Publicité

Décès de Josette Audin, veuve de Maurice Audin mort sous la torture en Algérie

Par
Josette Audin, en 2007
Josette Audin, en 2007
© AFP - Thomas Coex

Josette Audin avait passé plus de 60 ans à se battre pour la reconnaissance du crime de l'armée française sur son mari, crime reconnu par Emmanuel Macron en septembre dernier.

"Elle est partie apaisée d'avoir vu enfin ce crime d'état reconnu". Ces mots sont de Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste, qui a lui-même annoncé la mort de Josette Audin ce dimanche.

Pendant la guerre d'Algérie, le mari de Josette Audin, Maurice, jeune militant communiste - favorable à l'indépendance - avait été arrêté et torturé jusqu'à la mort par des militaires français en 1957. Ce qui n'avait jamais été reconnu officiellement par la France, jusqu'à ce jour de septembre 2018 , il y a 4 mois, où la vieille dame a reçu chez elle la visite d'Emmanuel Macron. Le président de la République était venu lui demander "pardon" en lui remettant une déclaration reconnaissant que son mari était mort sous la torture du fait d'un "système légalement institué" par l'ancienne puissance coloniale française en Algérie. Une visite à retrouver dans le reportage ci-dessous, signé Jérôme Jadot.

Publicité

La visite d'Emmanuel Macron à Josette Audin

1 min

Mieux que rien pour les historiens notamment. 61 ans après la mort du mari de Josette Audin, et au-delà du soulagement provoqué dans la famille par cette reconnaissance inédite de l'usage de la torture par la République Française a des fins politiques, en Algérie, la fille de Josette et Maurice s'était également exprimée, en septembre dernier. Elle avait alors expliqué qu'il fallait aussi se pencher le cas des 3000 disparus de la bataille d'Alger.

La réaction de Michèle Audin

53 sec