Dans l'Amérique zombifiée de Donald Trump

Publicité

Dans l'Amérique zombifiée de Donald Trump

Par
Iggy Pop en Zombie dans le film de Jim Jarmush "Dead Don't Die" (2019)
Iggy Pop en Zombie dans le film de Jim Jarmush "Dead Don't Die" (2019)
- Focus Features/Eleven Productions, Inc

Cannes 2019. Le zombi a-t-il encore quelque chose à dire ? Avec cette pochade satirique qu’est "The Dead Don’t Die", Jim Jarmusch livre le film le plus explicitement politique de toute sa carrière, et réactive un genre lui-même mort-vivant, exploité jusqu’à l’os.

Jim Jarmusch adore jouer avec les genres. Il a déjà revisité le western avec Dead Man, Ghost Dog mixait le film de samouraï et celui de gangster, Broken Flowers la comédie romantique et le road movie, et Only Lovers Left Alive était un magnifique film de vampire. Avec The Dead Don't Die, il s'empare donc du film de zombis, un genre à la fois florissant (55 films et séries du genre ont été dénombrées ces 5 dernières années) et lui-même mort-vivant, exploité qu'il est, jusqu'à l'os.

En savoir plus : Anthropologie du zombie
Les Chemins de la philosophie
59 min

Le zombi a-t-il encore quelque chose à dire ?

Publicité

Jarmusch retourne aux sources, le film fondateur de George Romero, La Nuit des morts vivants, qui en 1968, avec très peu de moyens, dénonçait à la fois la guerre du Vietnam et une Amérique réactionnaire qui résistait au mouvement des droits civiques. 50 ans après, le zombi reste une figure politique toujours aussi efficace, et permet au New Yorkais de s'attaquer à l'Amérique de Donald Trump, qui à la fois provoque et nie les catastrophes écologiques, macère dans son racisme (voir la casquette rouge Make America White Again d'un des personnages) et sa passion des armes à feu, et a vendu son âme contre des biens de consommation. 

Coolitude mélancolique

Pochade post-post-moderne, satirique et asthénique, ce portrait d'une humanité à bout de souffle, qui n'a même plus l'énergie de se battre pour sa survie, n'est certes sans doute pas le plus grand film de Jim Jarmusch, mais on y retrouve tout son style, minimaliste et musical, fait de répétitions et de variations, d'humour placide et de coolitude mélancolique, et son amour des acteurs. Film choral, The Dead Don't Die rassemble presque tous ceux qui ont fait sa si belle filmographie, depuis près de 40 ans qu'il tourne. Mention spéciale à Tilda Swinton, thanatopractrice excentrique experte en sabre japonais. Tous des zombis, sauf elle...

Cannes Jour 2 - Chronique Antoine Guillot

1 min