Publicité

Des formes secondes

Par
Pierre-Damien Huyghe au CCIC, 2018
Pierre-Damien Huyghe au CCIC, 2018
- CCIC

Qu’en est-il d’une socio-esthétique située, attentive aux percepts et aux affects qui imprègnent nos milieux de vie et infusent les sensibilités contemporaines ?

Cette communication a été prononcée  dans le cadre du colloque intitulé L'usage des ambiances, une épreuve sensible des situations qui  s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 4 au 11 septembre 2018, sous la direction de Didier TALLAGRAND, Jean-Paul THIBAUD et Nicolas TIXIER.

Les ambiances et les atmosphères sensibles se prêtent à une grande  diversité d’usages, que ce soit dans le domaine de l’art, de l’urbain ou  des sciences sociales. En quoi  les ambiances ouvrent-elles de nouvelles pistes en matière de pratique artistique,  d’expérimentation méthodologique ou d’exploration théorique ?

Publicité

Des formes secondes, par Pierre-Damien Huyghe

1h 25

Selon Pierre-Damien Huyghe, les ambiances sont nécessairement des  résultats. Quelques-unes au moins relèvent d'architectures inachevées,  voire, en un certain sens, manquantes. Et peuvent être, en conséquence,  formées en second temps par des opérations qui ne sont pas  architecturales au sens le plus habituel du terme, mais qui le sont  cependant si l'on veut bien admettre que : 1) tout ce qui peut être fait  en second n'est pas inévitablement secondaire, 2) le donner forme a pu  être au moins un temps défini, par Sullivan par exemple, comme  "l'expression" même de l'architecture ou comme l'affaire d'une  architecture qui ne serait pas seulement "élémentaire". Parmi ces  opérations, paradoxalement peut-être, il y a le cinéma, une façon en  tout cas de passer à une sorte d'espace-temps supplémentaire. Parmi les enjeux de toute cette réflexion :  une critique de la notion de non-lieu. 

Pierre-Damien Huyghe, professeur à l'Université Paris  1-Panthéon-Sorbonne, est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages, tous de  philosophie de l'art et des techniques.