la patrie. Je ne suis pas fière de ce qu’est la France aujourd’hui. Je suis contre le vivre ensemble, mais je ne suis pas facho, pas plus que Marine Le Pen.

Contre le Front national

Le 2 avril, Libération a publié " L'appel du monde de la culture contre le Front national". Ce texte demande "à faire barrage à Marine Le Pen lors de la prochaine élection présidentielle, puis aux législatives qui lui succéderont". "Le Front national est aux portes du pouvoir" y alertent une centaine d'artistes, dont Jeanne Moreau, Matthieu Chedid, Jean-Michel Ribes, Daniel Mesguich, Camélia Jordana, Archie Shepp, Annette Messager ou IAM. On retrouve également des noms déjà précités : Romane Bohringer Valérie Donzelli ou Renaud.

Alors que la chanteuse américaine Cher vient de se fendre d'un violent message, ponctué d'émojis et que l'on pourrait traduire ainsi :

À tous : si la candidate du parti nazi et négationniste qu'est le "Front national", Marine Le Pan (sic), devient présidente, nous serons tellement dans la m*****. Et si vous dites C'est juste la France !, faites une recherche sur ce pays sur Google.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Et ce mardi 18 avril, 25 prix Nobel d'économie dénoncent dans Le Monde le programme de Marine Le Pen. Ces lauréats, dont Joseph Stiglitz et Jean Tirole, se prononcent en faveur de l’Europe et de la monnaie unique. Ils condamnent une "instrumentalisation de la pensée économique dans le cadre de la campagne électorale française".

Enfin, toujours ce mardi 18 avril, un Forum est organisé à Paris "contre Marine Le Pen et le parti de la haine" à l'initiative des psychanalystes Christiane Alberti, Carole Dewambrechies-La Sagna et Jacques-Alain Miller. On y retrouve entre autres têtes d'affiche Bernard-Henri Lévy, Gérard Miller et Fernando Arrabal.

Réalisé avec la collaboration d'Emilio Meslet et de Ludovic Piedtenu