David Lynch - Entretien exceptionnel avec Olivia Gesbert

Publicité

David Lynch - Entretien exceptionnel avec Olivia Gesbert

David Lynch
David Lynch
- Crédit photo : Josh Telles

Mercredi 10 juin dans la Grande Table, de 12h à 12h30, Oliver Gesbert reçoit David Lynch pour un entretien exceptionnel.

« Nous voulons avoir une vie bonne et heureuse et nous voulons prendre soin des gens… Et ce sont les dirigeants, me semble-t-il, qui nous mettent dans de gros, gros ennuis... »

La parole de David Lynch est rare dans les médias. Depuis sa villa de Los Angeles, où il passe ses journées dans son atelier, il a choisi d'accorder un long entretien à Olivia Gesbert, productrice de La Grande Table de France Culture. Confiné chez lui depuis des semaines dans une ambiance d'avenues vides, il ne reste cependant pas hermétique aux bruits, aux heurts et aux mouvements du monde.

Publicité

Le cinéaste revient notamment sur la colère des manifestants et apporte son soutien au mouvement "Black Lives Matter". Si l'époque est sombre, il n'en reste pas moins optimiste pour l'avenir. Généreux dans sa parole, il est convaincu que le langage propre au cinéma est le plus à même de donner à voir et à entendre ses idées et leurs mystères : la métaphore comme épicentre et miroir de la création.

Un entretien chaleureux d'Olivia Gesbert avec David Lynch, un artiste hors norme et un des plus grands cinéastes de l'époque.

Extraits :

La politique

Je suis totalement un être humain qui vit et qui est né en Amérique. Comme je l'ai dit, je vais dans de nombreux endroits du monde. Tout le monde a fait cette expérience. Et je trouve que quatre-vingt-dix-neuf pour cent des gens sont tout simplement fantastiques. Des gens fantastiques partout. Et nous voulons tous la même chose. Nous ne voulons pas souffrir. Nous voulons avoir une vie bonne et heureuse et nous voulons prendre soin des gens. Nous voulons être amis avec les gens. Et ce sont les dirigeants, me semble-t-il, qui nous mettent dans de gros, gros ennuis.

La liberté dans les séries

Le long métrage a une sorte de structure. À présent, j’aime bien le récit par épisode, et la télévision par câble me permet de penser en termes de récit qui se poursuit. Et ça me passionne.

Je n'ai jamais vraiment fait partie du système, pour ainsi dire, mais j'ai eu la chance de pouvoir faire en toute liberté les films que je voulais. Et c'est la seule façon de les faire. Si vous n'avez pas la liberté de faire le film que vous voulez faire, il vaut mieux de ne pas le faire du tout. Donc la liberté, c’est primordial, puis travailler avec des gens qui sont de votre côté, pas de l’autre, et tout se passera bien.

David Lynch est un artiste protéiforme. Cinéaste, peintre, photographe, compositeur de musique, il crée depuis la fin des années 1970 des images et des univers si particuliers qu'ils sont désignés par un adjectif : “lynchien”. Auteur de 10 films dont l'envoûtant Blue Velvet (1986) et l'onirique Mulholland Drive (2001), Palme d'or au Festival de Cannes en 1990 avec le sauvage Sailor et Lula, David Lynch est revenu avec brio sur le devant de la scène en 2017 avec la troisième saison de sa série mythique Twin Peaks construite “comme un film de 18 heures”.

Réécoutez l’émission sur franceculture.fr