Publicité

Du "vintage" et du "vétuste", avec un peu de sang neuf

Par
"Personal Shopper" d'Olivier Assayas
"Personal Shopper" d'Olivier Assayas
- © Carole Bethuel

Les projections. Journée chargée à Cannes, avec 3 films en compétition : Pedro Almodovar, qui présente Julieta, et Olivier Assayas, le dernier Français en lice, avec Personal Shopper, mais aussi un nouveau venu, le Brésilien Kleber Mendonça Filho, pour Aquarius. Trois films qui sont autant de portraits de femme...

Chronique Antoine Guillot Festival de Cannes 2016

2 min

Almodovar répétitif, étrange Assayas

"Julieta" de Pedro Almodovar
"Julieta" de Pedro Almodovar
- Manolo Pavón© El Deseo

Côté compétiteurs chevronnés, il y a donc l'Espagnol Pedro Almodovar, pour son sixième film présenté à Cannes, avec "Julieta", drame intime sur un rapport mère-fille, et surtout sur la culpabilité et sa transmission. On est en territoire connu, on sait combien l’auteur de Tout sur ma mère aime se pencher sur la maternité. Adapté de nouvelles de l'écrivaine canadienne Alice Munro, le film s'avère malheureusement trop linéaire et prévisible pour nous emporter, desservi qu'il est par le jeu très inégal des deux comédiennes qui, selon les âges, interprètent l'héroïne-titre. Pedro Almodovar remportera-t-il enfin la Palme d’or dont il rêve depuis toujours avec Julieta ? On peut en douter. On peut parier en tout cas que le nouveau film d'Olivier Assayas aura désarçonné le jury, tant il est étrange. Mélange improbable de film sur la mode, de thriller horrifique et de film de fantôme, "Personal Shopper" permet à l'auteur de "Sils Maria" de retrouver sa nouvelle égérie, l'Américaine Kristen Stewart, déjà vue ici, dans un autre genre, il y a six jours, dans le film d'ouverture des festivités cannoises, "Café Society". Elle était d'ailleurs plutôt meilleure chez Woody Allen qu'ici, où elle abuse de mimiques brouillonnes pour se donner l'air de chien battu de cette acheteuse de mode pour une célébrité, en deuil de son frère jumeau, dont elle espère la réapparition ectoplasmique. Film inégal, là encore, que "Personnal Shopper", avec néanmoins de très beaux moments de cinéma, comme l'utilisation, inédite sous cette forme, de SMS pour faire monter l'angoisse.

Quand le marché menace le savoir-vivre

"Aquarius" de Kleber Mendonça Filho
"Aquarius" de Kleber Mendonça Filho
- © 2016 Victor Jucá / CinemaScópi

Beaucoup plus, oui ! On avait découvert Kleber Mendonça Filho il y a 4 ans avec un film sensuel et complexe, "Les Bruits de Recife". C'est à nouveau là qu'il plante sa caméra avec "Aquarius", du nom d'un vieil immeuble au bord de la mer dont la dernière propriétaire, une ancienne critique musicale à la retraite, refuse de partir. Elle est jouée par la grande star brésilienne Sonia Braga (souvenez-vous du "Baiser de la femme araignée", en 1984), toujours aussi fascinante, dans ce film qui raconte la pression immobilière, et du marché en général, sur le savoir-vivre et le vivre ensemble, avec une mise en scène époustouflante d'invention. Un peu de sang neuf dans la compétition, ça fait du bien !

Publicité

"Julieta" de Pedro Almodovar (Sélection officielle)

"Personal Shopper" d'Olivier Assayas (Sélection officielle)

"Aquarius" de Kleber Mendonça Filho (Sélection officielle)