Publicité

Droits des femmes, Emmanuel Macron, soeurs Brontë, Schubert : la Session de rattrapage

Par
Emmanuel Macron, les soeurs Brontë, justice et Babouillec.
Emmanuel Macron, les soeurs Brontë, justice et Babouillec.
- Radio France, AFP, éditions Rivages

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Une nouvelle semaine derrière nous, notamment marquée par la Journée internationale des droits des femmes ce mercredi 8 mars. Au diapason de cette actualité, La Fabrique de l'Histoire se penchait sur l'écriture de l'histoire des femmes et du genre. Où l'on parlait du premier dictionnaire des féministes, de Rosalie Jullien, une "écrivassière" engagée de la Révolution, ou encore d'une toute récente Encyclopédie critique du genre. Ailleurs sur l'antenne, on réfléchissait à la nécessité ou non d'un nouveau féminisme, alors que le nombre de féminicides explose en Amérique latine, que le droit à l'avortement est remis en question en Europe, et que les discours machistes se libèrent partout, et notamment outre-Atlantique. Enfin, fait de société plus anecdotique, mais qui n'en est pas moins symptomatique : pourquoi diable faut-il que les robots assistants de nos ordinateurs et de nos foyers soient dotés de voix féminines ? Hélène Combis-Schlumberger

COMPRENDRE

Juristes en Allemagne
Juristes en Allemagne
© AFP - Marcel Kusch/DPA

La force et la justice. Sollicitée par tous, mais redoutée pour ses abus, la force, à la différence de la violence, se construit juridiquement. Pour éviter les dérives, il faut la subordonner à la loi, rappelle Christian Vigouroux, ancien directeur de cabinet au ministère de l’Intérieur et de la Justice, qui fut notamment collaborateur de Christiane Taubira du temps où elle était garde des sceaux. (La Grande table, 34 min)

Le sursis nucléaire. De la centrale de Brennilis fermée en 1985 (et dont le démantèlement est censé se terminer en 2031) aux batailles autour de Fessenheim, le démantèlement des centrales nucléaires françaises est un sujet technique, politique, financier et environnemental colossal. Analyses, et petit tour d'un parc nucléaire français en bout de course. (La Méthode scientifique, 1h)

Trump-Fillon, regards croisés. Ils couvrent à la fois la campagne présidentielle française, “extraordinaire à suivre”, et la manière dont l’administration Trump durcit ses rapports vis-à-vis du quatrième pouvoir. Echanges entre deux correspondants de la presse américaine travaillant respectivement pour CNN et le New York Times. (La Fabrique médiatique, 13 min)

APPRENDRE

Portrait des sœurs Brontë (de gauche à droite, Anne, Emily et Charlotte
Portrait des sœurs Brontë (de gauche à droite, Anne, Emily et Charlotte
- Branwell Brontë / Wikipédia

Des soeurs en littérature. Femmes écrivains dans une époque qui voulait leur rappeler leurs devoirs domestiques, Anne, Emily et Charlotte Brontë font de la littérature une expérience passionnée qui influence profondément leur vie. (La Compagnie des auteurs, 1h)

Apprendre de la maladie ?C’est dans la maladie que nous nous rendons compte que nous ne vivons pas seuls, mais enchaînés à un être différent, dont des abîmes nous séparent, qui ne nous connaît pas et duquel il est impossible de nous faire comprendre : notre corps.”, écrivait Proust dans Du côté de Guermantes. La maladie… souffrance qui n’a aucun sens ou douloureux apprentissage de la condition humaine ? Réflexions de Ruwen Ogien sur la philosophie à laquelle elle nous invite, de force… (La Conversation scientifique, 1h)

Acupuncture en zone de guerre. L'ONG EliseCare va à la rencontre des populations déplacées au Kurdistan irakien à bord de bus médicalisés. Elle propose aux réfugiés une prise en charge de la douleur grâce à l’acupuncture, y compris aux rescapés d'un esclavage sexuel imposé par les djihadistes. (Les Discussions du soir avec René Frydman, 44 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Babouillec
Babouillec
- Edition Rivages

De la poésie : "Oiseau de liberté volée". "Je suis Babouillec très déclarée sans paroles". Hélène, 30 ans, autiste, s’exprime grâce à l’écriture. Sans que l’on sache quand ni comment elle a appris à lire et à écrire. Ses poèmes témoignent d'une ébullition intérieure et d'un puissant rapport aux mots. (Jacques Bonnaffé lit la poésie, 4 min)

De la musique : une voix couleur Jasmin. En 2011, en Tunisie, une jeune femme vêtue de rouge se levait au milieu d’une manifestation pour chanter a capella “Kelmti Horra”, “Ma parole est libre”. Emel Mathlouthi, jeune symbole de la révolution de Jasmin, fait paraître un nouvel album, “Ensen” ("Humain"), et prévoit à cette occasion une série de concerts en France. (L'invité culture de la Matinale, 30 min)

De la fiction : Lettre à mon juge, de Georges Simenon : Charles Alavoine a été condamné pour le meurtre de sa maîtresse. Pour tenter de justifier les raisons de son acte, il adresse un long monologue à son juge, dans lequel se dessinent sa vie, ses soumissions, ses contradictions... "Le narrateur, c’est l’auteur. L’empathie est totale. De quoi illustrer plus que jamais sa fameuse devise : comprendre et ne pas juger", écrivait Pierre Assouline à propos de ce récit. (Fictions / Le Feuilleton, 5 x 25 min)

LA CITATION

Cette semaine, la citation est du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, qui était invité à La Fabrique de l'Histoire le jeudi 9 mars pour parler de son "imaginaire historique". Il revenait sur la polémique née de ses propos sur la colonisation (53 min) :

Je ne dis à aucun moment ‘Toutes celles et ceux qui ont eu voir avec la colonisation sont des criminels contre l’humanité’. C’est cette espèce d’écrasement d’une notion sur tout ce qui a touché à la colonisation qui est une immense erreur. Mais je dis : des faits qui ont été commis dans ce cadre relèvent de cette notion aujourd’hui.

Et pourquoi ne pas démarrer votre week-end allegro, avec un peu de Schubert au creux des oreilles ? De la vigueur et du souffle dans tous les sens du terme, dans ce premier album du jeune pianiste Ismaël Margain (25 ans), directement issu d'une captation de concert (L'Actualité musicale, 5 min). À samedi prochain !