Publicité

Détenus libérés, Christiane Taubira accuse la droite de laxisme

Par

A peine refermée la polémique de Dreux, Christiane Taubira, la Garde des Sceaux occupe à nouveau le terrain politique. Elle fustige le laxisme de la droite. C'est elle qui est à l'origine d'une erreur remontant à 2004, qui a conduit à la libération de 6 détenus et qui pourrait être suivi de plusieurs dizaines d'autres.

Christiane TAUBIRA, en seance de nuit à l'Assemblee Nationale
Christiane TAUBIRA, en seance de nuit à l'Assemblee Nationale
© Maxppp - Francois Lafite

Le Canard enchaîné a révélé mercredi qu'un arrêt de la Cour de Cassation du 26 juin dernier remet en cause un décret de 2004, sur l'application des condamnations. Les actes interrompant la prescription auraient du être fixé par une loi. C'est l'UMP Dominique Perben qui était alors Garde des Sceaux. Huit ans plus tard, l'UDI Michel Mercier avait rectifié la loi, sans vérifier si certains condamnés ne purgeaient pas des peines prescrites.

Publicité

Explications de Sarah Tuchscherer dans le journal de 12h30 :

Écouter

1 min

La contre offensive de Christiane Taubira
C'est une faute de la droite, de l'incivisme qui l'a conduit à prendre un décret plutôt qu'une loi

La Garde des Sceaux a chargé les Chancelleries de vérifier auprès de 37 Cours d'appel les dossiers concernés. Il faut examiner 3.499 condamnations. 6 personnes ont d'ailleurs été libérées.

Christiane Taubira, interrogée par Patrick Boyer dans le journal de 13h de France Inter :

Écouter

1 min

La ministre taxée par la droite contre attaque.avec virulence dans les médias, mais aussi sur les réseaux sociaux. Elle a lancé sur twitter un hashtag #laxismedeladroite.

Une contre offensive très politique soutenue par le gouvernement. La ministre s'est d'ailleurs rendue à l'Elysée mercredi après-midi pour évoquer avec François Hollande cette "erreur de la droite".

Analyse de Nicolas Balu dans le journal de 18h :

Écouter

1 min