Publicité

Des petits polars à télécharger

**Chaque semaine, retrouvez ici un petit polar de l'été, en partenariat avec le Monde et la SNCF. Des nouvelles à écouter sur place ou à emporter. Vous pouvez écouter les polars directement sur le site ou v ous abonner au podcast pour les télécharger directement sur votre ordinateur ou votre téléphone mobile. **

.
.
- Heather Paul

"La capture du tigre par les oreilles" de Jean-Bernard Pouy Médiateur, ce n’est pas un métier, plutôt un sacerdoce. Apaiser une réunion de copropriétaires, rien de plus facile. Mais négocier avec un patron de PME barricadé et armé jusqu’aux dents après avoir tué un délégué syndical, c’est autre chose. Il faut une méthode, une technique, une idée : la capture du tigre par les oreilles. Humour noir et contrainte littéraire pour cette nouvelle aventure signée Jean-Bernard Pouy.

Publicité

**"Les cow-boys" de Marcus Malte ** Le téléphone a sonné. Plusieurs fois. On disait qu’il y avait un type en ville avec un lézard d’un mètre de long ou plus encore… et ça n’avait pas l’air d’un canular. Même s’il n’est pas interdit de promener ce genre de bestiole en laisse, la population commençait à s’inquiéter. Alors le shérif a voulu voir lui-même, et la situation s’est compliquée.

**"Sur mes gardes" de Franz Bartelt ** Pour son premier voyage en train, il aurait préféré autre chose que ce tortillard qui s’arrête à toutes les gares. Les voyageurs qui l’entourent ont un air sournois, et ça l’inquiète. Il reste sur ses gardes depuis cette convocation chez les flics. Toutes ces calomnies sur son compte… Les gens sont vraiment injustes. Il n’a fait que son devoir en dénonçant son patron. De nos jours, l’honnête homme est une espèce en voie de disparition ! Honnête, le mot est sans doute un peu fort…

**"Le corbeau" de Romain Slocombe ** Ce qui est important, c'est de rendre le défunt présentable. Question de dextérité pour Pierre Besombes, dont la réputation de thanatopracteur n'est plus à faire. Mais, depuis quelques temps, cet homme bien sous tous rapports est anxieux. Peut-être à cause de ces lettres qu'il reçoit. La première enveloppe contenait cette phrase étrange et laconique : "Voulez-vous jouer avec moi ?" Et, justement, Pierre Besombes est joueur.

**"La volupté du billabong" de Hervé Claude ** Il fait chaud ce soir, au bord du billabong, et Simone irait volontiers se baigner dans cette eau fraîche. La journée a été longue pour découvrir une Australie de toute beauté. Oui, Simone aimerait beaucoup plonger, mais il serait plus prudent de demander à Jasper, le ranger aborigène, s’il n’y a pas de crocodiles dans ce lac. On sent une légère brise, les mouches ont enfin cessé de bourdonner, et Simone a déjà de l’eau à mi-cuisses. Plus tard, les autres diront qu’il y eut comme un claquement, un bouillonnement. Tout cela est si confus. D’autres n’ont rien entendu.

"Une brume si légère", de Sandrine Collette Un jour, Jo a débarqué dans cette cité de misère où les vieilles voitures à la casse servent de logements pour les plus pauvres. Elle était seule, sans travail ni projet. Ada et les autres filles l’ont aidée à s’installer dans une Peugeot grise sans âge. C’est là qu’elle s’est mise à pleurer. Puis Nathan est apparu, toujours accompagné d’Aristote, et la situation est devenue très compliquée.

"Cannibales", de Philip Le Roy Le docteur Fletcher était prévenu : la jungle de Bornéo est dangereuse. On n’y emmène pas une fillette de 10 ans. Une promenade, quelques photos, une seconde d’inattention, et la petite Tanya disparaît. Promesses de récompense, enquêtes sur le terrain ne donnent rien. Jusqu’au jour où Ryan Fletcher entend parler d’une tribu de coupeurs de têtes. Des cannibales ! Le père, inconsolable, décide de retourner dans la forêt primaire … et qu’importe le danger, il veut connaître la vérité.

"Comme un crabe de côté", de Marin Ledun C’est en arrivant sur le campus de Condillac que Vincent a fait connaissance avec El Kibir. Très vite, les deux étudiants se sont concocté un programme d’enfer : peu de cours, beaucoup de grasses matinées, des soirées infirmières et, surtout, de l’herbe, de la bière et des bénéfices substantiels. Ce petit business aurait pu fonctionner longtemps mais ils sont devenus trop gourmands et n’ont rien vu venir. Aujourd’hui, la fille est morte. Elle méritait mieux.

" Monsieur Meurtre", de Jean Vautrin Le romancier et scénariste Jean Vautrin, prix Goncourt en 1989 pour "Un grand pas vers le Bon Dieu", est décédé ce mardi 16 juin 2015, à l'âge de 82 ans. Touche-à-tout, il avait commencé sa carrière par le cinéma sous son véritable nom, Jean Herman, avant de se lancer, au début des années 70, dans la littérature. Il a été un écrivain populaire et engagé résolument à gauche. Une de ses oeuvres-phares, adaptée en bande dessinée par Tardi, est le "Cri du peuple", vaste saga sur la Commune de Paris. En 1989, il avait connu la consécration avec le Goncourt pour "Un grand pas vers le Bon Dieu".

Ecoutez (ou réécoutez) les petits polars de l'été avec France Culture. Pour le quatrième été, France Culture s’associe au Monde et à la SNCF dans le cadre de la collection « Les Petits Polars». Pour cette nouvelle saison, retrouvez une série de nouvelles inédites écrites par les meilleurs auteurs de polar français. Les nouvelles illustrées seront publiés par Le Monde . Ces polars, adaptés pour la radio seront diffusés sur France Culture à la rentrée de septembre. Retrouvez ici une sélection de huit nouvelles produites l'été dernier, au rythme d'une ou deux par semaine.