Publicité

Découvrez en famille "Nanouk l'Esquimau" de Robert Flaherty, pour une leçon d’écologie appliquée !

Par
Affiche américaine de "Nanouk l'Esquimau" (1922)
Affiche américaine de "Nanouk l'Esquimau" (1922)

Culture Maison. Ce joyau du cinéma documentaire, disponible en VOD, nous permet aussi de nous ouvrir aux grands espaces en ces temps de confinement.

Henri Le Blanc, collaborateur de l'émission La Grande table, vous propose un voyage dans le "Grand Nord" en compagnie d'une famille d'Inuits au début du XXème siècle. Vous apprendrez à pêcher, à chasser le phoque et à construire un igloo. Vous pourrez surtout vous interroger sur ce qu’est aujourd’hui l'inconnu, à une époque où nous pouvons communiquer avec n'importe quel endroit du globe. Le film est à découvrir en VOD sur le site de la Cinetek ou sur Arte boutique.

Poésie de la découverte

En 1922, Robert Flaherty, pionnier du cinéma ethnographique, propose au public un film retraçant la vie et les coutumes d'une famille d'Inuits qu'on appelait alors des Esquimaux. En 2020, il est difficile d’imaginer le choc qu’a pu représenter ce film pour les spectateurs d’alors. Au-delà du côté sensationnel de la rencontre cinématographique avec le public occidental, Flaherty s'intéresse à l'humanité et l'intimité de cette communauté.

Publicité

Le réalisateur a vécu avec eux pendant plusieurs années et capté des instantanés de leur quotidien, autant de vignettes regorgeant d'astuces et de bon sens pour lutter contre le climat hostile. Flaherty, explorateur humaniste, semble s'adresser au spectateur pour lui donner, avec humilité, une leçon sur la vie : « Tout ne réside-t-il pas dans le regard qu'on porte sur les choses ? ». Chaque plan de Nanouk fonctionne comme une réponse à cette interrogation. Le chef de famille, Nanouk - L'Ours - n'est jamais à court d'inventivité pour affronter des situations extrêmes : percer un trou dans la banquise pour pêcher un phoque, utiliser l'espace confiné du kayak pour faire voyager toute sa famille, découper un bloc de glace pour en faire une vitre dans son igloo : Nanouk a toujours une solution simple et évidente. Il utilise le peu de moyens qui sont à sa disposition pour améliorer le quotidien.

Un film solaire pour transcender le réel

Comme le rappelle Jacques Lourcelle dans son Dictionnaire du cinéma, « Flaherty va créer un genre nouveau – le documentaire poétique – qui a très peu à voir avec ce que nous appelons aujourd'hui documentaire, lequel exige le respect absolu des données brutes de la matière filmée au moment et dans les lieux où on la filme ». Tout documentaire est une mise en scène, Flaherty l'a très bien compris. Il s'arrange avec le réel pour le rendre le plus éloquent possible. Il ne s'agit pas pour autant de tromper le spectateur, mais de lui donner à voir et, surtout, à ressentir la difficulté de la vie dans le "Grand Nord". Flaherty s'inspire des méthodes du cinéma de fiction (découpage narratif, reconstitution, direction d'acteurs) pour parvenir à faire coïncider ce qu'il filme avec sa propre vision des choses. Il en va ainsi avec la célèbre séquence du gramophone où Nanouk fait mine de découvrir l'appareil et son usage, alors qu'il avait déjà entendu de la musique auparavant. Idem pour la belle scène du réveil familial dans l'igloo : aucune caméra n'aurait pu filmer dans un espace aussi exigu, si l'équipe n'avait pas avant découpé l'abri de glace.

Analysé par André Bazin dans son texte sur « Le montage interdit », souvent cité par Godard, peu apprécié de Truffaut, utilisé comme exemple d'image-action par Deleuze, comment expliquer le si grand intérêt suscité par ce film ? Il n'est évidemment pas dans la restitution fidèle et absolue du matériau originel. Il se situe bien plutôt dans le regard porté sur cette communauté. Flaherty, qui a effectué à partir de 1910 cinq voyages dans les îles au large de la baie d'Hudson, capte la lutte des hommes pour survivre dans l'enfer blanc. Et surtout, le cinéaste magnifie une mode de vie qui, s'il n'est pas exactement celui réellement vécu en 1920 (les Inuits utilisent alors déjà des fusils), demeure un des témoignages les plus touchants d'une communion singulière avec la nature. Les premiers cartons d'introduction posent d'ailleurs d'emblée le projet cinématographique sous l'angle du mythe : Nanouk a tout du héros, dont la lutte contre les éléments a une portée quasi épique. C'est d'ailleurs là où Flaherty délaisse son rôle de metteur en scène pour endosser celui d'observateur attentif des rapports familiaux : les visages sont magnifiquement filmés, celui de l’adulte surtout s'illumine quand il sourit, ou quand il sculpte un animal de glace pour apprendre le tir à l’arc à son enfant.

Le chasseur au harpon (Nanouk)
Le chasseur au harpon (Nanouk)
- Robert J. Flaherty

Ouvrir son regard en ces temps de confinement

Cette nature a bien changé depuis 1922. Alors que Flaherty avait pour ambition de dévoiler au monde un mode de vie ancestral, cette époque nous apparaît aujourd'hui, à l'aune du réchauffement climatique, comme un paradis perdu.

C'est pour cette raison qu'il faut regarder ce film avec un oeil neuf, en essayant d'oublier, le temps que dure Nanouk l'Esquimau, tous les documentaires pointus et techniquement irréprochables qu'on a pu voir depuis.

Rien de mieux pour cela que de le voir en famille, avec des enfants. Le temps du film, ils se seront évadés dans la neige et les grands espaces. Avec un peu de chance naîtra en eux la conscience que, même s'ils sont loin de la baie d'Hudson, ils devront aussi, un jour, par des gestes du quotidien, prendre soin de la banquise de Nanouk l'Esquimau.

58 min
59 min

"Culture Maison", un rendez-vous quotidien et une newsletter

Retrouvez chaque jour une proposition culturelle avec Culture Maison, et abonnez-vous à la newsletter pour la recevoir dans votre boite email avec deux autres suggestions : une fiction audio signée France Culture et une émission de savoirs pour votre culture générale.

Pour afficher ce contenu Qualifio, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.