Publicité

De nouveaux objets géographiques

Par

Qu’est-ce que la géographie, épisode 2. Après vous avoir proposé un parcours de la géographie dans le monde, Globe vous invite à arpenter quelques uns des nouveaux territoires de la géographie. Nouveaux parce qu’inédits ou peu entendus, ces objets sont « insolites » avant tout parce qu’ils explorent ce qui a priori peut sembler « sans espace ». En réalité, ils en ont, et les recherches évoquées ici les révèlent.

Ecoutez ici l’émission du 19 octobre 2011 avec Jean-Jacques Bavoux.

Publicité

Retrouvez le billet de blo de Qu'est-ce que la géographie EPISODE 1 (un aperçu de la géographie dans le monde) par là!

Et pour un pas de côté vers une autre définition de la géographie, accédez au billet de Globe " la Neue Kulturgeographie : la géographie allemande en révolution?"

(photos vignettes : City of Pop, cartographie rêvée d'une ville musicale, extrait de Das Szenemagazin in Bayern. Photo : Thibault Bechini)

« La nouveauté peut être considérée à la fois comme une « géographie de la mise à jour », mais aussi comme de nouvelles approches, de nouveaux outils ou thèmes de recherche. «La nouveauté, c'est ce qui participe à l'accumulation du savoir dont nous avons besoin dans nos disciplines pour exister ». Ces quelques mots de Denise Pumain, cités par la revue en ligne Carnets de Géographes, éclairent les enjeux de la « nouveauté » et de l’innovation » en géographie.

**Thèmes abordés : **

Géographie et animalité

Etre sans espace : géographie des sans abris

Espaces virtuels et cyber-espaces

Géographie sonore

Genre, sexe et sexualité

Géographie sportive

**Géographie et animalité **
Voici une introduction musicale à cette nouvelle géographie...animale, zoologique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Bénabar, géographe? C'est la question que posent ce Café Géo, en offrant une petite analyse géographique de sa chanson "Zoo de Vincennes.

La place de l’animal en géographie fait l'objet d'un compte rendu des Cafés géo à propos d’un numéro spécial de Espace et Société en 2002. Depuis, Farid Benhammou et Coralie Mounet publié sur les thèmes de l'ours, du loup et du sanglier. (voir la thèse de Farid Benhammou : Crier au loup pour avoir la peau de l'ours http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/breves/2006/popup/TheseBenham.pdf

et leur article sur le site géoconfluences : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/breves/2006/3.htm ). Pour sa part, Jean Estebanez travaille sur le zoo comme dispositif spatial, qui en dit long sur la manière de représenter l’autre, la construction de l’exotisme et de notre rapport à l'animalité (voir Planète terre et Globe en juillet 2012).

****** **Etre sans espace ** **

Parfois invisibles, considérés comme des "naufragés", à l'instar du titre de l'ouvrage de Patrick Declerck, les sans domiciles fixes font l'objet, ou plutôt sont les sujets d'études de plus en plus nombreuses sur leur inscriptions spatiales et territoriales.

Voici une revue de références universitaires accessibles et passionnantes, sur l'appartenance au territoire chez ceux qui paraissent en être les plus exclus. En leur faisant une place dans les champs d'études universitaires, ils permettent la reconnaissance d'un espace.

Cartographie des SDF à Aubervilliers. Enjeux de la géolocalisation d'une population considérée comme vulnérable.

Pratique spatiale du sans espace, les SDF des quais d’Austerlitz à Paris : par Emmanuel Fillon, Claire Hemery, Guillaume Lannerée.

La proximité spatiale de l’alterité, et son insertion dans le monde « visible » : article de Gatien Elie et d’Elisabeth Foscolo

Présentation de la synthèse des actes d’un colloque sur l’espace public et les sans domcile fixe.

Errance fixe ou mobile, solitude et détachement, réseaux informels invisibles, et création d'une identité spatiale particulière : autant d'aspects traités dans cet article sensible de Djemila Zeneidi-Henry et Sébastien Fleuret.

Sans domicile fixe, réflexion autour de la mobilité des SDF.

Ouvrage de Djemila Zeneidi-Henry : Les SDF et la ville, géographie du savoir-survivre

Dans Vivre sans abris, de la mémoire des lieux à l’affirmation de soi Claudia Girola renverse la tendance essentialiste des recherches « grand public » sur les SDF, qui font de ces derniers un groupe social constitué. A l’inverse, elle entend les considérer comme un groupe construit par la société, qui en réalité n’a de groupe que l’appellation, au vu de l’hétérogénéité des individus qui le constituent.

Compte-rendu de l’ouvrage de Patrick Declerck Les Naufragés . (Ed. Terre Humaine)

**Espace virtuel. Une nouvelle géographie des jeux vidéos **

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Simcity est le jeu video des bâtisseurs virtuels. Mais cette virtualité se fonde sur un substrat spatial bien présent : on construit d’abord à partir d’un terrain sur lequel on pose des fondations, élève les murs, trace les routes. Bref, aussi surdimensionnées que puissent être ces « créations », on rejoue toujours la réalité.

Les quelques travaux que Globe vous présente vont plus loin. Ils postulent une « spatialité effective du monde virtuel », pour reprendre la formulation de la rédaction des Carnets de Géographe. Cette spatialité nouvelle constitue un « cyber espace », mot forgé en 1984 par William Gibson, autour de Neuromancien . Il imagine un monde non cartographiable, « post géographique » comme le dit Thierry Joliveau dans un Café-Géo dédié au thème « internet est-il géographique ?"

Mais nous vous renvoyons également à un précédent billet de blog de Globe sur "Internet, une nouvelle géographie", proposant le making-off d'une émission de Planète Terre dont les invités étaient justement Thierry Joliveau et Patrick Poncet. Tous deux pratiquent la géographie, et valorisent les nouveaux outils numérique comme outils géographique (consultez le site de Thierry Joliveau : Monde géonumérique).

Ecouter l'émission :

Internet, nouvelle géographie

29 min

Video de la 1ère partie de No maps for theses territories, un documentaire sur William Gibson.

« Et si les jeux vidéos servaient à comprendre la géographie ? » C’est la question que posent Hovig Ter Minassian et Samuel Rufat dans leur article dans la bien nommée revue Cybergeo. Les jeux vidéos sont des « arte-fact culturels », qui permettent de modéliser le territoire, ou plutôt de comprendre la manière dont le joueur est amené à modéliser le territoire à partir de données culturelles imposées par le logiciel. Ils constituent donc un outil privilégié de compréhension des représentations urbaines contemporaines (comment imagine-t-on une capitale ? Quelle place donne-t-on à la nature en ville ? etc…).

Mais cet espace virtuel reste un reflet, plus ou moins transformé, travaillé, d’une réalité palpable, substrat de la représentation virtuelle. Les Carnets de géographes proposent, pour leur second numéro, tout un dossier sur les cyber-espaces dans lequel ils vont au-delà de la représentation : ils interrogent les espaces virtuels, invisibles et impalpables, qui pourtant structurent le territoire bien réel, et modèlent l’imaginaire géographique, à l’instar de ce que nous apprend Henri Desbois (lien).

Pour aller plus loin :

Labo junior "Jeu vidéo" de l’ENS de Lyon

A voir ICI, une carte en 3D de faisceaux lumineux rayonnants du territoire américain de Donna Cox, ou encore une matérialisations lumineuses et fluo de ce qu’on peut imaginer être des réseaux... Etranges créations néo-cartographiques en relief.

géographie Sonore

Nous vous proposons ici une introduction sonore, poétique et géographique qui illustre à merveille la notion de cartographie sonore. En cliquant sur ce lien, accedez au site du collectif Soudwalk.

Soundwalk est un collectif de musiciens et bidouilleurs sonores qui captent, au gré de voyages et d’expéditions, les sons d’un espace, recréant des cartographies sonores poétiques toujours accompagnées d’une carte.

****

Pour une géographie des milieux sonores et du bruit, article de Frédéric Roullier, Cybergéo Figuration cartographique de l’espace sonore – Joel Chétalat

Cartographie de l’espace sonore – Joel Chételat. Accoustique environnementale. Une recherche qui tend à montrer plus qu’une cartographie du bruit et des nuisances.

Géographie et musique – YvesRaibaud – compte rendu des Café géo

Yves Raibaud, comment la musique vient au territoire

Paysage sonore – Claire Guiu Pour aller plus loin :

Exposition sur géographie sonore au Centre Pompidou.

Une « carte sonore », à partir de l' exposition du Centre Pompidou, carte ludique et électronique.

Ecoute et paysage sonore : site dédier à l'investigation l’écoute dans l’espace.

Ecouter l'émission de Planète Terre consacrée aux Espaces sonores, avec Claire Guiu

Les espaces sonores

29 min

géographie des odeurs

Paul Claval, prononça […] à la Sorbonne une conférence intitulée :
« Littérature de voyage et géographie des odeurs ». Il expliqua que si les travaux géographiques ignorent les odeurs, c’est notamment parce qu’une volonté d’assurer à la géographie un « statut scientifique indiscutable : la vue assure une prise plus objective et dont il est plus facile de parler avec précision que ce n’est le cas de l’odorat. » par opposition au voyageur qui, lui, raconte en tenant compte de ses perceptions, impressions.

Ces quelques lignes d’un café géo consacré aux parfums et aux odeurs offrent un aperçu de quelques enjeux olfactifs méconnus en géographie, envoûtants et ludiques.

Mais si les odeurs peuvent être un objet d’investigation géographique, elles sont aussi le fondement méthodologique de la recherche. Nous vous renvoyons ainsi à une émission antérieure de Planète Terre avec Lucile Grésillon (pour écouter, cliquez ICI. Le billet de blog est disponible LA).

La démarche de Lucile Grésillon postule que « la dimension sensorielle (en dehors de la vision) du rapport des êtres humains au territoire » est « manquante de l’étude des relations entre le milieu et la population humaine en géographie ». Elle propose, dans cet article consacré à « sentir Paris », son itinéraire méthodologique et olfactif à travers la capitale, avec pour seul guide, un nez.

Géographie, sexe et genre

Les dictionnaires de géographie ignorent souvent les mots « sexe », ou « sexualité ».

Pourtant, ils consacrent un article au mot « genre », à l’instar des Mots de la géographie de R. Brunet, dictionnaire pour lequel « genre » devrait permettre de remplacer « élégamment » le mot « sexe ». C'est au début des années 2000 que les travaux initiés dans les années 1970 aux Etats-Unis, dans la lignée des feminist studies ,* gender studies* , voire queer studies , sont pris en compte (Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés , de J.Lévy et M. Lussault) : on peut y lire un article d'Anne Volvey et de Mathis Stock sur le genre et la sexualité.

Alors, le sexe, un objet géographique ?

Sexe, genre, homosexualité : ces objets géographiques recouvrent des interrogations politiques et sociales contemporaines importantes, dont Marianne Blidon souligne l’évidente géographicité, qui ne devrait pas selon elle être débattue : « il serait dommage que […] les géographes en soient encore à s’interroger sur la géographicité de ce sujet pendant que les sociologues ou les anthropologues occupent un terrain laissé vacant ». Ce thème de recherche traverse les études universitaires depuis plusieurs années, fortement influencées par la géographie anglo-saxonne, elle-même héritière de la « french theory » (Foucault, Derrida, etc…). Panorama de quelques recherches actuelles, qui invistiguent le sexe et le genre comme des constructions spatiales et culturelles, à l'instar de Francine Barthe et Claire Hancock dans leur ouvrage Le genre. Constructions spatiales et culturelles ( Géographie et culture n°54).

Quelques noms fondateurs : Francine Barthe, Marianne Blidon, Yves Raibaud, Emmanuel Redoutey. La revue Géographie et Culture .

L’ordre sexuel du monde , Marianne Blidon.

Le genre et le sexe comme ojbets géographiques , Y. Raibaud. (2ème lien qui ouvre un pdf).

Une géographie de la nudité, par Francine Barthe

Sexe de l’espace, et sexe dans l’espace , document de synthèse CNRS qui aborde des thèmes aussi variés, inattendus que passionnants comme l’imaginaire érotique en géographie, la représentation des travestis dans l’espace public ou la sexuation des espaces publics à Amman en Jordanie.

**

La revue en ligne Espace politique propose un ensemble d’articles sur le thème de la sexualité, du sexe. Le panorama nous a semblé d’autant plus intéressants qu’il rassemble des articles d’auteurs internationaux, et se consacre à des études de cas variées, en France ou à l’étranger, et n’hésite pas à recourir à l’histoire pour enrichir la démarche géographique.

** De la prostitution aux sex-shops, une géographie du sexe. ** Malgré un titre racoleur, ce compte-rendu d’un café géo mené par Emmanuel Redoutey dont la thèse portait sur la géographie du sexe à Paris, aborde une géographie des espaces méconnus, troublants : extension des réseaux de sex-shops dans Paris, réseaux de prostitution selon une approche multiscalaire permettant de prendre en compte la dimension très humaine de ce qui justement n’est pas qu’un objet d’étude.

Enfin, voici deux articles consacrés à la géographie de l’homosexualité, qui remettent en perspective ces études dans une perspective historique, politique et universitaire. Marianne Blidon explique ainsi en quoi la recherche géographique consacrée aux homosexualités hérite d’un ancrage intellectuel français, et non seulement, comme cela peut être souvent affirmé, des études américaines des années 1970.

Jalon pour une géographie des homosexualités , Marianne Blidon (cliquez sur le 1er lien qui ouvre un document pdf passionnant).

Le Paris gay, élément pour une géographie de l’homosexualité , Stephane Leroy.

**Pour aller plus loin, écoutez les émissions précédentes de Planète Terre (cliquez sur le player pour écouter l'émission) : **
Masculin, féminin : la géographie à l'épreuve du genre (13/06/07, avec Claire Hancock et Francine Barthe :

Masculin, féminin : la géographie à l'épreuve du genre

29 min

Le sexe dans l'espace urbain (25/03/07), avec Emmanuel Redoutey et Baptiste Couimont :

le sexe dans l'espace urbain

30 min

Les territoires de l'homosexualité(27/06/07), avec Marianne Blidon et Stephane Leroy :

Les territoires de l'homosexualité

29 min

Les territoires des femmes au Caire (12/09/07), avec Gaëlle Gillot :

Les territoires des femmes au Caire

29 min

Géographie sportive Si l’objet d’étude n’est pas nouveau, les démarches ont été de plus en plus renouvelées, en témoigne ce département d’études géographiques du sport à l’université de Savoie ( Espaces et territoires : le « sens du sport »)

Nous vous en avions déjà présenté quelques extraits dans un précédent billet sur le commerce international des joueurs de foot, mais nous vous re-recommandons de consulter le bel l’Atlas du sport mondial , qui présente le double ancrage du sport contemporain, régional et mondialisé, et qui renouvelle le genre de l’atlas sportif, initié en 1987 par Daniel Mathieu et Jean Praicheux (Les Sports en France ).

En voici en compte-rendu.

(Altas paru aux éditions Autrement, de Pascal Gillon, Frederic Grosjean, Loïc Ravenel, juin 2010)

L’étude de la géographie sportive a été largement renouvelée par Jean-Pierre Augustin, synthétisée dans son ouvrage La géographie du sport, spatialités contemporaines et mondialisation (Armand colin).

Il « rend compte de la complexité croissante et accélérée du phénomène sportif en ses différents points d’ancrage spatial, se répartissant du micro-local aux plus vastes « ensembles » supra-continentaux. En outre […] les logiques globales s’articulent sur des particularités locales. Ces processus, dont la géographie permet de dégager des modélisations particulièrement fécondes, sont affectés ou du moins influencés par des facteurs spécifiques, liés aux contextes économiques, politiques et culturels de proximité cela ne simplifie pas la tâche du chercheur. » (extrait du compte-rendu de l’ouvrage, par Jean-Paul Callede dans un article des Cahiers d’Outre mer accessible ici ).

Dans son article consacré au rugby en Afrique du Sud, Julien Migozzi envisage ce sport comme un révélateur des permanences et évolutions sociales et politiques d’un pays marqué par les divisions, mais aussi comme un levier politique de transformations sociales.

GEOGRAPHIE PENITENTIAIRE
Un Café Géo sur "la prison, terra incognita", animé par Olivier Milhaud

Ecouter l'émission de Planète Terre du 22/04/09, avec Bruno Aubusson et Olivier Milhaud :

Géographie pénitentiaire en Europe

30 min