Publicité

Education sexuelle : à la rencontre des pionniers français il y a... 70 ans

Par
Cours d'éducation sexuelle dans un collège mixte.
Cours d'éducation sexuelle dans un collège mixte.
© Getty - Library of Congress/Corbis

Previously. Alors que des rumeurs accusent le gouvernement de vouloir enseigner la masturbation en maternelle, redécouvrez l'histoire de l'éducation sexuelle et la trajectoire de trois pionniers qui ont œuvré pour qu'on parle (un peu) sexualité aux adolescents à l'école.

La rentrée scolaire verra-t-elle refleurir les fantasmes sur l’éducation sexuelle à l’école ? Courant août, plusieurs fausses informations et rumeurs ont été abondamment relayées, dénonçant ici l’avènement de la pédophilie en milieu scolaire, annonçant là des cours de masturbation pour les moins de 6 ans en maternelle. Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, a nié en bloc toutes ces tentatives de déstabilisation d’une dynamique encore fragile en France : l’éducation sexuelle à l’école. Longtemps balbutiante, cette question qui n’est pas une discipline en tant que telle mais figure dans les programmes scolaires, est encore souvent le morceau de scotch qui colle aux doigts des pouvoirs publics - et depuis longtemps.

En savoir plus : Qui a peur de l'éducation sexuelle ?

Les cours d’éducation sexuelle relèvent officiellement de l’Education nationale depuis une circulaire du 23 juillet 1973. La “circulaire Fontanet”, du nom du ministre de l’Education de l’époque, abordait alors la question ainsi : “Il a longtemps été admis que les éducateurs devaient tenir les enfants à l’écart des problèmes de l’âge adulte, et plus spécialement à l’égard de ceux qui concernent la sexualité. Mais les fables racontées aux plus petits et le silence opposé aux plus grands paraissent aujourd’hui chargées d’inconvénients très lourds, du double point de vue de l’évolution psychologique et de la relation de l’adolescent à l’adulte. Ils sont devenus inacceptables du fait de la civilisation ambiante, de l’évolution des modes de vie, du recrutement mixte des établissements.” 

Publicité

Malthus vs. orgasme

A l’époque, ces cours d’éducation sexuelle demeurent toutefois facultatifs, même si 1973 marque une accélération sans équivalent de la prise en compte d’une question apparue en France … 55 ans plus tôt. C’est en effet en 1918 que le terme “éducation sexuelle” surgit en France, d’après l’historienne Yvonne Knibielher. Entre l’immédiat après-guerre et 1973, son histoire sera jalonnée par différentes initiatives locales, mais un large silence plus général. Ces initiatives éclosent grâce à des pionniers, qui œuvrent en parallèle du monde médical. La sexologie, qui arrive un peu plus tard en France que dans les pays voisins, émerge en effet aux alentours des années 1910, notamment dans le sillage des néo-malthusiens. 

Durablement, l’approche de la sexualité tout court et plus encore de la sexualité des plus jeunes sera marquée par une vision normative où l’on parlera d’abord “hygiène conjugale”, “éducation au mariage”, contrôle des naissances et plus encore prophylaxie, tandis que la syphilis fait des ravages. L’historienne Sylvie Chaperon, qui a publié en 2012 Les Origines de la sexologie 1850-1900 (chez Payot), montre aussi que derrière cette approche, point aussi “l’idée que l’ignorance mène à des perversions, à une imagination débridée”. En gros, pour les plus avant-gardistes de l’époque, il ferait bon expliquer mais essentiellement pour que les jeunes se prémunissent.

C’est ainsi d’abord le monde médical qui se préoccupera de sexualité des jeunes. Les initiatives les plus progressistes viendront souvent de personnalités liées à la santé, qu’il s’agisse du mouvement pour la planification des naissances, ou de la pionnière féministe Berty Albrecht. Née à Marseille en 1893 et initiée au féminisme auprès de militantes britanniques, Berty Albrecht n'en était pas moins infirmière. C’est elle qui fondera en 1933 une revue, éphémère - cinq numéros seulement paraîtront - intitulée Le Problème sexuel, dont l’un des numéros sera entièrement consacré à l’éducation sexuelle.  

Si sa voix restera en partie marginale en matière d'éducation sexuelle, l’effort de Berty Albrecht, comme celui d'une Madeleine Pelletier - qu'on peut dire plus pessimiste puisqu'elle conseillait surtout le célibat aux jeunes filles- aura cependant un mérite : tenter de remettre les jeunes filles dans le jeu d’une éducation sexuelle balbutiante, alors que les toutes premières initiatives sont clairement orientées vers les seuls garçons, comme le montrent ces archives de presse exhumées par Retronews.

En savoir plus : Le rapport Simon ou la sexualité des Français en débat

C’est avec "L'’Ecole des parents', une association qui voit le jour en 1928 sous la houlette d’une certaine Marguerite Lebrun-Verine, éducatrice, que la question prend lentement un tour moins médical. Très lentement : le but premier de l’éducation sexuelle, jusqu’aux années 1950 et 60, n’est pas l’émancipation ou le plaisir. Il faut d’abord prévenir des maladies, des agressions sexuelles, ou encore de ce qu’on regarde comme des “perversions”. Réactionnaire ? Dans le contexte de l’époque, cela reste malgré tout novateur et pour Sylvie Chaperon, derrière la dynamique de l’éducation sexuelle à l’Ecole des parents prime ”l’idée que l’on fait confiance aux individus à qui on donne la connaissance dès le début. L’ignorance n’est plus une vertu. Il s’agit toujours de régulation, mais désormais par l’individu.

Trois figures pionnières se distingueront à partir de la fin des années 30 en matière d’éducation sexuelle : André Berge, Henri Tavoillot et Pierre Chambre. Les trois sont liés à l’histoire de l’association "L’Ecole des parents", dont vous pouvez redécouvrir le rôle prépondérant dans les premiers pas de l'éducation sexuelle en France à travers cette archive de 1966, tirée de l'émission "Heure de culture française". Deux des trois principales figures de l'éducation sexuelle en France - Pierre Chambre et Henri Tavoillot - y étaient invités ce 3 novembre 1966 :  

L'éducation sexuelle dans "Heure de culture française" le 6/11/1066

58 min

1. André Berge

André Berge est médecin. Il est né en 1902 dans un milieu éduqué et son grand-père est Félix Faure, qui sera Président de la République de 1895 à 1899. C’est le nom d’André Berge qu’on retrouve dans le brouillon d’un guide d’éducation sexuelle que rédigera l’association des parents d'élèves du lycée Henri IV en janvier 1949, dont les chapitres égrainent “l’organe est-il normal ?” ; “les mains dangereuses” ou la question de l’orgasme dès 4 ans.

A l’époque, Berge fait figure de référence prééminente parmi les - rares - précurseurs de l’éducation sexuelle en France. En 1948, il venait de publier L’Education sexuelle et affective (aux éditions Scarabée), où Berge écrira par exemple : “Nous croyons fermement que seuls seront scandalisés ceux qui, derrière les mots dont nous nous sommes servis,continueront à entendre les mots plus ou moins grossiers que d’autres ont employé jadis devant eux et dont ils sont restés hantés, sans doute parce que l’éducation sexuelle de leur premier âge n’a pas été faite ou parce qu’elle s’est trouvée livrée au hasard.

Suivra, en 1952, L'Éducation sexuelle chez l'enfant, PUF, 1952. Ces deux titres comptent parmi les tout premiers ouvrages consacrés au sujet en France, précisément au moment où un sondage vient d’interroger les parents sur la nécessité de pratiquer des cours d’éducation sexuelle en milieu scolaire. A cette enquête qui date de 1951, 6% des parents réponderont que la seule charge doit en revenir à l’école ; 26% que c’est aux parents parents seuls d’assurer cette éducation ; 40% plébiscitent une collaboration des parents et de l’ecole ; et enfin, 2% estiment qu’il faut “laisser faire l’enfant”.  

Quand paraissent ces essais, Berge a déjà près de deux décennies d’expérimentations à son actif. Devenu psychanalyste entre deux guerres, il s’est notamment spécialisé sur le psychisme enfantin et est arrivé par ce versant aux questions de l’éducation à la sexualité. Car le freudisme n’irrigue vraiment la France qu’a partir de l’entre deux guerres, et renouvelle la question de la sexualité des enfants. Alors qu’il touchera d’autres pays d’Europe plus tôt, notamment des cultures anglo-saxonnes et scandinaves… où on constate justement que l’éducation sexuelle est prise au sérieux beaucoup plus rapidement qu’elle ne le sera en France.

2. Henri Tavoillot

C’est André Berge qui préfacera encore un livre jalon de l’histoire de l’éducation sexuelle en France, signé Henri Tavoillot. L’ouvrage de Henri Tavoillot sur l’éducation sexuelle est plus tardif : il est publié en 1969, une date où Marcuse et Wilhelm Reich circulent largement en France dans les milieux intellectuels. La question de l’épanouissement sexuel est moins taboue, au moins dans certains mondes sociaux. Mais Tavoillot a commencé bien plus tôt : dès après guerre, à Saint_Etienne, où il enseigne, il s’intéressera à l’éducation sexuelle. 

Lui aussi s’inscrit dans le giron de "L’Ecole des parents". Son parcours est peu documenté dans les travaux académiques mais à l’occasion des quarante ans de l’association "L’Ecole des parents" dans le département de la Loire, son épouse rappelait qu’en 1945, Henri Tavoillot (décédé entre-temps) avait créé à la sortie de la guerre un groupe de recherches pédagogiques où une trentaine d’étudiants d’agrégation réfléchissaient à la faculté des Lettres de Lyon sur les relations avec les élèves, les parents et sur les méthodes d’enseignement. 

C’est cette dynamique qu’il embrassera aussi sur le terrain, en matière de sexualité. Nommé à Saint-Etienne en 1947 une fois l’agrégation en poche, Henri Tavoillot enseignera le français et le latin et découvrira vite des classes de plus de quarante élèves dès la sixième et des enfants marqués par la guerre, raconte toujours son épouse. Il décide d’abord de créer avec quelques parents une petite amicale pour parler pédagogie, soutien aux élèves en difficulté, ou camps de vacances pour l’été. Peu à peu, “les réunions s’ouvrent à d’autres parents au lycée, en dehors du lycée et d’autres enseignants, médecins, psychologues, travailleurs sociaux, s’intéressent à ses activités et y participent” et la sexualité des adolescents y prend une place de plus en plus grande, racontait Catherine Tavoillot en 2003.

Dans son livre Une expérience d'éducation sexuelle (paru en 1969), Henri Tavoillot racontera au moins autant les innovations pédagogiques qu’il cherchera à mettre en place (on parle alors de “groupe auto-géré”, “d’attitude non directive” de l’adulte, et en somme beaucoup de maïeutique auprès des adolescents) qu’il ne jettera les fondements de ce que devrait être l’éducation sexuelle de manière objective.Par petits groupes, en marge des cours officiels du lycée, et en dehors des groupes de classes habituels, il a ainsi cherché à innover, par exemple en distribuant des questionnaires pour déjouer les réticences de certains à s’exprimer.

Dans sa recension de l’ouvrage de Tavoillot dans la Revue française de pédagogie en 1969, Dominique Ginet notait d’ailleurs : “Quoiqu’il se défende d’apporter autre chose qu’un témoignage ou une contribution à cette question immense, H. Tavoillot aboutit pourtant à la définition et formalisation des thèmes et des exigences d’une doctrine de ce que devrait être l’éducation sexuelle, débarassée des entraves moralisantes comme de ce ton bêtifiant qui est trop souvent le singulier apanage de ce type de développement.

3. Pierre Chambre

La troisième figure pionnière de l’éducation sexuelle est Pierre Chambre. Lui n’est pas actif à Saint-Etienne (même s’il connaît bien Henri Tavoillot) mais à Chambéry. Pierre Chambre est enseignant lui aussi (en lettres), actif sur le terrain lui aussi. Comme Tavoillot, il est une tête chercheuse de "L’Ecole des parents", dont il créera en 1945 l’antenne savoyarde à la sortie de la guerre. Lui aussi a publié un livre relatant ses expériences locales, en 1953.

Actif dans la Résistance durant la guerre, Pierre Chambre compte parmi les Juifs parmi les Nations, reconnu en 1990 par Yad Vashem pour avoir hébergé des familles d’élèves juifs de son lycée tandis qu’ils étaient recherchés par la Gestapo. On sait que c’est dans ce lycée, en 1942, qu’il dispensait déjà des cours d’éducation sexuelle au beau milieu de la seconde guerre mondiale.

Dans son Que-sais-je ? sur l’éducation à la sexualité, Philippe Brenot (lui même psychiatre et sexologue) mentionne Pierre Chambre parmi les toutes premières initiatives en milieu scolaire. Chambre abordait avec ses élèves du lycée de garçon Vaugelas de Chambéry les questions sexuelles. La chose se déroulait sous forme de “causeries”, mais à l’heure habituelle des autres cours obligatoire. Sous la houlette de Pierre Chambre, l’éducation sexuelle n’est pas facultative ou affaire de bonne volonté des adolescents : c’est une partie du programme. Plus tard, en 1971, Pierre Chambre reviendra sur ces initiatives d'avant-garde et écrira : “Faire accepter l’éducation sexuelle à l’école, c’est une tâche plus difficile que l’introduction des mathématiques nouvelles.

En savoir plus : Educations sexuelles : les consultations de sexologie à l’hôpital