Publicité

De nouvelles pistes de vie sur Encelade, lune de Saturne

Par
Encelade, la superbe lune de Saturne couverte de glace, pourrait abriter la vie.
Encelade, la superbe lune de Saturne couverte de glace, pourrait abriter la vie.
- NASA

Sur Encelade, l'un des satellites de Saturne, des jets d'hydrogène percent régulièrement la croûte de glace. La NASA a annoncé, grâce aux données analysées par la sonde Cassini, que les éléments nécessaires à l'apparition de la vie étaient réunis sur cette lune de la planète aux anneaux.

Exit Mars, le nouvel Eldorado pour découvrir des traces de vie ailleurs que sur Terre serait-il Encelade ? Si la planète rouge reste un candidat idéal, la lune de Saturne vient de s'imposer comme sérieux concurrent. Lors d'une conférence de presse, hier, la NASA a en effet annoncé que "presque tous les ingrédients nécessaires à un environnement habitable" y étaient réunis. A plusieurs reprises, notamment grâce à la sonde Cassini, les scientifiques avaient pu observer des jets de vapeur projetés à travers la glace, signes d'une activité hydrothermale. Si on y avait déjà trouvé des traces de méthane, les analyses les plus récentes y ont également détecté la présence d'hydrogène, un élément indispensable à l'apparition de la vie.

Des geysers de vapeur et de glace, détectés par la sonde Cassini, jaillissent au niveau du pôle sud d'Encelade.
Des geysers de vapeur et de glace, détectés par la sonde Cassini, jaillissent au niveau du pôle sud d'Encelade.
- NASA/JPL-Caltech/SSI

L'équipe de Hunter Waite, du Southwest Research Institute, a analysé les données et propose une hypothèse pour expliquer la présence d'hydrogène sur Encelade : il serait issu de réactions entre les rochers au fond de l'océan et des eaux chaudes. Au vu des quantités détectées, ajoutées au méthane et au gaz carbonique déjà analysés dans ces panaches, les scientifiques estiment que les résultats pourraient provenir d'un processus nommé "méthanogenèse", que l'on retrouve dans les profondeurs de nos propres océans.

Publicité

Bien que nous n’ayons pas détecté la vie, nous avons trouvé une source d’alimentation de la vie. C’est un peu comme un magasin de confiseries pour des microbes. Hunter Waite

Ce graphique de la NASA explique comment les eaux réchauffés pourraient être à l'origine des fameux geysers à la surface d'Encelade.
Ce graphique de la NASA explique comment les eaux réchauffés pourraient être à l'origine des fameux geysers à la surface d'Encelade.
- NASA

"La confirmation que l’énergie chimique nécessaire à la vie existe dans l’océan d’une petite lune de Saturne est une étape importante dans notre recherche de mondes habitables", a précisé Linda Spilker, scientifique de la mission Cassini. Les scientifiques restent néanmoins prudents, en l'absence de preuves définitives.

Encélade, Titan, Europe : de l'eau et de la vie

Encelade est scruté depuis un long moment par les scientifiques de la NASA et de l'ESA. Sur France Culture, Michel Alberganti et ses invités, dans l'émission Science Publique, s'interrogeaient dès 2009 sur la présence d'eau sur Encelade et sur l'éventualité de conditions réunies pour y abriter la vie :

Ce qui est vraiment remarquable dans le cas d'Encelade c'est la quantité d'énergie libérée au pôle Sud. [...] Le seul moyen d'expliquer ce type d'activité c'est d'invoquer les énergies de marées. Le seul moyen d'avoir une énergie de marée importante est d'avoir un corps qui se déforme très fortement. La seule manière de déformer un corps solide de manière importante c'est d'avoir à l'intérieur une couche liquide, une couche d'eau liquide dans le cas d'Encelade. Gabriel Taubie, chargé de Recherche au Laboratoire de Planétologie et Géodynamique à université de Nantes.

L'exobiologiste François Raulin y comparait alors l'apparition de la vie sur Terre et sur le satellite de Saturne : "Ce que l'on pense actuellement, c'est que la vie est apparue il y a 4 milliards d'année sur notre planète à la suite de ce qu'on appelle une évolution chimique. En gros c'est la rencontre de composés organiques et de l'eau, et probablement dans un milieu océanique, les océans primitifs. L’activité des failles océaniques devait être assez importante à l'époque. Tout ça a dû permettre à la chimie d'évoluer, de donner des molécules de plus en plus complexes, jusqu'aux premières molécules capables de se répliquer : en gros, la vie. Donc on pense que pour qu'on ait une chance de trouver une vie, au moins une vie analogue à celle que l'on connait sur Terre, eh bien il faut qu'il y ait un environnement qui contienne en même temps cette présence d'eau liquide, la présence de composés organiques, de composés carbonés, et une source d'énergie. Et c'est encore mieux quand c'est une source d'énergie qui est présente dans le milieu même du liquide."

Encelade est intéressant, parce que son océan hypothétique semblerait posséder ces propriétés, avec l'eau qui est en contact avec la roche, avec des températures assez élevées, peut-être une activité volcanique sous-marine : un endroit pour que la chimie puisse évoluer dans le bon sens. Une vie sans oxygène, mais la vie primitive sur Terre n'avait pas d’oxygène. François Raulin

Y a-t-il de l'eau sur Encelade ? (Science publique, 2009)

58 min

Cette petite boule de glace (environ 500 km), rayée de failles d'une profondeur de 500 m, recèlerait donc sous sa croûte glacée un véritable océan, susceptible d'abriter la vie. Si l'explorer n'est malheureusement pas à l'ordre du jour, la croûte de glace, large d'une vingtaine de kilomètres, n'en ferait plus que quelques-uns aux abords des pôles : de quoi se laisser aller à rêver de futurs forages extraterrestres. En attendant, l'exploration spatiale à d'autres satellites orbitant autour des planètes du système solaire en vue, parmi lesquels Titan (Saturne) et Europe (Jupiter). Ce dernier, qui contient à lui seul plus d'eau que la Terre, fera l'objet d'une mission nommée Europa Clipper au cours de la décennie 2020. Et lui aussi pourrait bien être propice à l'apparition de la vie.

Comparaison de la présence d'eau liquide dans le système solaire.
Comparaison de la présence d'eau liquide dans le système solaire.
- NASA
Europa, satellite de Jupiter.
Europa, satellite de Jupiter.
- NASA