Publicité

Des éléphants sans défenses : quand l'homme provoque la sélection naturelle

Par
Habituellement, seules 2 à 4 % des femelles éléphants naissant sans défense.
Habituellement, seules 2 à 4 % des femelles éléphants naissant sans défense.
© Getty - Ian Malone

Selon des chercheurs, on observe de plus en plus de population d"éléphants qui naissent sans défenses. Une sélection darwinienne due à l'intensification du braconnage.

Il y a des populations d’éléphants qui n’ont pas ces incisives supérieures que sont les défenses. L’avantage c’est qu’ils n’ont pas de défenses : ils ne sont pas tués. Et comme ils ne sont pas tués, ils se reproduisent. Alors que ceux qui ont des défenses sont tués, donc ils ne se reproduisent pas. Si bien que les gènes qui codent cette absence d’incisives supérieures vont se répandre. C’est une sélection darwinienne absolument caractéristique et typique. 

Dans Les Matins, face à Guillaume Erner, le généticien Axel Kahn rappelait ce jeudi cette curiosité de la nature : les scientifiques ont remarqué qu’il existait des populations d’éléphants dénuées de leurs défenses.

Publicité

La principale cause ? Le braconnage. C’est au Mozambique, dans le Parc national de Gorongosa que la chercheuse spécialiste des éléphants et directrice de l'association Elephant voices, Joyce Poole, a fait ces observations, dans une étude encore à paraître mais dont les conclusions ont été rapportées par le National Geographic

C’est la guerre civile au Mozambique, couplée à un braconnage intensif, qui est à l’origine de cette évolution génétique : de 1977 à 1992, les combattants ont tué les éléphants à la fois pour se nourrir, mais également pour financer l’achat d’armes de guerre grâce à l’ivoire. La population de 4000 éléphants a été réduite à quelques centaines d’individus : sur les 200 femelles ayant survécu, la moitié d’entre elles n’avaient pas de défenses. Une statistique qui a favorisé la naissance de pachydermes sans défenses, 32 % des individus nés après le conflit n'avaient pas ces fameuses incisives, quand la statistique habituelle se situe entre 2 à 4 %. 

Des défenses de plus en plus petites 

Non seulement ces défenses sont de plus en plus rares, mais celles qui restent tendent à diminuer en taille, à en croire une étude de l’Université de Duke et du Kenya Wildlife Service publiée en 2015 : en raison du braconnage, entre les années 60 et les années 2000, la taille des défenses a diminué de 33 % chez les femelles et de et de 20 % chez les mâles… un phénomène qui s’est transmis à leur descendance.  

Si d’après la chercheuse Joyce Poole les animaux dépourvus de défenses se portent bien, ces incisives restent un instrument précieux pour les pachydermes, qui les utilisent pour creuser des trous afin de trouver de l’eau ou pour leur quête de nourriture. Et leur disparition comme leur diminution pourrait entraîner des modifications des comportements des hardes d'éléphants. 

Une espèce toujours plus en danger 

Si, au cours des années 1970, on comptait plus d'un million de pachydermes, chaque année ce sont environ 50 000 d'entre eux qui sont tués en Afrique et la population a été réduite à près de 415 000 individus. 

Dans CulturesMonde, en avril 2016, Céline Sissler, directrice France de l'ONG IFAW (International Fund for Animal Welfare) rappelait que 

Nous sommes passés d'un braconnage opportuniste à une véritable industrie, orchestrée par des réseaux criminels. Le déclin des éléphants est aujourd'hui amorcé à l'échelle du continent. [...] Les personnes qui ont orchestré ce braconnage étaient les Janjawid, des cavaliers lourdement armés venus du Soudan, qui étaient déterminés à prélever le plus d'ivoire possible. Ils ont réussi à traverser un certain nombre de pays, la Centrafrique, le Tchad, pour arriver dans le Nord Cameroun ; et cela sans être inquiétés. Avant c'était opportuniste, là ils ont traversé des frontières, lourdement armés, avec des grenades et des fusils d'assaut... On est sur une dimension très différente de ce qu'on connaissait avant.

Contre le trafic : la défense des défenses (CulturesMonde, 27/04/2016)

51 min

Le braconnage et le commerce d’espèces protégées sont devenus la quatrième activité criminelle après les trafics de drogue, d’armes, et d’êtres humains : cette activité représenterait près de 20 milliards de dollars au moins, dont plus d’un dixième pour l’ivoire.

59 min

Un darwinisme induit par l'homme ? 

Toujours dans L'Invité des Matins, le généticien Axel Kahn rappelait que cet exemple des éléphants, s'il est tragique, est loin d'être isolé :

Un autre exemple bien connu ce sont les papillons en Angleterre, qui étaient blancs. Lorsque la pollution a tout rendu gris, à cause du charbon, on a vu se multiplier les papillons noirs. Maintenant que la pollution diminue, la population de papillons blancs ré-augmente.

Il s'agit en effet de la Phalène du bouleau, un des exemples typiques du mécanisme de l'évolution selon Darwin. Ce papillon de nuit paré d'une robe blanche tachetée de noir peut se confondre avec l'écorce du tronc des bouleaux. Lors de la révolution industrielle, ce sont les papillons à la robe noire, nommés carbonara, qui étaient devenus majoritaires, puisque moins visibles pour leurs prédateurs du fait de la pollution. Depuis la fin de l'ère industrielle, la tendance s'est inversée, ce sont à nouveau les phalènes à la robe blanche, dits typica, qui sont majoritaires.