Publicité

David A. Bell : "Connaître Limbaugh et Hannity pour comprendre Trump"

Par
L'animateur de radio Rush Limbaugh avec Donald Trump à Palm Beach en décembre 2019
L'animateur de radio Rush Limbaugh avec Donald Trump à Palm Beach en décembre 2019
© AFP - Nicholas Kamm

Coronavirus, une conversation mondiale. Alors que la gestion de la crise de la Covid par Donald Trump suscite toujours autant de commentaires et parfois d'étonnement, l'historien américain David A. Bell nous incite à regarder du côté de deux animateurs radio qui selon lui façonnent la voix de la "base" du président des États-Unis.

Face à la pandémie de coronavirus, Le Temps du Débat avait prévu en mars une série d’émissions spéciales « Coronavirus : une conversation mondiale » pour réfléchir aux enjeux de cette épidémie, en convoquant  les savoirs et les créations des intellectuels, artistes et écrivains du monde entier. Cette série a dû prendre fin malheureusement après le premier épisode : « Qu'est-ce-que nous fait l'enfermement ? ». Nous avons donc décidé de continuer cette conversation mondiale en ligne en vous proposant chaque jour sur le site de France Culture le regard inédit d’un intellectuel étranger sur la crise que nous traversons. Depuis le 24 avril, Le temps du débat est de retour à l'antenne, mais la conversation se poursuit, aussi, ici.

Aujourd'hui, l'historien américain David A. Bell, spécialiste de la France des XVIIIe et XIXe siècles et professeur à l'Université de Princeton nous propose un billet d'analyse sur deux animateurs radio qui ont selon lui une influence très importante sur l'électorat républicain et à qui il faut s'intéresser pour mieux comprendre la situation actuelle aux États-Unis. 

Publicité

Je suis toujours étonné de constater que si peu de gens, en dehors des États-Unis, connaissent les noms de Rush Limbaugh et Sean Hannity. Ce sont deux des hommes les plus puissants du pays, or ils ne sont en aucun cas des éminences grises, exerçant leur influence en secret. Ce sont des personnalités tout à fait publiques. Et il est impossible de comprendre la politique américaine actuelle, la carrière de Donald Trump et l'histoire de la Covid-19 aux États-Unis, sans les connaître.

Limbaugh et Hannity sont des animateurs de talk-shows radio spécialisés dans les déclarations outrancières et provocatrices - ce que les Américains appellent des "shock jocks". Sur la côte Est, dans la plupart des grandes zones urbaines, l'émission de Limbaugh est diffusée de midi à 15 heures, et celle de Hannity de 15 heures à 17 heures. Une grande partie de leur public écoute au travail, dans les usines et les entrepôts, les magasins et les fermes. Des millions d'Américains passent une partie de leur journée en voiture ou en camion et ils écoutent aussi. Et puis il y a les chômeurs, les retraités, les hommes et les femmes qui sont sans activité à cause de problèmes physiques ou mentaux. Ils écoutent aussi. Ce public est en grande majorité blanc, masculin, et provient en grande partie de la classe ouvrière et de la classe moyenne inférieure. Limbaugh et Hannity ont chacun une audience quotidienne d'environ 15 millions de personnes. Hannity a également une émission de télévision en soirée, sur la chaîne câblée Fox News, mais elle touche à peine trois millions de personnes. Beaucoup d'autres "shock jocks"à la radio, à la télévision et sur Internet imitent Limbaugh et Hannity, suivent leur exemple et amplifient leur message. Mais ces deux-là, et leurs émissions de radio, sont essentiels.

Les émissions elles-mêmes consistent en grande partie en un long monologue dans lequel les animateurs répondent parfois aux questions des auditeurs. Ces monologues sont drôles, personnels et donnent aux auditeurs le sentiment d'appartenir à un club spécial et privilégié. Les deux hommes sont des animateurs chevronnés. On peut les écouter pendant des heures et n’être ennuyés que par les fréquentes coupures pub pour les médicaments pour la prostate, les alarmes antivol, l'or, la consolidation de dettes et la protection contre le vol d'identité (les publicités indiquent clairement la composition de l'auditoire).

Limbaugh et Hannity sont généralement appelés "conservateurs" et "idéologues", mais en vérité, ils ne sont ni l'un ni l'autre. Ce sont des populistes qui prétendent être motivés par leur amour pour une Amérique plus ancienne et traditionnelle, et qui prêchent la rage contre des ennemis qu'ils considèrent comme essayant de détruire cette Amérique. 

La liste des ennemis en question est longue. Elle comprend des militants et des politiciens libéraux et progressistes, notamment des féministes et des membres de minorités raciales ou sexuelles, des universitaires, des scientifiques, des fonctionnaires, des journalistes "grand public" (que Limbaugh ne manque jamais d'appeler "lame stream", lame signifiant “ringard”, “pourri” … ) et aussi pratiquement tous les étrangers. L'Amérique est "le plus grand pays du monde". Tous les autres pays sont inférieurs, selon eux, et la plupart seraient socialistes.

Dans les émissions, les ennemis sont décrits comme stupides et trompeurs, mais aussi -paradoxalement- dangereusement rusés et efficaces. Limbaugh et Hannity oscillent entre le sarcasme - invitant les auditeurs à partager la stupeur que leur inspire le fait que l’on puisse penser ce que les "libs" (les libéraux) pensent - et la hargne contre les outrages que ces mêmes "libs" commettent. Tout ce qui est fait par un libéral de premier plan et qui peut être déformé pour apparaître comme criminel, corrompu ou immoral est martelé sans fin, jour après jour (Benghazi, les courriels d'Hillary, etc. etc. etc.). Lorsqu'il n'y a pas de prétendu scandale, Limbaugh et Hannity reviennent à leurs vieux favoris comme la menace que constitueraient les immigrants illégaux ou le prétendu "canular" du changement climatique, qui, selon eux, est l’œuvre de scientifiques libéraux cherchant à détruire le capitalisme. 

Avec Donald Trump, Limbaugh et Hannity ont trouvé leur bel idéal. Il a les mêmes instincts populistes qu'eux, utilise le même ton moqueur et sarcastique, et entretient le même rapport compliqué avec la vérité. 

En fait, ce vétéran de la "télé-réalité" aurait fait un très bon "shock jock" lui-même. Limbaugh, Hannity et leurs nombreux imitateurs ont joué un grand rôle en aidant Trump à remporter l'investiture républicaine en 2016, puis l'élection. Depuis lors, ils l'ont défendu avec la ferveur d'un éditorialiste de la Pravda qui aurait écrit sur Joseph Staline vers 1938. Hannity est également une sorte de conseiller présidentiel non officiel, qui s'entretient régulièrement avec Trump pendant une heure - ou plus- par jour. Les deux ne sont pas simplement la voix de la "base" de Trump - ils façonnent cette voix. Si vous parlez longuement à presque tous les hommes blancs d'âge moyen qui votent pour Trump, vous les entendrez inévitablement répéter les répliques de Limbaugh et de Hannity.

Depuis le début de la crise de la Covid-19, l’effet de Limbaugh, Hannity et leurs nombreux imitateurs sur la politique américaine est encore plus désastreux qu'auparavant. Au début, alors que les craintes de pandémie menaçaient la bourse, ils l'ont simplement écartée comme un "canular" libéral. Limbaugh a prononcé cette fameuse phrase : "c'est un simple rhume, les amis". Lorsqu'il est devenu évident que la Covid-19 n'était pas seulement un rhume, ils ont commencé à insister sur le fait qu'elle représentait toujours un danger bien moindre qu'une grippe ordinaire. Enfin, lorsque le nombre de morts a dépassé de loin celui d'une épidémie de grippe, même grave, ils ont brusquement changé de ton et ont commencé à louer le héros Trump pour ses actions décisives contre le virus. À ce moment-là, les "libs" sont devenus des traitres pour avoir critiqué le président en "temps de guerre" et l'avoir détourné de sa mission historique. Mais une fois que la première vague de la maladie a atteint son point culminant et que les partisans de Trump ont commencé à protester contre les mesures de confinement, Limbaugh et Hannity ont encore une fois changé de discours. De nouveau, il semble que les "libs" exagèrent le danger. 

Le fait que les États-Unis n'aient pas encore subi autant de décès que certains scientifiques l'avaient initialement prédit discréditerait ces derniers et montrerait en même temps le merveilleux travail accompli par Trump. 

Peu importe que le point crucial ait consisté en des fermetures imposées par les gouverneurs des États, avec peu de coopération de la part du gouvernement fédéral. Limbaugh et Hannity exigent maintenant une réouverture complète de l'économie américaine, quel que soit le coût en vies humaines.

L’horreur et l'irrationalité du comportement de ces hommes dans la crise de la Covid-19 sont stupéfiantes. Mais leur haine et leur mépris pour les "libs" ont depuis longtemps dévoré toute capacité d'analyse impartiale. Ils considèrent comme ipso-facto faux et trompeur tout ce que disent les "libs" de l'élite, et il faut soutenir le contraire, même si tous les scientifiques réputés du pays disent la même chose. Cette logique primitive contribue à l'élaboration de politiques qui coûteront des milliers de vies. Malheureusement, tant que ces deux hommes et leurs imitateurs maintiendront leur emprise sur leur public, cela aidera également les candidats qu'ils auront choisi à remporter les élections. Y compris, peut-être, en novembre, Donald Trump. 

Emmanuel Laurentin avec l’équipe du « Temps du débat ».

Retrouvez ici toutes les chroniques de notre série Coronavirus, une conversation mondiale

À réécouter : Etats-Unis : economy first