Publicité

École à la maison, canal de Suez, Frantz Fanon et Milan Kundera : la Session de rattrapage

Par
La Session de rattrapage
La Session de rattrapage

Sélection . Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à écouter.

Abonnez-vous ici pour recevoir la Session de rattrapage chaque semaine par mail.

Bonjour à toutes à tous,

Publicité

Alors que les étudiants vivent les cours en distanciel depuis un peu plus d’un an, le doute planait encore quant au sort des plus jeunes. Car il faut bien le souligner : entre le Covid et nos bambins, l’incertitude est reine. Et si en pédiatrie cela ne cesse de se confirmer, sur le front éducatif, trêve d’hésitations : cette semaine signe bel et bien le retour de l’école à la maison ! Voilà qui vient chambouler les rythmes déjà effrénés des parents confinés… Mais point de panique, car école à la maison rime aussi avec France Culture éducation. Tout comme l’an dernier, notre antenne se met davantage encore au service de l’apprentissage. De notre dictée quotidienne aux cours particuliers de philosophie en passant par l’histoire, l’économie, les sciences… Autant de disciplines où se décline notre collection de podcasts dédiée aux révisions. Il ne s’agirait cependant pas d’oublier les tout petits. Avec “Enfantines” une série de fictions jeunesse originales, nos ondes revêtent la douceur de l’enfance et délaissent le tableau noir pour les nuits étoilées. Douze épisodes pour se laisser embarquer par le pouvoir de l’imagination… Bonnes écoutes ! Nithya Paquiry

COMPRENDRE

Un homme salue le porte-conteneurs «Ever Given» alors qu'il est remorqué au canal de Suez en Égypte après avoir été complètement délogé des rives, le 29 mars 2021.
Un homme salue le porte-conteneurs «Ever Given» alors qu'il est remorqué au canal de Suez en Égypte après avoir été complètement délogé des rives, le 29 mars 2021.
© AFP - Ahmad HASSAN

Embouteillages globalisés. En bloquant l'une des voies maritimes les plus empruntées au monde pendant cinq jours, l'Ever Given, ce gigantesque porte-container, est-il le signe d'une mondialisation à bout de souffle ? On constate en tout cas que depuis sa libération et pour plusieurs semaines, le commerce international est pris de hoquets et qu’entre les flux tendus, le zéro stocks, la dépendance critique et les tensions géopolitiques, les leçons  à tirer de cet accident sont nombreuses. (Affaires étrangères, 57 min)

Problèmes d’aiguillage. Comment expliquer la cacophonie bruxelloise sur les politiques de vaccination dans les pays de l'UE ? Le projet européen est-il renforcé ou mis à l'épreuve par la crise sanitaire ? Revue de ces enjeux avec le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune. (Politique ! 29 min)

Le rêve marocain ? Longtemps considéré comme un pays de transit pour les immigrés d'Afrique sub-saharienne désireux de rejoindre l'Europe, le Maroc se transforme peu à peu en pays d'accueil des étrangers qui viennent y tenter leur chance. Quelles sont les conditions de vie de ces migrants ? (Culture Monde, 58 min)

“La faillite de la France”. Une commission d'historiens dirigée par Vincent Duclert a récemment remis un rapport sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsis au Rwanda en avril 1994. Ce rapport pointe des "responsabilités accablantes" pour la France mais souligne l'absence de complicité de génocide. Trois lecteurs, une rescapée du génocide, un historien et un militaire qui fut engagé dans l’opération Turquoise, nous donnent leurs regards sur les apports et les manques de ce travail d’histoire. (Le Temps du débat, 39 min)

APPRENDRE

La psychiatrie contre la colonisation des cerveaux
La psychiatrie contre la colonisation des cerveaux
© Getty - Malte Mueller

Ethnopsychiatrie. En trente-six brèves années d’existence, Frantz Fanon a vécu sur trois continents (Amérique, Europe, Afrique) et inscrit sa postérité par son œuvre dont on peut notamment retenir Peau noire, masques blancs et Les Damnés de la Terre, ainsi que son action politique. Mais il fut aussi psychiatre. On lui doit de nombreux textes à ce sujet qui donnent une assise clinique à ses réflexions philosophiques et militantes. (Les Chemins de la philosophie, 58 min)

“The floor is lava”. Il y a 4 milliards et demi d’années, la température à la surface de la Terre avoisinait les 5 000 degrés. Elle est aujourd'hui d’environ 15°. Comment la Terre est-elle passée d’une boule de roche en fusion à un environnement propice à la vie ? (La Méthode scientifique, 58 min)

Vies domestiques. La fourchette, dents plutôt vers le haut ou vers le bas ? Art de la table, esprit de service, discrétion et sens de l’organisation : immersion dans les écoles de la "French étiquette", là où se forment apprentis gouvernantes et majordomes, au service des ultra-riches. (LSD, La série documentaire, 55 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Milan Kundera et sa femme Vera à Prague en 1973
Milan Kundera et sa femme Vera à Prague en 1973
© AFP - AFP

Un chemin vers Kundera. Ariane Chemin, grand reporter pour le quotidien Le Monde, est partie à la recherche de l’un des écrivains les plus lus et pourtant le plus secret : Milan Kundera. La journaliste en tire un récit d’abord paru aux éditions du sous-sol sous le titre A la recherche de Milan Kundera. Comment raconter un écrivain qui a décidé d’organiser sa propre disparition médiatique depuis 1985 ? (La Grande table idées, 31 min)

“Génération Rabin”. Le 4 novembre 1995, à l’issue d’une manifestation pour la paix à Tel-Aviv, le premier ministre israélien Yitzhak Rabin est assassiné par un extrémiste religieux. Pour la société israélienne, c’est un choc immense. Et pour le cinéaste Amos Gitai, un événement qui marquera toute son œuvre à venir. (Plan large, 58 min)

Pharaonique. Le rappeur Akhenaton, pilier du groupe IAM, mais aussi producteur et réalisateur, publie aujourd'hui aux éditions L'Iconoclaste La Faim de leur monde. L'occasion pour lui de revenir au micro d'Arnaud Laporte sur son parcours et son univers artistique. (Affaires culturelles, 55min)

LA CITATION 

Dans son dernier ouvrage, Combats et métamorphoses d'une femme (Seuil, 2021), Édouard Louis retrace l’émancipation de sa mère, Monique, longtemps oppressée par sa condition sociale ; une domination de classe mais aussi de genre dont elle finit par se libérer. Invité cette semaine à la Grande table culture, le romancier raconte cette inclinaison à puiser dans sa propre existence la matière de ses récits : 

Quand j'ai commencé à écrire, je l'ai fait avec cette idée que, au fond, le monde social reposait en chacun de nous et que, de par une démarche autobiographie, de par l'écriture de soi, on pouvait raconter le monde. J'ai connu dans ma vie des gens des classes populaires. J'ai rencontré des gens de la bourgeoisie. J'ai vu des femmes. J'ai vu des gays. J'ai vu des hétérosexuels. J'ai vu beaucoup de réalités qui m'entouraient. Et ce que j'essaie de faire avec ce livre sur ma mère et avec les autres, c'est au fond de produire une forme de grande fresque du monde social à partir d'une démarche autobiographique. Ce serait produire une forme de geste balzacien.

Avant de nous quitter, revenons en cette semaine d’anniversaire du manifeste des 343 sur le témoignage d’une jeune femme, Florence, et sur son parcours jusqu’à la stérilisation volontaire… Une preuve de plus, s’il en fallait, de la liberté des femmes à disposer de leur corps. À la semaine prochaine !