Publicité

Des noms sur les murs : les graffitis du camp de Drancy

Par
Drancy concentration camp. Crédits CC. by  Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch
Drancy concentration camp. Crédits CC. by Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch
- CC-BY-SA 3.0via Wikimedia Commons

Le 18 août 1944, le camp de Drancy fermait ses portes en libérant ses derniers prisonniers. Ceux qui n’en sont pas revenus ont, eux, laissé derrière eux des noms sur les murs.

Dernières traces laissées par des hommes et  des femmes avant leur départ pour les camps d’extermination, les graffitis découverts à la cité de la Muette, qui fut de 1941 à 1944 le principal camp d’internement et de transit des Juifs de France, sont des documents exceptionnellement tragiques, conservés aux Archives nationales, dans le nouveau centre de Pierrefitte-sur-Seine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Caroline Piketty, conservatrice en chef du patrimoine, archiviste de la mission sur la spoliation des Juifs de France, dite mission Mattéoli, présente ici des sources complémentaires et des témoignages recueillis par les personnes en quête de traces sur leurs parents spoliés et déportés

Publicité

Mélanie Curdy, restauratrice de peintures, diplômée de l’Institut national du patrimoine, évoquera les problèmes de conservation et de restauration des graffitis du camp de Drancy, inscriptions faites au crayon à papier ou gravées à la main

Annette Wieviorka, directrice de recherches au CNRS, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire et la mémoire de la Shoah, dont, en collaboration avec Michel Laffitte, A l’intérieur du camp de Drancy, retrace ici l’importance de ce camp où a transité la majeure partie des Juifs persécutés.

29 min
À réécouter : Drancy
58 min