Publicité

Dyana Gaye, lauréate du Prix France Culture Cinéma 2014, mention révélation

Par

Le Prix France Culture Cinéma est decerné cette année aux réalisatrices Margarethe Von Trotta pour la mention consécration et Dyana Gaye pour la mention révélation.

Un prix en partenariat avec Unifrance. Retrouvez les deux lauréates en direct de Cannes ce samedi 17 mai dans le journal de la rédaction de 12h30 , et à 15h dans Projection privée de Michel Ciment . ________________ > Margarethe von Trotta, consécration* | Dyana Gaye, révélation*

Gaye compose ses films comme des partitions, les construit comme des playlists, cherche la multiplicité des tons dans la multiplication des langues (français, wolof, italien, anglais).

Publicité

Les Inrockuptibles , janvier 2014

Née à Paris en 1975, Dyana Gaye, réalisatrice française d'origine sénégalaise, a étudié le cinéma à l’université Paris 8. Grâce au scénario de son premier film, Une femme pour Souleymane , elle devient lauréate de la bourse Louis Lumière en 1999.

En 2004, elle réalise J’ai deux amours pour la série "Paris la Métisse" composée de quinze courts métrages.

Deux ans plus tard, son court métrage Deweneti est largement diffusé à l'échelle nationale, comme internationale. Ce film reçoit d'ailleurs le prix du jury au festival international du court métrage de Clermont-Ferrand en 2007, et il est sélectionné pour le César 2008 du meilleur court métrage.

*Au festival de Locarno, en 2009, elle se fait remarquer grâce à son court métrage *Un transport en commun . Une oeuvre atypique, puisqu'il s'agit d'une comédie musicale de trois quarts d’heure qui se déroule, dans un bus, au Sénégal _* : "_La majorité des films projetés étaient si sombres, si pessimistes, que la projection d’Un transport en commun a fait l’effet d’un antidote. D’un coup, on a retrouvé du plaisir, de la gaieté.* " relevait Le Monde en 2009.

Sa comédie musicale est sélectionnée entre autres aux festivals de Sundance et de Toronto, et nommée au César 2011 du meilleur court métrage. Certains vont alors jusqu'à voir dans la jeune femme une héritière de Jacques Demy.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans son premier long métrage, Des Etoiles (2013) , distingué par le prix France Culture Cinéma, mention révélation, on retrouve la thématique du déplacement. Sophie (Mareme Demba Ly), une jeune Sénégalaise désanchantée mais déterminée, débarque à Turin dans l'espoir d'y retrouver Abdoulaye (Souleymane Seye Ndiaye), son mari... lui même parti travailler sur les docks de New York.

Une troisième histoire vient également s'intriquer : celle de la tante de Sophie, Rose (Mata Gabin) et de son fils, Thierno (Ralph Amoussou) qui, après avoir vécu de longues années à New York, retournent à Dakar pour y enterrer leur époux et père. Thierno découvre la terre de ses origines...

Le film est composé de petits dialogues, de brèves interactions qui dessinent petit à petit la quête de chacun de ces personnages.

De chaque ville, de rares plans larges, mais ici un marché, là des docks, ailleurs une avenue turinoise plantée de prostituées africaines. L’exotisme est banni tout autant que la quête identitaire. De vastes réalités, sociales, culturelles, historiques, parviennent des fragments cinématographiques qui leur seront prélevés en images, dialogues et situations.

L’Humanité, janvier 2014

Prix France Culture Cinéma 2014
Prix France Culture Cinéma 2014
© Radio France

►►► A réécouter, Le Rendez-vous du 20 janvier 2014

Margarethe von Trotta, Prix France Culture Cinéma consécration