Publicité

Dopage et genre : quand l'athlétisme cherche à définir la différence homme/femme

Par
Caster Semenya au meeting de Zurich le 30 août 2018. Son apparence, considérée comme masculine, lui vaut une constante remise en cause de sa féminité et l'obligation de suivre un traitement hormonal.
Caster Semenya au meeting de Zurich le 30 août 2018. Son apparence, considérée comme masculine, lui vaut une constante remise en cause de sa féminité et l'obligation de suivre un traitement hormonal.
© AFP - Fabrice Coffrini

Entretien. À partir du 8 mai, la Fédération internationale d'athlétisme impose une hormonothérapie aux sportives hyper androgènes dont le taux de testostérone est jugé trop haut. L'affaire interroge les notions de dopage, de féminité et d'égalité. Entretien avec Isabelle Queval, philosophe du sport.

Depuis le 8 mai 2019, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) impose une nouvelle règle aux athlètes femmes hyper androgènes. Si elles veulent continuer à concourir dans les compétitions féminines, elles doivent suivre un traitement hormonal afin d'abaisser leur taux de testostérone - une sorte de dopage à l'envers pour réduire leurs performances. Le cas le plus emblématique est celui de la coureuse sud-africaine Caster Semenya, dont la féminité est mise en doute depuis dix ans, mais le nouveau règlement concerne toutes les athlètes présentant des différences de développement sexuel (DDS). Le 1er mai, le Tribunal arbitral du sport a donné raison à l'IAAF malgré les critiques, notamment de l'Association médicale mondiale (AMM) qui appelle les médecins à ne pas appliquer cette règle. 

L'affaire soulève de nombreuses interrogations sur le dopage, l'égalité et la féminité dans le sport. Entretien avec Isabelle Queval, philosophe, ancienne joueuse de tennis de haut niveau et professeure des universités à l’INSHEA à Suresnes (Institut national supérieur du handicap et des enseignements adaptés).

Publicité

À partir du 8 mai, les athlètes femmes hyper androgènes seront obligées de prendre un médicament afin d’abaisser leur taux de testostérone si elles veulent participer à des compétitions d’athlétisme internationales. Les instances internationales ne le formulent pas clairement mais le fonctionnement normal de leur corps est assimilé à une forme de dopage naturel… Pouvez-vous rappeler la définition du dopage ?

Légalement, le dopage est défini par l’amélioration artificielle de la performance. Déjà, cette notion d’artifice est ambiguë parce que tout dans le sport - en particulier les matériels sportifs, les matériaux - relève du domaine de l’artifice et donc de l’artificiel. C’est d’autant plus étonnant car dans le cas présent, on évoque une hormone qui est produite naturellement par le corps.

Derrière la notion de dopage, il y a aussi l’idée de triche, de tromperie ?

Il y a l’idée d’améliorer ses capacités de manière inégale, inéquitable par rapport à ses concurrents. C’est effectivement de la tricherie. Le dopage est également interdit parce qu’il met en jeu des substances qui sont jugées nocives pour la santé.

Dans le cas de Caster Semenya, les instances internationales n'évoquent pas un problème de dopage. Elles mettent en avant un autre principe : celui de l’égalité entre les  athlètes. Est-ce un objectif légitime et atteignable ?

C'est un objectif légitime qui n’est jamais atteint en réalité parce que les athlètes ont des moyens pour se préparer, des conditions de préparation qui rendent le départ de la compétition relativement inégale. Ce qui paraît étonnant, si ce n’est aberrant dans cette affaire, c’est que l'on n’a jamais reproché à Usain Bolt d’être avantagé, voire d’être dopé, parce que physiologiquement ou génétiquement il avait des capacités supérieures à ses contemporains. 

Il y a une inégalité flagrante qui est établie entre hommes et femmes. Pour les femmes, on essaie de circonscrire les limites de la féminité, de maintenir la féminité dans une performance moindre parce que la question est bien là. Si Caster Semenya est sous les feux de la rampe, c’est aussi parce qu’elle domine la compétition dans sa catégorie et donc qu'elle fait l’objet de soupçons, si ce n’est de jalousie. On essaie de circonscrire la féminité et la performance féminine alors qu’il ne viendrait pas à l’idée de circonscrire la masculinité et la performance masculine.

On en vient même à définir ce qu’est la féminité dans le sport, qui correspondrait à un taux de testostérone inférieur à 5 nanomoles par litre de sang (d'après l'IAAF, la Fédération internationale d'athlétisme).

Je ne suis pas médecin mais le fait d’établir la différence entre le masculin et le féminin n’est pas si facile qu’on le croit, même pour des spécialistes, même pour des médecins ou pour des collèges de médecins qui se sont penchés sur ces cas. En réalité, il y a une notion de continuité entre les deux sexes et non pas de rupture, qui peut paraître assez peu intuitive pour le grand public. Et par ailleurs, le taux de testostérone en lui-même est variable d’un individu à l’autre, d’une période de la vie à l’autre et il n’a pas été prouvé jusqu’à présent qu’un très fort taux de testostérone garantissait à tous les coups la performance.

Cette affaire interroge aussi la division traditionnelle du sport entre hommes et femmes ?

Elle interroge la catégorie sportive, cette catégorie qui est héritée de la naissance du sport au XIXe siècle. Aujourd'hui, il existe des catégories qui sont dépassées par les évolutions sociétales. La catégorie “masculin” contre “féminin” mais aussi la catégorie “valide” contre “handicapée”. En effet, on voit aujourd’hui des sportifs dits handicapés mais équipés de prothèses dont les performances approchent de très près, et sans doute vont bientôt dépasser, les performances des valides. Ces catégories figées et binaires ne correspondent plus à l’évolution de la société, elles ne correspondent plus aux représentations. Et cette différence hommes / femmes qui paraît simple, simpliste, est beaucoup plus complexe à établir sur le plan scientifique qu’on ne le croit.

Mais la quête d’égalité sur la ligne de départ est légitime. On ne va pas faire concourir des hommes et des femmes ensemble (ce qu'imposera l'IAAF à Caster Semenya si elle refuse de prendre son traitement). Dans certains sports, on répartit même les athlètes selon leurs gabarits ou leurs poids, comme en boxe.

C’est évidemment une question difficile. Mais pourquoi choisir le taux de testostérone ? On pourrait aussi établir que le poids est un avantage ou un handicap, ce qui est le cas dans les sports à gabarit effectivement. On pourrait également définir qu’en tennis, les sportifs qui font plus d’1m90 sont trop avantagés au service - beaucoup sont dans ce cas aujourd'hui - et donc qu'ils ne font plus partie de la même catégorie que ceux qui font moins d’1m90, etc. De toutes façons, les catégories sportives sont arbitraires et conventionnelles par définition. Là, ce qui pose problème, c’est qu’on touche à la définition du genre, on touche à une catégorisation hommes / femmes qui pour le coup est discriminante pour cette athlète et les autres, parce qu’elles sont plusieurs dans ce cas. 

Du Grain à moudre
39 min

Donc, pour vous, la question est plus celle d’une discrimination qui vise les femmes que d’une quête de l’égalité à tout prix ?

Oui clairement, c’est une discrimination qui vise les femmes. En tout cas, qui vise une certaine population féminine, sportive, dans le cadre compétitif, et on se sert du prétexte de l’égalité pour légiférer sur ce que c’est qu’être un homme ou une femme. 

La quête d’égalité est le motif brandi par l’IAAF et le Tribunal arbitral du sport l'a validé le 1er mai. Le TAS a reconnu que la mesure était "discriminatoire" mais qu’il s’agissait d’un "moyen nécessaire, raisonnable et proportionné" pour préserver l’intégrité de l’athlétisme féminin. Pourquoi y a-t-il toujours cette quête d’égalité, d’équité dans le sport ? Alors que le sport est injuste.

Le sport concilie deux choses qui peuvent paraître inconciliables dans la société : une démocratie de la ligne de départ et une aristocratie du résultat, le fameux "que le meilleur gagne". Cela est lié à l’histoire du sport : il incarne un certain nombre de vertus, une certaine éthique, et cette éthique repose dès son origine au XIXe siècle sur une égalité des chances. Mais une égalité des chances n’est pas une égalité entre les individus. Preuve en est qu’il n’y a toujours qu’un seul vainqueur. Entre Usain Bolt et ses concurrents contemporains, il n’y a pas d’égalité en réalité. Donc cette égalité des chances est à définir mais nullement en se servant d’une définition encore plus arbitraire sur la féminité pour essayer d’abaisser la performance d’une athlète. Par ailleurs, sa performance est quand même très loin de celles effectuées par les hommes sur la même distance [le record du monde masculin sur 800m est de 1'40''91 alors que le record de Caster Semenya est de 1'54''25].

Mais on investit le sport d’une idée de mérite, le gagnant est censé mériter sa victoire.

Tout à fait. Dans l’idéologie bourgeoise du XIXe siècle, lorsque les classes sociales bourgeoises et aristocrates anglaises se sont mêlées à la naissance du sport, il y avait cette idée qu’on allait mériter quelque chose par son travail. C’est une conception très bourgeoise de la méritocratie. Plus on travaille, plus on fait valoir ses efforts et plus on méritera la victoire ou la reconnaissance. Donc le sport incarne parfaitement cette idéologie-là.

Alors que c’est totalement faux.

Alors qu’il y a de l’inégalité partout. Il y a de l’inégalité de naissance, de dons, de l’inégalité physiologique, génétique mais aussi de moyens. Il y a de très grosses équipes cyclistes et des toutes petites équipes, dans le sport automobile également…

Mais quand des concurrentes de Caster Semenya disent qu’elles sont pénalisées face à cette athlète. Finalement, c’est un moyen de leur rappeler que le sport est inéquitable ?

Mais en réalité, on ne le sait pas parce qu’on n’a pas encore vu Caster Semenya concourir avec un taux de testostérone abaissé. On n’en sait rien. Ce qu’on sait, c’est qu’on va imposer un traitement médical à des athlètes avec toutes les conséquences négatives qu’on peut imaginer d’une hormonothérapie.