Publicité

De l'anneau unique à Smaug : comment Tolkien a puisé son inspiration dans les légendes scandinaves

Par
Maquette de la jaquette pour Le Hobbit [1937] Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 32
Maquette de la jaquette pour Le Hobbit [1937] Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 32
- © The Tolkien Estate Ltd 1937, 1992

Gandalf et Saroumane ? Des facettes d'Odin. Les noms de lieux ? Traduits du vieux norrois. L'anneau unique ? Inspiré de la Völsunga Saga... Professeur d'anglais médiéval passionné par la mythologie germano-scandinave, Tolkien a beaucoup puisé dans les anciens récits nordiques pour créer son univers.

Mais où donc J. R. R. Tolkien est-il allé chercher les idées qui lui ont permis de créer la Terre du Milieu ? Avec Bilbo le Hobbit puis Le Seigneur des Anneaux, le romancier a donné ses lettres de noblesses à un genre jusqu'alors méconnu, la fantasy, depuis devenu un pan complet de la littérature, avec ses sous-catégories, du médieval-fantastique à l_'heroic fantasy._ Pour créer son univers, pour le doter d'une géographie, de langues et de sa propre cosmologie, Tolkien est allé puiser dans les contes et légendes européens, et plus particulièrement dans la mythologie germano-scandinave.

Professeur de vieil anglais, puis de langue et littérature anglaises à l’université d’Oxford, John R. R. Tolkien est également un philologue passionné qui s'intéresse très tôt aux langues germaniques. Bien conscient de l'influence des Celtes, Romains, Vikings et Anglo-saxons sur l'histoire de son pays, il regrettait que l'Angleterre ait tout oublié de sa mythologie ancienne pré-chrétienne. La très complète exposition Tolkien, voyage en Terre du Milieu, qui débute aujourd'hui à la BNF et expose plus de 300 œuvres de l'écrivain, dont de nombreux dessins et pages manuscrites, n'hésite pas à rappeler l'influence des textes germano-scandinaves dans l'imaginaire tolkienien. "A la base, Tolkien s’initie en autodidacte, rappelle ainsi Émilie Fissier, commissaire associée de l'exposition. Il a notamment fondé un groupe nommé les "Coalbiters" où ils se faisaient des lectures de l’Eda, du Kolevala, et de mythologie nordique". De fait, avant même de partager sa passion dans les clubs de lecture auxquels il participait, Tolkien divertissait, dès 1910, alors âgé de 18 ans et encore étudiant, ses camarades d'Oxford avec des extraits de la Völsunga Saga, une saga légendaire nordique d'origine islandaise.

Publicité

Dans l'ouvrage récemment paru La Terre du Milieu, Tolkien et la mythologie germano-scandinave (Ed. Passés/Composés), le philologue autrichien Rudolf Simek s'attache à décrypter l'univers de Tolkien pour mieux en dégager les origines. Que ce soit l'anneau unique, l'épée d'Aragorn, le dragon Smaug, Gandalf, Sauron, ou encore les écritures naines et elfiques, tous ces éléments emblématiques de l'univers de Tolkien prennent leurs sources dans la mythologie scandinave.

L'anneau unique : l'Andvaranaut de la Völsunga Saga ?

L'Anneau unique, dans le film "Le Seigneur des Anneaux" de Peter Jackson.
L'Anneau unique, dans le film "Le Seigneur des Anneaux" de Peter Jackson.
- New Line Cinema

Trois anneaux pour les rois Elfes sous le ciel,                                                                  
Sept pour les Seigneurs Nains dans leurs demeures de pierre,                                                                  
Neuf pour les Hommes Mortels destinés au trépas,                                                                  
Un pour le Seigneur Ténébreux sur son sombre trône,                                                                  
Dans le Pays de Mordor où s'étendent les Ombres.                                                                  
Un anneau pour les gouverner tous. Un anneau pour les trouver,                                                                  
Un anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier                                                                  
Au Pays de Mordor où s'étendent les Ombres.

Tolkien s'en est défendu : l'anneau unique, l'élément autour duquel s'articule toute l'intrigue du Seigneur des Anneaux, n'a pas été inspiré par le bijou de L'Anneau du Nibelung, un cycle des quatre opéras de Wagner. Quand le traducteur suédois de l'ouvrage avait suggéré que c'était le cas dans la préface du livre, Tolkien s'en était irrité dans une lettre envoyée à son éditeur en 1961 : "Les deux anneaux sont ronds, et c'est là leur seule ressemblance".

Comme le précise Rudolf Simek dans son ouvrage, l'influence des sagas nordiques épiques sur Tolkien tient plus d'un "arrière-fond culturel" l'ayant inspiré que d'une volonté consciente de la "recycler". L'auteur rappelle cependant les sources historiques qui ont influencé le romancier : "Dans la mythologie scandinave, deux anneaux tiennent une place essentielle. L'anneau Draupnir, un des attributs du dieu Odin, n'a que peu influencé Tolkien. [...] Le second anneau, qui est aussi le plus important dans les représentations germaniques, est l'anneau maudit Andvaranaut de la légende des Nibelungen. [...] Lorsque Tolkien discute le commentaire de son traducteur suédois, il procède soit à une dévalorisation de ses propres sources, soit à une valeur des énormes différences entre l'anneau des Nibelungen et celui du Seigneur des anneaux."

De fait l'anneau Draupnir, forgé par les nains Brook et Sindri, comme le raconte Snorri Sutrluson dans l'Edda en prose, chef-d'oeuvre de la littérature médiévale scandinave, signifie littéralement "celui qui goutte", car il a pour particularité de permettre de créer d'autres anneaux. Difficile de ne pas faire un lien avec l'anneau unique, dont dépendent les autres anneaux de pouvoir dans Le Seigneur des anneaux.

Mais le principal texte ayant inspiré Tolkien n'est autre que la Volsünga Saga. Cette saga légendaire nordique d'origine islandaise raconte l'histoire du clan Völsung au cours des différentes générations. Dans cette histoire, le légendaire héros nordique Siegfried, du clan des Völsungar, fait reforger l'épée brisée de son père Sigmundr et s'approprie le trésor des Nibelungen, gardé par le dragon Fáfnir. Dans ce trésor, il récupère un anneau, maudit par le nain Andvari et qui doit apporter la destruction à quiconque le possède... L'anneau , à travers sa malédiction, va tuer l'intégralité des clans Völsungar et Nibelungen.

Andúril et Gramr : deux épées brisées et reforgées

On vient de le voir, dans la Volsünga Saga, Siegfried reforge l'épée de son père. Un motif que l'on retrouve également dans Le Seigneur des Anneaux.

Ainsi, dans le mythe scandinave, Sigmundr, le père de Siegfried est tué dans une bataille après qu'Odin lui a refusé son aide, relate Rudolf Simek dans La Terre du Milieu, Tolkien et la mythologie germano-scandinave :

  • "Alors que la bataille durait depuis un certain temps, un homme apparut dans la mêlée, portant un chapeau tombant sur son visage et un manteau à capuchon noir. Il n'avait qu'un œil et une lance dans la main. Cet homme s'avança vers le roi Sigmundr et brandit la lance devant lui. Et quand le roi Sigmundr frappa violemment, l'épée rencontra la lance et se brisa en deux morceaux. Puis la bataille tourna en un massacre et la chance du roi Sigmundr avait passé son chemin.Völsunga Saga, volume 11

Dans la Völsunga Saga, Sigmundr, mourant, confie alors à sa fille la mission de conserver les éclats de l'épée, pour en faire une nouvelle arme appelée Gramr, pour son fils Siegfried :

  • "Siegfried alla alors trouver Reginn et lui demanda de faire une épée à partir de ce métal. [...] Reginn fit alors une épée. Et quand il a retira du foyer, les aides-forgerons eurent l'impression que des flammes jaillissaient des tranchants. Il demanda alors à Siegfried de prendre l'épée, se déclarant incapable d'en forger une autre si celle-ci se brisait." Völsunga Saga, volume 15

Cette histoire n'est évidemment pas sans rappeler la propre histoire d'Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux. Dans Les Deux tours, le seigneur elfe Elrond raconte ainsi comment l'épée de l'ancêtre d'Aragorn s'est brisée : "J'assistai au dernier combat sur les pentes de l'Orodruin, où mourut Gil-galad et où tomba Elendil, Narsil se brisant sous lui ; mais Sauron lui-même fut vaincu, et Isildur trancha l'anneau de sa main, avec le fragment de l'épée de son père, et il se l'appropria."

Lors du conseil d'Elrond, toujours dans Le Seigneur des Anneaux, le célèbre elfe raconte comment l'épée Narsil, appartenant à l'ancêtre d'Aragorn, est reforgée pour devenir Andúril :

  • "L'épée d'Elendil fut forgée de nouveau par des forgerons elfes, et sur sa lame fut gravé un emblème de sept étoiles entre un croissant de lune et un soleil rayonné autour desquels furent tracées de nombreuses runes, car Aragorn, fils d'Arathorn, allait en guerre sur les marches du Mordor. Cette lame devint très brillante quand elle fut de nouveau complète : le soleil y prenait un éclat rouge, la lune un froid reflet, et ses bords étaient tranchants et durs. Et Aragorn lui donna un nouveau nom, l'appelant Andúril, Flamme de l'Ouest."

Les dragons : de Fáfnir à Smaug

Conversation avec Smaug, illustration du Hobbit [1937] Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 30.
Conversation avec Smaug, illustration du Hobbit [1937] Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 30.
- The Tolkien Estate Ltd 1937 / BNF

"Pour ce qui est de la figure du dragon, on est habitué à Smaug qu’on connaît le mieux, qui est le dragon ailé qui crache du feu, mais de la même manière qu’il y a une histoire de la Terre du Milieu, il y a les premiers dragons, rappelle Émilie Fissier, commissaire associée de cette exposition Tolkien à la BNF. Ces premiers dragons, Tolkien les appelle les grands vers, ou worms, ce qui se rapprochent du "lindworm" germanique et nordique. Ils sont sans ailes, des créatures qui ressemblent un peu à des serpents et sont très loin de l’imaginaire ailé."

Dans Le Silmarillion, le romancier décrit en effet "Glaurung, the Great Worm", ou "Worm of Morgoth" (le ver de Morgoth), un dragon dont on sait peu de choses. Mais un passage ultérieur décrivant "des dragons ailés qu'on n'avait encore jamais vus", laisse penser que le "grand ver" n'avait pas d'ailes.

En réalité, le dragon le plus emblématique de Tolkien est celui de Bilbo le Hobbit, Smaug, que la compagnie de treize nains menée par Thorïn Lécudechesne part affronter en compagnie de Bilbo. Il n'y a cependant que dans la mythologie médiévale scandinave que l'on croise des dragons ailés. Et le thème du dragon gardien de trésor est plus spécifiquement propre à deux dragons, celui de Beowulf, oeuvre sur laquelle Tolkien a tenu une conférence, et Fáfnir, le dragon ailé que le héros Siegfried occit dans la Völsunga Saga et qui est certainement la principale source d'inspiration de l'auteur.

Dans Bilbo le Hobbit, c'est justement ce trésor qui motive la quête des héros :

  • "Smaug était étendu là, dragon de forme immense, rouge doré, et il formait profondément. Un grondement émanait de ses mâchoires et de ses narines, ainsi que des volutes de fumée ; mais dans son sommeil, son feu couvait. En-dessous de lui, éparpillés jusque dans les recoins les plus sombres, gisaient des tas et des tas de choses précieuses, de l'or brut ou finement ouvré, des femmes et des joyaux, et de l'argent maculé de rouge dans l'embrasement de la salle." Bilbo le Hobbit

Gandalf, Saroumane et Sauron : trois facettes d'Odin

Gandalf, interprété par Ian McKellen, dans le film "Le Seigneur des Anneaux".
Gandalf, interprété par Ian McKellen, dans le film "Le Seigneur des Anneaux".
- New Line Cinema

Toujours dans son ouvrage La Terre du Milieu, Tolkien et la mythologie germano-scandinave, le philologue Rudolf Simek consacre un chapitre complet à l'influence du dieu Odin, "le dieu le plus éminent du panthéon scandinave" et à la façon dont ce dernier a inspiré plusieurs personnages de Tolkien : "Tous trois, Gandalf, Saruman et Sauron sont désignés par Tolkien comme étant des magiciens. Tout comme Odin, qui pouvait se transformer aussi bien en serpent qu'en aigle, ils sont tous trois des métamorphes ; ils peuvent, selon leur besoin, changer d'apparence, tout particulièrement pour adopter celle d'un animal."

Dieu à multiples facettes, Odin est à la fois magicien et voyageur, ce qui le rapproche de Gandalf le gris, protagoniste principal à la fois de Bilbo le Hobbit et du Seigneur des Anneaux. Outre les ressemblances physiques (Odin est représenté comme un vieillard à la longue barbe, vêtu d'un chapeau tombant et d'un manteau à capuchon), le dieu scandinave possède également, tout comme Gandalf, le plus rapide des chevaux selon l'Edda de Snorri : "[Sleipnir] était gris et avait huit jambes : c'est le meilleur des chevaux chez les dieux et chez les hommes."

De son côté, Tolkien consacre un long passage à Gripoil, le cheval de Gandalf à la robe grise argentée, le plus rapide au monde. En anglais, le cheval se nomme Shadowfax, et pour cette étymologie Tolkien a respecté les principes des noms de chevaux en ancien norrois, la langue scandinave médiévale, où le -fax signifie cheval.

Dernière similarité entre Gandalf et Odin : lorsque le Dieu fuit le géant Sutungr, il choisit la forme d'un aigle, alors même que Gandalf, dans Le Seigneur des Anneaux, est amené à fuir Saroumane à dos d'aigle.

Du côté de Saroumane, c'est avec le Palantir, cette pierre magique, que Rudolf Simek fait le lien avec Odin : tout comme le Dieu, Saroumane est ainsi affublé du don de vision. De plus, Odin possède deux corbeaux, qu'il envoie au loin pour lui rapporter des nouvelles et qui ne sont pas sans rappeler les "crébains" de Saroumane, ces nuées d'oiseaux noirs qui parcourent le ciel à la recherche des membres de la Compagnie de l'anneau : "Des nuées de corbeaux noirs balaient toutes les terres entre les Montagnes et le Grisfleur, dit-il, et ils ont survolé la Houssière. Ils ne sont pas indigènes à ce pays ; ce sont des crébains de Fangorn et de Dunlande. J’ignore ce qu’ils font : il se peut que des troubles les aient chassés du sud ; mais je pense qu’ils sont plutôt venus en reconnaissance".

Des nuées de corbeaux noirs balaient toutes les terres entre les Montagnes et le Grisfleur, dit-il, et ils ont survolé la Houssière. Ils ne sont pas indigènes à ce pays ; ce sont des crébains de Fangorn et de Dunlande. J’ignore ce qu’ils font : il se peut que des troubles les aient chassés du sud ; mais je pense qu’ils sont plutôt venus en reconnaissance. Le Seigneur des anneaux, Les Deux Tours

Enfin, Odin, dieu tout sauf manichéen, a certainement inspiré Sauron lui-même, le lien le plus évident étant qu'Odin est un dieu borgne alors que Sauron est représenté par un œil unique :

  • "Je sais tout, Odin,
    Où ton œil est tombé :
    dans le célèbre puits de Mimir"

    La Völuspá, dans l'Edda Poétique
  • "Dans cet abîme noir apparut un Œil unique, lequel grossit peu à peu. [...] L'Œil paraissait cerclé de feu, mais il était lui-même vitreux, jaune comme celui d'un chat, intense et vigilant, et la fente noire de sa pupille s'ouvrait sur un gouffre, une fenêtre sur le néant". Le Seigneur des anneaux, Les Deux Tours

De Midgard à La Terre du Milieu : étymologie des lieux

Carte imprimée de la Terre du Milieu, annotée par J. R. R. Tolkien et Pauline Baynes [1969] Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 132
Carte imprimée de la Terre du Milieu, annotée par J. R. R. Tolkien et Pauline Baynes [1969] Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 132
- © The Tolkien Estate Ltd

Professeur de vieil anglais, passionné de mythologie scandinave et adapte du vieux norrois, la langue scandinave médiévale, Tolkien a créé ses propres langues pour les besoins de son univers. On retrouve, dans l'étymologie des noms de lieux, de nombreuses références aux anciennes langues nordiques, à commencer par le nom de son monde, La Terre du Milieu, véritable pont linguistique entre le norrois et le vieil anglais, comme Tolkien le précisait lui-même dans une de ses lettres : ""La Terre du Milieu" n'est pas le nom d'une région qui n'a jamais existé. [...] Il s'agit seulement d'un emploi du moyen anglais middel-erde (ou erthe ), altération du vieil anglais Middangeard , nom donné à la terre habitée par les Hommes, 'entre les mers'."

De fait, le terme de Terre du milieu existe aussi en norrois, sous la dénomination "midgardr", l'élément -gardr signifiant, en norrois comme en vieil anglais - et donc certainement en proto-germanique également - un enclos autour d'une habitation humaine, comme le précise Rudolf Simek : "Midgardr est donc 'le lieu d'habitation au centre du monde' et en cela, le chez-soi de chaque humain".

La carte du Seigneur des Anneaux regorge de noms que Tolkien a transposés directement du norrois, de manière assez aléatoire. Ainsi les "'Undying lands", ou "Terres immortelles" en français, où se rendent les elfes et divers protagonistes du Seigneur des Anneaux à la fin du récit, sont empruntées à une saga norroise du XIVe siècle : L'histoire d'Eirikr le grand voyageur. Dans ce conte, le héros norvégien voyage dans une terre de l'au-delà nommée Odainsakr, la "prairie des non-morts", qui fut traduit en anglais au XIXe siècle par Deathless lands.

Le livre La Terre du Milieu, Tolkien et la mythologie germano-scandinave regorge d'exemples tout droit issus du norrois, au rang desquels Mirkwood, la sombre forêt traversée par Bilbo et les nains dans Bilbo le Hobbit. Or on retrouve dans la mythologie nordique et plus spécifiquement dans l'Edda poétique, le Myrkvior, la forêt obscure...

Du côté des personnages, ce sont les nains (Thorin, Dwalin, Fili, Kili, Gloin, Bifur, etc.) qui ont très clairement écopé de noms inspirés en droite lignée du norrois, et plus particulièrement de la Völuspa.

Des runes nordiques aux runes naines et elfiques

Des alphabets runiques créés par Tolkien, à l'exposition "Tolkien, voyage en Terre du Milieu" à la BNF.
Des alphabets runiques créés par Tolkien, à l'exposition "Tolkien, voyage en Terre du Milieu" à la BNF.
© Radio France - Pierre Ropert

Une des inspirations les plus évidentes de Tolkien pour créer son univers n'est autre que les runes que l'on retrouve, entre autres, sur les portes de la Moria, dans Le Seigneur des Anneaux. Celles-ci proviennent de l'alphabet runique scandinave, le futhark, auquel Tolkien apporte quelques modifications, comme le rappelle Émilie Fissier à la BNF : "Tolkien recrée non seulement ses propres runes, mais il en crée aussi une variation. Les runes servent aux nains à écrire dans leur langue, mais en fait, ce qu’on ne sait pas forcément, c’est qu’à la base les Cirth, ce sont des lettres créées par les elfes pour inscrire des messages sur des surfaces dures, pour graver. Les lettres elfiques sont pleines d’entrelacs et on les imagine difficiles à graver sur du bois ou de la pierre. Et donc les Elfes inventent ces runes pour pouvoir graver des inscriptions sur du dur avant de les transmettre aux nains. Au final, les Elfes les abandonnent et les nains eux continuent. Et il y a différents mode de runes, celles de la Moria, qui ne sont pas les mêmes que celles d’Erebor…"

De fait, Tolkien va créer plusieurs alphabets runiques. Il commence par inventer les runes utilisées par les nains, en se basant sur le futhark et sa version en vieil anglais, le futhorc, comme il le précise dans l'introduction du Hobbit : "Au temps de cette histoire, seuls les nains se servaient régulièrement [des runes] dans leurs archives personnelles ou secrètes. Leurs runes sont représentées dans ce livre par des runes anglaises, que peu de gens connaissent encore de nos jours. Si l'on compare les runes de la carte de Thrór aux retranscriptions en lettres modernes, on peut découvrir leur alphabet adapté [à l'anglais] moderne."

En écrivant Le Seigneur des Anneaux, Tolkien décide de créer de nouveaux alphabets runiques propres aux elfes, qu'il veut donc antérieurs aux runes naines. Il imagine donc les runes des Cirth, mais aussi le Tengwar ou l'Angerthas d'Erebor, beaucoup moins proches, cette fois, du futhark.

A ses alphabets runiques, Tolkien ajoute plusieurs langages, au rang desquels un de ses chefs-d'oeuvre : la langue des Elfes. "Les récits furent imaginés avant tout pour constituer un univers pour les langues et non pas le contraire", avait-il écrit. En 2012, l'émission Tire ta langue consacrait une émission au Quenya, ou haut elfique, en compagnie d'Édouard Kloczko, linguiste et spécialiste des langues construites de Tolkien :

29 min

Passionné par la mythologie germano-scandinave, Tolkien n'a jamais caché s'en être inspiré, sans pour autant évoquer avec précision ce qu'il avait puisé ici et là. Certainement parce que les légendes nordiques ont été à la source de son imaginaire de façon inconsciente. Pourtant, en créant un genre à part entière dans un univers doté de sa propre mythologie, Tolkien s'est assuré de perpétuer l'esprit des légendes médiévales scandinaves à travers l'ensemble de la fantasy moderne.