Publicité

Cycle Jean Vilar

En octobre 2012, colloques, lectures, spectacles se dérouleront, à Avignon, Villeurbanne, Paris pour commémorer le centenaire de Jean Vilar. En écho, en partenariat et parfois en coproduction avec ces manifestations, France Culture a souhaité dédier plus de 5 heures de ses programmes de fiction à la figure de Jean Vilar, diffusant ainsi une partie de ce qui avait été enregistré en public à Avignon en juillet 2012.
**> le 21 octobre de 21 h à 23h, " Juillet" de Denis Guénoun, dans " Théâtre et Cie" ** **> le 28 octobre de 21h à 23h, " Perros, Vilar, voisins d’éternité", dans " Théâtre et Cie" ** *> du 22 au 26 octobre, " Le théâtre populaire, une histoire d’avant-garde", proposé par Judith Sibony, une * Micro Fiction en 5 épisodes. ** *> du 22 octobre au 2 novembre, « Vilar ou la Ligne droite* », *extraits de la correspondance de Jean Vilar avec sa femme Renée lus par Denis Podalydès, * Lecture du soir en 10 épisodes. **

Jean Vilar dans les années 1950
Jean Vilar dans les années 1950
© Maxppp

Pourquoi Jean Vilar sur France Culture ?

Publicité

Pourquoi avons-nous souhaité consacrer nos programmes de fiction à la figure de Jean Vilar ? Parce que l’action de Jean Vilar est toujours une référence, mais aussi une ligne de partage, et un des fondements de l’action théâtrale en France. Héritier de Dullin, et par là-même de Jouvet et Copeau, donc du Cartel mais aussi du Vieux colombier, Jean Vilar en fondant le festival d’Avignon et en dirigeant le TNP, fut un des premiers à définir une idée d’un théâtre de service public, nécessaire, exigeant, populaire .

Il fut aussi un acteur, un metteur en scène, il aurait souhaité être un auteur. Bref il fut à la fois un artiste, un directeur de troupe, un directeur d’institution, un directeur de festival. Un homme entièrement engagé dans une haute pensée du théâtre.

Cela suffirait à lui rendre hommage pour le centenaire de sa naissance. Mais, il se trouve aussi que les liens entre Vilar et la radio, et plus particulièrement France Culture, sont nombreux et exemplaires . En 1940, Pierre Schaeffer dirige le mouvement Jeune France, organisation gouvernementale chargée de coordonner et développer tout ce qui existe en France, dans les domaines du théâtre, de la musique, de l’art en général. En 1941, Jean Vilar, ancien élève de Dullin rejoint le groupe, par l’intermédiaire d’André Clavé.

En mars 1942, Jeune France devient suspecte et est dissoute. Cette association aura été en quelque sorte une étape dans la préparation de la politique de décentralisation dramatique telle que la France l’a connue en 1946. A l’issue de cette dissolution, Jean Vilar va créer sa « Compagnie des sept » avant de créer le festival d’Avignon en 1947 puis de refonder le TNP. Pierre Schaeffer quant à lui, regroupera certains animateurs de Jeune France en Bourgogne au cours de l’été 1943 et avec l’appui de Jacques Copeau, le fondateur du vieux colombier et des Copiaus, alors retiré à Pernand, il organisera le stage de Beaune, premier embryon du Studio d’essai de la radiodiffusion nationale.

La radio et le festival d’Avignon sont nés de la même expérience de décentralisation, et tout naturellement la radio sera très vite associée au festival d’Avignon, avec les premières retransmissions, la création du théâtre musical par Guy Erisman, et plus tard, les productions et coproductions avec France Culture – y compris l’aventure de Théâtre ouvert - : une histoire magnifiquement racontée par Alain Trutat dans son émission « Les années Vilar ».

C’est par le biais de la création radiophonique, que nous avons souhaité rendre hommage à Jean Vilar sur France Culture, en même temps que plusieurs grands théâtres ou institutions et en association étroite avec eux, en particulier le TNP , mais aussi le théâtre de Chaillot , la Comédie française et la BNF .

Nous proposons donc la diffusion le 21 octobre, en avant première de la création au TNP, de la troisième partie de la pièce de Denis Guénoun, « Mai Juin Juillet », enregistrée en Avignon cet été, au musée Calvet sous la direction de Christian Schiaretti (coproduction France Culture /TNP). Cette pièce publiée aux solitaires intempestifs est née d’une commande d’écriture conjointe du TNP et de France Culture.

Et le 28 octobre, la diffusion du concert-lecture donné par le chanteur Miossec et l’acteur Denis Lavant, avec la voix de Jeanne Moreau, en hommage à l’amitié qui unissait Georges Perros et Jean Vilar. Concert produit par France Culture et enregistré en public à Avignon au musée Calvet.

Une série de micro fictions consacrée au théâtre populaire par Judith Sibony, et la lecture quotidienne par Denis Podalydès de la correspondance de Jean Vilar avec sa femme, (la ligne droite), dans les Lectures du soir, accompagneront les créations diffusées dans Théâtre & Cie.

Blandine Masson

Conseiller de programmes pour La Fiction

A réécouter également : - "Une vie, une oeuvre" Jean Vilar

Dans les pas de Jean Vilar, exposition qui s'est tenue à Sète