Daniel Pescio invente les parfums de demain
Daniel Pescio invente les parfums de demain

Daniel Pescio, créateur des parfums de demain

Publicité

Daniel Pescio invente les parfums de demain

Par

Inspiré par la tradition japonaise, Daniel Pescio bouscule les codes de la parfumerie. Les odeurs, il les expose pour offrir une expérience hors du commun.

“Pour moi l’odeur c’est quelque chose de très vivant, d’éphémère."

Villa Kujoyama
Villa Kujoyama

Cet homme invente le parfum du futur. Daniel Pescio pense l’odeur dans un grand ensemble qu’il combine au goût, au toucher, à la vue et à l’ouïe.

Publicité

“L’odorat est très lié au goût, qui aussi est lié aux autre sens. Lorsqu’on va manger par exemple, on va d’abord regarder la nourriture, on va avoir le contact de cette nourriture dans sa bouche et aussi sentir toutes les odeurs et les sensations que cela va nous procurer. L’un peut ouvrir encore plus les sens pour accueillir l’autre”, décrit le parfumeur. 

De scénographe à parfumeur

Il y a quinze ans, ce scénographe d’origine brésilienne, change de voie. Il plonge tout entier dans le milieu de la parfumerie et travaille pendant dix ans dans une grande maison où il compose de nouvelles fragrances.

Au cours d’un voyage au Japon il découvre une autre manière de concevoir l’odeur et le parfum : le kōdō. 

Un art japonais ancien de célébration des parfums. Une cérémonie silencieuse, un jeu de découverte de senteurs, une réflexion plus globale sur chaque odeur qu’on hume. Le kōdō fait partie des trois arts traditionnels japonais avec l’ikebana, l’art floral, et le chanoyu, la cérémonie du thé.

“Ça peut nous amener à réfléchir à des stades de concentration, de méditation. Même au-delà de ça, au lieu d’avoir tous les cinq sens qui sont évoqués, n’avoir qu’une imagination et faire le voyage avec cette imagination", décrit Daniel Pescio.

Loin des codes européens

Au Japon, traditionnellement, le parfum ne se porte pas sur la peau, il se combine avec le thé, le bois, les promenades, la dégustation. 

Riche de cette nouvelle conception du parfum, Daniel rentre en France et cherche à casser les codes de la parfumerie en utilisant de nouveaux matériaux et supports.

Depuis, son travail s’articule autour de la synesthésie, le son peut être associé à une couleur ou une odeur à une forme. Daniel Pescio, lui, matérialise toutes les odeurs sur lesquelles il travaille dans une palette de couleurs dont la trace est évolutive.

"Quand je présente des projets, j’aime justement présenter des choses qui vont changer dans la durée du temps. Une personne va arriver dans une exposition à 10 heures du matin, l’autre va arriver à midi, l’autre à 17 heures... ils vont sentir trois stades différents du travail que j’ai fait. Tant mieux parce ce sont des émotions différentes, un avis différent, des sensations différentes", explique Daniel Pescio

D’abord, il crée des expositions, où se mêlent les odeurs, les objets, le son comme il l’a fait, par exemple, autour du oud et de l’urushi, une laque japonaise vieille de milliers d’années. Puis vient ensuite l’idée d’un “parfum à boire”. Un concentré de saveurs, composé comme un parfum mais qui éveille les papilles.

Un dîner parfumé

“On va sentir l’odeur d’une fleur et manger un dessert, par exemple aux fruits rouges, ça peut aiguiser notre palais à mieux déguster quelque chose, qui soit familier, qui soit dans le même univers", décrit-il. 

Les composants chimiques et naturels d’une saveur se lisent davantage avec l’odeur plutôt que le goût. Daniel Pescio trouve son inspiration d’ailleurs en allant au restaurant et en goûtant des mets inconnus dans chaque pays ou région qu’il visite.

Pour lui, l’expérience la plus touchante est celle du thé. Ce savant mélange de senteurs, de goûts, entouré d’une ambiance calme et apaisante, provoque chez lui une émotion indicible. 

Villa Kujoyama.
Villa Kujoyama.

“On envisage de créer un dîner où on va pouvoir toucher la vaisselle, voir la matière. Et aussi, dans la dégustation, dans le visuel, dans le son, donc il y aura les cinq sens qui vont être vraiment appelés à être présents pour cette expérience", conclut le parfumeur.

Daniel Pescio se dirige aujourd’hui autant vers la création que la sensibilisation. Il organise des séances de découverte avec des enfants et des adultes et s’applique à éveiller tous leurs sens.