Publicité

Dans l'atelier de Lucian Freud (2/2)

Par

Grand Intérieur, Paddington, 1968-1969. Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza.
Grand Intérieur, Paddington, 1968-1969. Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza.

Retrouvez la première partie du reportage en cliquant là et découvrez ici la seconde partie.

-------------------------------------------------

Publicité

Intérieur/extérieur, jour/nuit La première salle de l’exposition rassemble les vues d’atelier. A travers les fenêtres, les contours de la ville et la silhouette des immeubles apparaissent tout comme les jardins et quelques espaces de verdure.

Dans l’atelier proprement dit, Lucian Freud fait décor avec des objets de la vie quotidienne, un lit, un fauteuil, une chaise… Il déconstruit les perspectives et choisit des angles de vue particuliers qui semblent déformer l’espace.

Le tableau Large Interior , a été réalisé de jour, dans son atelier avec l’une des ses filles, Isobel Boyt.

**Grand Intérieur, Paddington, 1968-1969. Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza. © Lucian Freud **
L’espace volontairement bancal de Lucian Freud. [2’14’’]

Peintre au travail, reflet, 1993. Collection particulière, Courtesy Acquevella Galleries, New York.
Peintre au travail, reflet, 1993. Collection particulière, Courtesy Acquevella Galleries, New York.

****Un motif récurrent, les autoportraits ** ** Lucian Freud pratique souvent l’autoportrait. Il se peint à travers le reflet du miroir. En le posant au sol, il compose une contreplongée vertigineuse (qui figure l’affiche de l’exposition), où le portrait du peintre s’impose de manière écrasante par rapport à la présence réduite de ses deux enfants. [Reflet avec deux enfants]

Ci-contre, Peintre au travail , le premier autoportrait nu de l'artiste, sans concession et tout aussi exigent que ses portraits.

**Peintre au travail, reflet, 1993. Collection particulière, Courtesy Acquevella Galleries, New York. © Lucian Freud **
L’exercice très particulier de l’autoportrait. [2’31’’]

D’après Cézanne, 2000. Canberra, National Gallery of Australia, Purchased with the assistance of the Members of the NGA.
D’après Cézanne, 2000. Canberra, National Gallery of Australia, Purchased with the assistance of the Members of the NGA.

Les reprises recomposées Lucian Freud a repris de nombreux tableaux d’artistes, de Chardin à Cézanne en passant par Watteau ou Constable. Il ne s’agit jamais de copies à proprement parler mais toujours de réinterprétations personnelles à partir d’une proposition initiale. Le peintre, fidèle à sa méthode de peinture d’après modèles vivants, recompose et réinterprète la mise en scène première.

**D’après Cézanne, 2000. Canberra, National Gallery of Australia, Purchased with the assistance of the Members of the NGA. Foundation, including David Coe, Harold Mitchell AO, Bevelly Mitchell, John. © Lucian Freud **
Le célèbre « D’après Cézanne », entièrement recomposé. [4’06’’]

Leigh sous la lucarne, 1994. Coll. part.
Leigh sous la lucarne, 1994. Coll. part.

De l’étude biologique de la chair A partir des années 70, Lucian Freud peint des proches, amis et famille. Il cherche toujours un lien étroit avec son modèle, une certaine intimité tout en conservant un regard très objectif sur le corps et les évolutions de la chair.

**« Pour moi, le tableau est la personne. Je veux qu’il fonctionne comme la chair. » Lucian Freud **

A partir des années 90, Lucian Freud élargit son horizon en choisissant des modèles inconnus comme Leigh Bowery, performer de la scène londonienne et son amie obèse, Sue Tilley. Le peintre s’intéresse à des personnages imposants et corpulents, hors normes.

Si l’exposition fait débat, elle ne laisse pas indifférent : on aime ou l’on déteste. Le public, qui ne s’était pas bousculé en 1987 lors de la première exposition, a tranché et se presse de découvrir les grands tableaux du peintre de ces vingt dernières années.

**Leigh sous la lucarne, 1994. Coll. part. © Lucian Freud **
L’une des représentations les plus magistrales de Leigh Bovery. [3’49’’]

Le Jardin du peintre, 2005-2006. Collection particulière.
Le Jardin du peintre, 2005-2006. Collection particulière.

A écouter, à lire, à voir… Exposition **Lucian Freud, l’atelier ** , du 10 mars au 19 juillet 2010, au Centre Pompidou, place Georges Pompidou, 75004 Paris. Ouvert du mercredi au lundi, de 11h à 21h, nocturne le jeudi jusqu'à 23h. Fermé le mardi et le 1er mai.

Catalogue de l’exposition, sous la direction de Cécile Debray (parution le 3 mars, Editions du Centre Pompidou).

***Le Jardin du peintre, 2005-2006. Collection particulière. © Lucian Freud
Autour de l’exposition

**Table ronde ** avec Cécile Debray, l’historien de l’art Jean Clair, le peintre François Rouan et la psychanalyste et critique d’art Claire Brunet. Mercredi 16 juin à 19h.

Lucian Freud, intérieurs . Samedi 10 avril 2010 à 17h, par Jean-Louis Gaillemin, maître de conférences à l’université Paris IV.

Lucian Freud, peintre de la nudité . Samedi 17 avril 2010 à 17h, par Philippe Comar, professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

Les émissions à écouter

Un épisode des **Jeudis de l’expo ** consacré à Lucian Freud, le jeudi 13 mai 2010 de 15h à 16h.

Le Rendez-vous reçoit Cécile Debray, commissaire de l’exposition, le jeudi 11 mars 2010 de 19h10 à 20h.

En cliquant ici , découvrez la première partie du reportage.> A voir également, le dossier Panorama choisi des expositions 2010 . Panorama sélectif des grandes expositions de ce début d'année. Certaines feront l'objet de reportages multimédia ou de diaporamas sonores à venir sur notre site. De nombreuses émissions les évoqueront également au fil de l'année. Le programme de cette rentrée 2010 !