Publicité

Du temps pour les idées

Par
"Et maintenant ?" - le temps des idées
"Et maintenant ?" - le temps des idées
© Radio France

Tribune. Il nous appartient de faire de ce climat de fortes secousses et de haute intensité politique un temps pour les idées : c'est la condition d’une conversation civilisée, la capacité de distinguer des phares dans le brouillard. Rendez-vous lundi pour le festival des idées "Et maintenant ?".

Et maintenant ? La question, engageante, vibrante -anxieuse aussi- s’impose dans la simplicité de son expression. Pourtant, en ces temps troublés marqués par la pandémie, l’état de la planète et l’année électorale, elle soulève une cascade d’interrogations. Nécessité faisant loi, il nous appartient de faire de ce climat de fortes secousses mais aussi de haute intensité politique un temps pour les idées.

Et les idées, ce ne sont pas des opinions (toujours légitimes dans un espace démocratique dès lors qu’elles ne contreviennent pas à la loi). Les idées c’est une toute autre chose : l’expression argumentée, soumise à la confrontation et à l’échange, de réflexions, de propositions, d’hypothèses produites par l’esprit grâce à un travail, à une expérience, à une recherche, à une observation certifiée.

Publicité

Les idées, c’est la condition d’une conversation civilisée, le lieu d’un échange intergénérationnel possible, c'est la capacité de distinguer des phares dans le brouillard ; la vie des idées est un lieu du dépassement des conflits stériles pour se retrouver là où ça se passe et permettre à chacun de se repérer, de se forger une opinion, justement.

Mais de nos jours, permettre au débat intellectuel de se produire relève du combat. Il faut tenter de fabriquer un espace à l’abri du chaos des réseaux sociaux, permettre aux uns et aux autres de choisir leur philosophie au quotidien et de pouvoir exprimer leurs aspirations par un vote. Ce temps pour les idées est le sens de l’engagement commun lancé par France Culture et Arte, deux médias au cœur des missions du service public de l’audiovisuel.

Un questionnaire et un festival des idées

"Et maintenant ?", c’est une démarche éditoriale conjointe initiée depuis plusieurs semaines à travers un dispositif en deux temps : un grand questionnaire à la jeunesse et une journée de festival ouvert à tous, le lundi 29 novembre à la Maison de la Radio et de la Musique que l’on peut suivre en direct sur un site dédié proposant des rencontres, des masterclasses, des ateliers, des projections et des spectacles ; "Et maintenant ?" c’est plus encore une invitation à se recentrer pour refonder un espace de débat d’idées sécurisé et démilitarisé, à la hauteur des enjeux et des inquiétudes légitimes que l’on sent se développer et qui doivent trouver des cadres de dialogue et des hypothèses de résolution. Ces inquiétudes se nourrissent des réalités complexes que nos sociétés doivent démêler mais aussi du sentiment très tangible d’une perte de repères sur le terrain de la pensée, d’une incapacité collective à discerner et comprendre ce qui arrive. C’est pour cela aussi qu’ARTE et France Culture, impliqués de longue date dans ce rôle d’utilité publique ont choisi de débroussailler le chemin ensemble, de regarder et de débattre collectivement des idées pour demain. Car les idées sont notre moteur.

Le questionnaire Et maintenant ?, auquel ont déjà répondu près de 60 000 personnes, nous conforte dans cette démarche. Les nouvelles générations développent des corpus d’idées d’une ampleur que l’on n’avait pas observé depuis le tournant de la fin des années soixante. On a vu apparaître dans les publications puis dans le débat public des thèmes devenus centraux que l’on n’avait pas anticipés. Si plus de 75% des répondants pensent qu’il faut se préparer "au pire du pire", près de 70% suggèrent la nécessité "de s’arrêter et de réfléchir" ; à la question : "et maintenant, on fait quoi ?", 44% répondent "on va dans la bibliothèque pour trouver des idées" et 31% "on va dans l’atelier pour bricoler une solution". Moins de 5% suggèrent qu’"on continue comme avant", et 30% ont le sentiment d’avoir du mal à trouver des idées pour demain, une extrême minorité d’entre eux considérant qu’il n’y en a pas.

Pluralistes et ouverts

Il ne faut pas confondre le bruit et le nombre. La confiance en la recherche scientifique est solide. La mobilisation des savoirs doit être au cœur du débat public et des idées pour demain. Éducation, science, climat et santé, participation citoyenne et démocratie, travail, vies personnelles… Les sujets ne manquent pas, les idées non plus : encore faut-il leur donner un cadre d’expression qui les distinguent dans le flux d’opinions et d’anathèmes. À la question "dans quelle position faut-il être pour changer le monde ?", 43% des répondants à notre questionnaire jugent qu’il convient d’être idéalistes, et 57%, réalistes.

Idéalistes et réalistes, pluralistes et ouverts aux pensées et aux solutions telles qu’elles apparaissent sur tous les continents, à l’écoute des nouvelles générations, nous serons au rendez-vous lundi 29 novembre pour penser un avenir et un monde commun.

Sandrine Treiner, Directrice de France Culture
Boris Razon, Directeur éditorial d’ARTE France

▶▶ Rendez-vous lundi 29 novembre dès 10h à la Maison de la Radio et de la Musique pour "Et maintenant ?", le festival des idées de demain. Programme complet et réservation (gratuite) des places sur le site du festival.